Lali

13 janvier 2016

Pour l’amour des livres

Filed under: À livres ouverts,Pour petites mains — Lali @ 20:36

Livres volants

Imaginez un homme qui, jour après jour, note dans un livre ses réflexions sur la vie. Imaginez maintenant qu’un ouragan vienne perturber sa vie et efface tout ce qu’il a écrit. Imaginez maintenant que, grâce à cet événement bouleversant, il mettra les pieds dans une bibliothèque et verra sa vie totalement transformée. Imaginez une histoire où il est question de l’amour des livres, un amour qui porte autant sur l’objet lui-même que sur son contenu. Imaginez tout cela et plus encore.

Imaginez que Morris Lessmore, le héros de cette histoire, ressemble à Buster Keaton. Imaginez des images qui ont un côté suranné des plus sympathiques. Imaginez des planches sans couleurs, le temps que Morris se remette de ses émotions, du fait que son livre ait perdu tous ses mots et qu’il franchisse le seuil de la bibliothèque municipale. Imaginez qu’au contact des livres la vie se colore à nouveau.

Imaginez tout cela et vous aurez entre les mains Les fantastiques livres volants de Morris Lessmore, un album créé à partir du film du même nom à qui a été accordé en 2011 l’Oscar du meilleur court métrage d’animation.

Un album à offrir pour faire aimer les livres. Et même, à s’offrir. Il n’y a pas d’âge pour certains livres.

12 janvier 2016

Le bouquet de roses

Filed under: À livres ouverts,Pour petites mains — Lali @ 19:09

bouquet de roses

Même si je ne suis pas certaine que des enfants soient en mesure de comprendre le sens véritable de cette histoire et de saisir toute la sagesse qui s’y inscrit, je dois avouer que j’ai été charmée par Le bouquet de roses, un album qui raconte une histoire vraie qui s’est déroulée au Japon dans les années 1950.

Un Français en visite chez un ami japonais reçoit le jour de son départ un magnifique kinono pareil à celui qu’il a vu la veille de la part de la grand-mère de celui-ci. Pour la remercier, il lui envoie un bouquet de roses. Et là débute une autre histoire, celle où l’on découvrira tous les détails relatifs au kimono de même que ce qu’est devenu le bouquet de roses.

Une histoire étonnante, attendrissante et totalement vraie, écrite par Claude Helt, dont on connaît le talent de conteur et de vulgarisateur. Une histoire qui donne à réfléchir et à laquelle les pastels de Nathalie Novi donnent une touche vibrante.

Peut-être pas un album facile d’accès, mais magnifique. Et très émouvant.

11 janvier 2016

Quelle sacrée chance!

Filed under: À livres ouverts,Pour petites mains — Lali @ 19:36

chance

Quel joli livre que celui-ci! Séduite par l’illustration de la couverture signée Marion Arbona, c’est avec bonheur que j’ai découvert au fil des pages que toutes les illustrations étaient remarquables. Pleines d’amour, de douceur, de tendresse, de couleurs éclatantes.

Quelle sacrée chance 1

Des illustrations qui ponctuent le texte tout simple, mais grandement évocateur de Sandrine Beau, avec tellement de justesse que cet album qui raconte ce qui précède la naissance est à vous couper le souffle.

Chaque épisode de la vie amoureuse des parents, au moyen de questions qui commencent toutes par « Et si », jusqu’à la conception est attendrissant et fait sourire. Et le fait qu’il s’adresse directement à l’enfant n’est pas sans ajouter un gros plus à cette histoire pour laquelle j’ai eu un énorme coup de cœur.

Quelle sacrée chance 2

J’ai même eu envie d’y coller ma photo, là où il est suggéré de le faire. Parce que mes parents s’aimaient beaucoup et qu’ils s’aiment encore beaucoup. C’est dire à quel point j’ai aimé ce livre!

8 janvier 2016

La reine du Niagara

Filed under: À livres ouverts,Pour petites mains — Lali @ 19:29

niagara

Quand il apprit l’existence de celle qu’on appelait autrefois la « reine du Niagara », Chris Van Allsburg, connu notamment pour ses récits fantastiques, décida pour une fois de s’écarter de ses habitudes et d’écrire une histoire vraie afin qu’Annie Edson Taylor ne soit jamais oubliée.

La veuve de 62 ans, n’ayant plus rien à perdre, car sans travail depuis la fermeture de son école de maintien, avec peu d’argent de côté et aucune envie de terminer sa vie dans un hospice, avait décidé qu’elle allait faire fortune en posant un geste spectaculaire et inédit. Descendre les chutes Niagara dans un solide tonneau s’imposa assez rapidement, car elle avait conservé un souvenir très vif de sa visite lorsqu’elle était enfant. Son défi ne pourrait qu’attirer l’attention de milliers de personnes et la rendre riche.

Mais ce ne fut pas ce qui arriva. L’exploit de la sexagénaire attira bel et bien une foule impressionnante et impressionnée. Mais Annie Edson Taylor ne devint jamais riche.

Mais elle demeure à jamais la première à avoir réalisé cet exploit et la seule femme à l’avoir fait seule. Ce que nous raconte Chris Van Allsburg avec talent, ses illustrations étant comme toujours à couper le souffle et le texte sobre et sensible à la fois.

7 janvier 2016

Qu’est–ce qu’elle a maman?

Filed under: À livres ouverts,Pour petites mains — Lali @ 21:16

maman

La dépression n’est pas un sujet facile à aborder, et encore moins dans un album destiné aux petites mains. Le défi était donc de taille pour la la comédienne Sophie Faucher qui avait choisi de s’attaquer à ce thème pour son premier livre pour enfants, en se glissant dans la peau de Théo.

Théo a huit ans et il a décidé d’écrire son journal même si sa sœur lui dit que c’est un « truc de fille ». Et pour une bonne raison : il veut comprendre ce qui arrive à sa mère. Une mère qu’il ne reconnaît plus, qui traîne en robe de chambre, qui pleure souvent, qui panique pour rien et qui est aussi lente qu’une tortue. Une mère qui n’a presque plus rien à voir avec celle qu’il connaît et qui prend plein de pilules de toutes les couleurs. Une mère en pleine dépression. Mais dont elle viendra à bout. On s’en doutait. Un tel album se devait de bien finir.

Mais le chemin emprunté m’a laissé perplexe. Je ne savais pas que le ski avait le pouvoir de guérir les dépressions. C’est pourtant l’impression que j’ai eu au détour d’une page où tout s’est précipité à l’occasion de voyage de ski. Et « précipité » est presque peu dire tant le virage a été rapide. J’ai même pensé que l’éditeur avait fixé le nombre de pages et qu’on n’avait dû en retirer pour s’en tenir au nombre choisi tant le passage de l’ombre à la lumière a été rapide.

Une deuxième lecture a eu le même effet. Je n’ai pas été en mesure de croire en cette histoire malgré les scènes bien décrites et des illustrations signées Florence Leroux pour la plupart assez efficaces, même si un peu rudimentaires. Et je me demande encore pourquoi il n’y a pas de dossier pour les adultes à la fin, ce que j’estime essentiel pour un tel livre.

Autrement dit, Qu’est-ce qu’elle a maman? ne m’a pas convaincue. Un autre album sur le sujet s’avère nécessaire.

5 janvier 2016

Réunis

Filed under: À livres ouverts,Pour petites mains — Lali @ 19:40

réunis

Il n’y a pas de plus beau moment dans l’année pour les Chinois que l’époque entourant le Nouvel An. Et ce moment est encore plus beau quand il donne l’occasion aux familles désunies le reste de l’année de passer d’une année à l’autre ensemble. C’est le cas de la famille de Maomao dont le père travaille sur un chantier tellement loin des siens qu’il ne rentre qu’une fois par année, pour le Nouvel An.

Raconté par Yu Liqiong et illustré par Zhu Chenliang, l’album Réunis met en scène cette courte réunion familiale où il est question d’amour et de traditions, de ce qui a de la valeur et de ce qui n’en a pas. Ainsi, cette boule de riz offerte par son père et contenant une piécette que Maomao croira perdue et qu’elle ne veut pas voir remplacée par une autre, parce qu’une autre n’aura aucune valeur sentimentale et que c’est la seule qui compte à ses yeux. Ainsi, les célébrations dans la rue et les petites choses du quotidien que mère, père et enfant partagent pendant le séjour du père.

Chacune des pages m’a émue, que ce soit à cause du texte, simple mais puissant, ou en raison des illustrations aux couleurs vives, chargées de tendresse.

Et parce que les éditions HongFei ne font pas qu’effleurer le sujet, quatre pages explicatives suivent l’album, lesquelles nous donnent un aperçu clair et concis du contexte pour saisir les particularités de ce moment de l’année pour une partie des Chinois et pour l’adorable Maomao.

Un autre coup de cœur. Rien de moins.

4 janvier 2016

La fée des livres

Filed under: À livres ouverts,Pour petites mains — Lali @ 19:51

feedeslivres

Quelle jolie histoire que celle d’Arto et la fée des livres! Je l’avoue tout de suite : j’ai été séduite dès la première ligne. Il faut dire que faire connaissance avec une fée relieuse qui veille à réparer les livres, à recoudre les feuilles volantes et à prolonger la vie de reliques ne pouvait que me plaire. Et quand j’ai constaté quelle application, quelle minutie, quelle patience étaient les siennes pour redonner prestance et classe aux livres abîmés par le temps ou les intempéries, j’étais prête à devenir son assistante.

Mais Arto m’a précédée. Il est arrivé chez la fée des livres avec l’album de photos de ses parents, lequel était en bien piteux état, ce qui inquiétait beaucoup l’enfant. Si les photos et les pages se décollent, serait-ce là ce qui va arriver à ses parents? La fée des livres n’a pas de réponse à lui fournir, mais elle a bien besoin d’aide. C’est donc en apprenant le métier que le petit Arto en apprendra beaucoup sur la vie et en oubliera (presque) la raison pour laquelle il s’est adressée à la fée.

La fin vous fera sourire. De même que tout l’album. Je vous l’assure.

30 décembre 2015

Au pays de Paul Klee

Filed under: À livres ouverts,Pour petites mains — Lali @ 19:45

tim_et_le_sans_nom

Il y a longtemps que les toiles de Paul Klee m’inspirent et me donnent envie d’écrire des histoires à partir de celles-ci.

Je ne pouvais donc que partir avec ce livre dans mon sac lors de ma plus récente visite à la Grande Bibliothèque, d’autant plus que ce magnifique album écrit par Nancy Guilbert et illustré par Grégoire Vallancien était là, bien en évidence, dans la section consacrée aux nouveaux titres de la section jeunesse.

C’est donc ce que j’ai fait. Aux anges. Comme si je venais de mettre la main sur un trésor. Et c’est bien le cas. L’album Tim et le Sans-Nom est un véritable bijou et la magie opère dès la couverture, laquelle nous montre l’un des rares visages peints par Klee. Un visage encore plus impressionnant quand on découvre que c’est celui de Sans-Nom, cet étranger arrivé d’on ne sait où, celui qui s’est vengé du mauvais accueil qu’il a reçu en jetant un sort aue village, si bien qu’il est désormais couvert de brouillard et gris, encore gris, et rien que gris.

Or, Sans-Nom est-il vraiment le monstre que l’on croit? Tim a décidé d’en avoir le cœur net et d’affronter celui-ci au péril de sa vie afin de redonner au village ses couleurs et ses oiseaux. Y parviendra-t-il?

C’est ce que cet album nous racontera au moyen des tableaux de Klee et de personnages créés à partir des formes et des teintes de certains d’entre eux, de même qu’il nous révélera à quel point les rumeurs peuvent prendre de l’ampleur et briser des vies.

Un album magnifique, suivi de quatre pages présentant les toiles de Klee et les personnages. Une collection publiée chez Léon art & stories, qui compte déjà une dizaine de titres autour d’autres artistes.

Affaire à suivre. Il y a trop de titres tentants dans cette série, foi de Lali.

29 décembre 2015

Mon miel, ma douceur

Filed under: À livres ouverts,Pour petites mains — Lali @ 19:13

mon miel

Chaque été, Khadija quittait Marseille en bateau pour le pays où étaient nés ses parents, ce pays qui était celui de sa grand-mère Zhora qu’elle aimait tant, celui des figues de Barbarie et des dattes, et celui des gâteaux préparés par son aïeule. Chaque été, Khadija passait des semaines près du Chtt el-Djerid, où sa grand-mère lui parlait d’une princesse appelée Shéhérazade et lui faisait des guiliguilis. Khadija était si heureuse auprès de sa grand-mère.

Mais un jour un télégramme arriva annonçant le décès de sa grand-mère adorée et Khadija fut inconsolable, jusqu’à ce qu’arrive par la poste la tunique brodée avec tant d’amour pour elle par sa grand-mère qu’elle en oublia une partie de son chagrin tant cette tunique avait le pouvoir de la réconforter.

Mais cette tunique ne devait durer qu’un temps, celui des adieux. Je vous laisser découvrir pourquoi.

Racontée avec finesse par Michel Piquemal, l’histoire de Khadija et de sa grand-mère est semblable à un long poème. S’y entremêlent le français et l’arabe en toute harmonie tandis que les illustrations d’Élodie Nouhen, proches de l’univers de Chagall, vous emportent au pays d’une grand-mère qui appelait sa petite-fille mon miel, ma douceur avec tellement d’amour que vous aurez peut-être envie d’adopter l’expression.

Je suis encore sous le charme.
Et pour un moment, je crois.

28 décembre 2015

Le bedon de madame Loubidou

Filed under: À livres ouverts,Pour petites mains — Lali @ 19:18

loubidou

Il se cache quelqu’un dans le bedon de madame Loubidou, c’est sûr et certain. Mais qui? C’est la question que tout le monde se pose. Serait-ce un chat? Une souris? Un ballon? À moins que ça ne soit un bébé? Et si c’est un bébé, sera-ce une fille ou un garçon et à qui ressemblera-t-il?

Marie-Francine Hébert nous raconte là une jolie histoire. À sa manière. C’est-à-dire avec imagination et fantaisie, faisant intervenir qui se cache dans le bedon de madame Loubidou à chacune des suppositions fantaisistes émanant de l’entourage de celle-ci. Mais personne ne l’entend. Seul le lecteur sait ce qu’il dit et il sourit chaque fois qu’il lit dit une petite voix à l’intérieur du bedon de madame Loubidou. Car il se sent complice de cette voix.

Oui, Marie-Francine Hébert nous raconte là une bien jolie histoire. Dommage que je n’aie pas été en mesure de me laisser prendre au jeu des illustrations signées Guillaume Perreault, lesquelles risquent de bien mal vieillir, les barbus ayant de nombreuses chances de ne plus être à la mode dans deux ou trois ans. Dommage aussi que le chat de l’histoire ait l’air d’un énorme rat d’égout.

L’histoire était si jolie et si bien tournée.
Peut-être que les images plairont à ceux à qui elles sont destinées. Qui sait?

« Page précédentePage suivante »