Lali

1 avril 2009

Ce que mots vous inspirent 75

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

magritte-rene-2.jpg

Un titre est toujours ambigu. S’il suffisait d’un titre pour tout dire, pourquoi faudrait-il écrire des livres? (Bernard Merlant)

Voici sur quelle phrase s’est attardé le lecteur de René Magritte. Tant et si bien qu’elle lui aurait fait perdre sa tête habituelle, qu’il en a perdu son visage et qu’il n’arrive plus qu’à voir le derrière de son crâne quand il s’examine dans le miroir.

La phrase aura-t-elle le même effet sur vous? Prenez le temps de voir ce que mots vous inspirent, puisque vous avez une semaine pour vous répondre à ceux-ci ou pour vous laisser emporter par le surréalisme du peintre belge.

C’est mercredi prochain que nous saurons si toile ou citation vous inspirera, ou bien les deux. Bonne semaine à tous!

8 commentaires »

  1. Cette image semble proposer deux possibilités de miroirs : la glace et le livre. L’image que peut te renvoyer le miroir est peut-être moins sure que celle que tu découvriras dans le livre si tu as la force de l’ouvrir. Le personnage de cette image n’a pas le choix, il doit ouvrir le livre, c’est sa seule issue.

    Comment by sylvie — 1 avril 2009 @ 13:44

  2. J’ai un coup de pompe…
    Moi aussi
    J’irais bien dormir un peu
    Moi aussi
    Ça m’agace les gens qui répondent tout le temps « moi aussi »
    Moi aussi…

    Comment by Nuage de bleu — 3 avril 2009 @ 23:07

  3. Bonjour Simon, tu me sembles bien surpris ce matin ? Tu ne te reconnais plus ?

    En entendant cette voix, Simon se fige devant le miroir et se demande s’il a des hallucinations !
    C’est bien la première fois que cela lui arrive.

    Simon est un homme encore jeune et très distingué. Toujours « tiré à quatre épingles », il ne lui viendrait pas à l’esprit de sortir sans cravate. Les chaussures toujours cirées et les manchettes de sa chemise dépassant juste le centimètre voulu de son veston. Tous les matins, c’est le même rituel. Jour après jour, avant de partir au travail, il jette un dernier regard dans le miroir et satisfait de sa personne, s’en va au bureau.

    Simon pense beaucoup à sa petite personne, beaucoup trop. Lorsque ses amis lui parlent, il les écoute d’une oreille, répond oui mais ne retient rien.
    Pourtant, autour de lui quelques amis méritent une écoute chaleureuse, certains même, un soutien, un sourire. Si on se dit ami, c’est être là lorsqu’il le faut, c’est une présence mais tout cela n’effleurait même pas Simon.
    Au travail, ses collègues entendent souvent Simon dire : Je me demande quel costume je vais bien pouvoir porter ce soir …le gris anthracite ou le bleu marine ou encore le brun ?
    En fait, tout tournait autour de lui.

    S’adressant au miroir, Simon dit : mais quelqu’un m’a fait une farce, ce n’est pas possible de me voir de dos.

    Si, c’est possible lui répond le miroir. Vois-tu Simon, c’est exactement l’image que tu donnes à tes amis, tes collègues. Lorsqu’ils te parlent, ils ont l’impression de voir un dos, tu n’es pas là, tu es absent, tu es dans tes pensées vestimentaires… C’est à peine s’ils connaissent la couleur de tes yeux car tu leur parles toujours la tête baissée. Ce n’est pas ce qu’ils attendent de toi.

    Hier, as-tu entendu parler que ta collègue a dû être hospitalisée ? Non…bien sûr ! Et bien, moi, je te le dis.

    Tout à coup, Simon sursaute comme s’il venait de faire un mauvais rêve.

    Le miroir est toujours là, il se voit de face comme tous les matins mais cette petite voix intérieure lui a fait comprendre bien choses.

    Dès ce jour, Simon comprend l’importance de l’amitié, du partage. Le soir même, il rendra visite à sa collègue avec un beau bouquet de fleurs.

    Les jours suivants, au travail, c’était Simon par ci, Simon par là. Il était apprécié de tous.

    Un jour, il raconta à ses collègues : J’ai une grande envie d’écrire un livre…Le titre sera « Le miroir ».

    Comment by Denise — 7 avril 2009 @ 10:32

  4. Dans tous “ces mots qui vous inspirent” ce sont les histoires de Denise qui m’inspirent le plus et je souhaite qu’elle persévère à tous les mercredis!
    Merci Denise!

    Comment by Flairjoy — 8 avril 2009 @ 10:32

  5. Flairjoy, je suis très sincèrement touchée par tes mots. Merci, merci !

    Je te souhaite de très belles fêtes de Pâques en espérant que tu aies quelques rayons de soleil.

    Amitié

    Comment by Denise — 8 avril 2009 @ 11:05

  6. Dans tous “ces mots qui vous inspirent” ce sont aussi les histoires de Denise qui m’inspirent le plus et je souhaite qu’elle persévère à tous les mercredis!
    Merci Denise!

    Comment by Nuage de bleu — 8 avril 2009 @ 11:15

  7. Mille mercis Nuage de bleu. Comme c’est gentil de ta part, cela fait chaud au coeur.

    Bises !

    Comment by Denise — 8 avril 2009 @ 15:14

  8. Merci à tous! Que du plaisir à lire vos mots laissés ici en partage !

    «La conscience n’est jamais assurée de surmonter l’ambiguïté et l’incertitude.»
    Edgar Morin – Le paradigme perdu

    Comment by chantal — 13 avril 2009 @ 16:53

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire