Lali

20 juin 2014

Alessandro Cassa, un touche-à-tout curieux et inventif

Filed under: Mes rencontres littéraires — Lali @ 19:14

ALESSANDRO CASSA MENTION  HONNEUR AAM (CRÉDIT PHOTO LYNE JONES)
(photo : Lyne Jones)

« La littérature jeunesse permet d’aller dans toutes les directions. » C’est ce qu’affirme d’emblée Alessandro Cassa, qui vient de signer son premier roman jeunesse, Le professeur Acarus Dumdell et ses potions incongrues. Pourtant, il n’a fait que cela toute sa vie, emprunter tous les chemins.

Architecte de formation, Alessandro Cassa ne s’est jamais limité à pratiquer jour après jour ce qui demeure sa première passion et son gagne-pain. Mais la tentation de franchir la barrière et la curiosité n’ont cessé de pousser l’écrivain, qui habite le Suroît, à une heure de Montréal, à devenir un véritable touche-à-tout de la création.

Littérature pour adultes (deux romans à ce jour), cinéma (son court métrage Double espresso a été présenté au 59e Festival de Cannes), muséologie (divers postes au fil des ans dans ce domaine), architecture, chacune de ces activités a attisé l’imagination d’Alessandro Cassa pour qui écrire pour les jeunes est arrivé par hasard.

« C’est l’enthousiasme de mon fils qui m’a fait mener à terme cette histoire. Je lui ai lu ce qui est aujourd’hui le premier chapitre du premier roman. Comme ça. Parce que tous les soirs nous lisons ensemble. Et il a tout de suite été emballé par ces quelques phrases écrites dans un pub lors d’un voyage à Londres. Je n’ai eu d’autre choix que d’écrire la suite. »

Quelques mois plus tard, Le professeur Acarus Dumdell et ses potions incongrues naissait. « Il n’est pas tout d’ajouter une pincée de fantaisie au réel, de créer des jumeaux hors de l’ordinaire, de se transporter dans l’Angleterre du début du 20e siècle. Il faut demeurer logique et cohérent. Et cela est encore plus vrai quand on écrit pour les enfants. »

L’expérience a été, malgré les pièges auxquels se trouve confronté tout auteur qui écrit pour les jeunes pour la première fois, notamment la mince ligne qui sépare le possible de l’impossible, tellement réjouissante que l’auteur lui-même s’est laissé prendre à son propre jeu. Il a illustré lui-même son propre livre.

« J’ai envoyé texte et illustrations aux éditeurs. Advienne que pourra. Ce sont les éditions Alice, à Bruxelles, qui ont été les plus réceptives. » C’est donc en Belgique qu’est paru le premier tome de cette série mettant en vedette deux inventeurs, l’un de bonbons aux saveurs excentriques, l’autre de potions auxquelles nul autre n’avait pensé avant lui.

Celui qui avait aménagé il y a quelques années Le café de l’apothicaire sur la rue Beaubien, à Montréal, s’est-il servi de ses plans pour l’antre dans lequel se terre l’apothicaire de son histoire? L’histoire ne le dit pas, mais il me plait de le penser. Ne dit-on pas que « rien ne se perd, rien ne se crée »?

Récipiendaire de la médaille du Jubilé de diamant de la Reine Élisabeth II pour l’ensemble de ses réalisations en culture, Alessandro Cassa est l’enthousiasme en personne. Le lancement virtuel de son roman n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Si jamais vous avez ouï dire qu’il dédicacera des livres dans une librairie ou un salon du livre, inscrivez sans tarder la date à votre agenda. La rencontre sera mémorable.

Texte publié dans

25 novembre 2013

Luc Mercure : six romans en vingt-trois ans

Filed under: États d'âme,Mes rencontres littéraires — Lali @ 19:04

« La parution d’un premier roman est la seule qui soit marquante, même s’il est toujours agréable de tenir entre ses mains son tout dernier né », me disait Luc Mercure il y a quelques semaines, avant que ne paraisse La Mezquita, son sixième roman, chez Québec-Amérique.

Aujourd’hui, il pourrait presque affirmer qu’il a connu deux « premières fois » dans sa vie tant l’expérience qu’il vient de vivre est différente de celle vécue en 1990, lors de la publication à l’Hexagone de son roman Entre l’aleph et l’oméga. Partie intégrante de son mémoire de maîtrise rédigé sous la direction de Pierre Nepveu, Entre l’aleph et l’oméga n’a pas donné lieu aux habituelles angoisses des écrivains qui attendent des mois et des mois une réponse. « À peine trois semaines après avoir déposé mon manuscrit, accepté presque illico par Alain Horic, le contrat était signé et la machine en marche. J’ai à peine eu le temps d’y penser! »

C’est une toute autre aventure qu’il vient de vivre avec La Mezquita, car il a, cette fois-ci, été mis au courant de toutes les étapes, pu travailler de près avec son éditrice et même répondre aux questions d’une des deux réviseures. Il se sent impliqué pour la première fois de sa vie dans le processus de mise en marché, d’où cette perception de vivre une deuxième « première fois » qui ravit le romancier qui se rappelle avec émotion son premier roman et tout ce que celui a eu de répercussions sur sa vie.

« Je savais que je serais écrivain. Je savais aussi que je voulais être romancier. Par contre, j’ignorais que j’allais publier le roman écrit dans le cadre de mon mémoire. »

Depuis 2002, à la suite de problèmes de santé qui lui ont fait quitter l’enseignement, Luc Mercure se consacre aux voyages et à l’écriture, l’un nourrissant souvent l’autre, comme c’est le cas pour La Mezquita, qui se déroule en Espagne et qui met en scène, comme c’est presque toujours le cas dans les romans de Luc Mercure, des personnages torturés, aux prises avec des questions douloureuses, en quête d’eux-mêmes, dérangés par cette petite voix en eux qui les interpelle et les obsède.

Celui qui nous avait donné avec La faute de Roy Dupuis, son précédent roman, un livre touffu dans lequel se côtoient l’inimaginable et le plausible, n’a de cesse depuis ses débuts de se questionner sur l’existence et les gestes acceptables ou non en mettant ceux-ci entre les mains de ses personnages afin de voir comment ils vont se débrouiller. « Écrire, par mes personnages, me permet de comprendre ce que je ne comprends pas », affirme l’écrivain.

Et comme Luc Mercure n’en a pas fini de s’interroger, de chercher des réponses à ses questions, de tenter d’imaginer ce qu’il ferait s’il était dans une situation hors de son contrôle, ce n’est pas demain qu’il déposera sa plume. Lui qui n’a pas hésité à revisiter la vie de l’évangéliste Jean au seuil de la mort à l’occasion de son premier roman n’en a pas fini avec ses démons et ceux des autres.

Entre son premier roman et son sixième, vingt-trois ans se sont écoulés. Il a conservé la timidité des débuts ainsi que la gentillesse et la générosité de ceux qui apprécient d’être lu. Ce qui donne envie à tous ceux qui ont le plaisir de le rencontrer de lire ses romans.

Texte publié dans

21 décembre 2012

Marie-Francine Hébert : elle n’a pas dit son dernier mot!

Filed under: Mes rencontres littéraires — Lali @ 19:12

À l’heure où vient de paraître Minou, Minou, un album qui lui est particulièrement cher, Marie-Francine Hébert ne peut pas nous dire combien de titres elle a fait paraître en plus de trente ans, qu’il s’agisse de théâtre, de romans et d’albums jeunesse, ou de littérature pour les adultes. « Je n’ai jamais fait le compte. Ce n’est pas maintenant que je vais commencer! »

Et pourtant, combien de chemin parcouru depuis Slurch, non paginé, publié en collaboration avec La Barre du jour en 1970 et Cé tellement « cute » des enfants, pièce de théâtre publiée par l’UQAM en 1974, puis par les Quinze l’année suivante. Tant et si bien que certains en ont même oublié qu’elle a écrit pour la télévision et qu’elle a été poète à une époque de sa vie! « Quand on me demande combien de temps j’ai pris à écrire le livre qui vient de paraître, je réponds un mois, deux mois, ou parfois trois mois. Ce qui représente le temps à mettre sur papier ce qui a mûri pendant dix ans et que j’ai écrit plus d’une fois… »

Il est vrai que Marie-Francine Hébert, grand-mère depuis peu, est tellement attitrée à la littérature jeunesse qu’on ignore parfois qu’elle a fait autre chose et encore récemment. En effet, paraissait en 2009 chez Québec Amérique L’âme du fusil, son premier roman destiné aux adultes.

Illustré par sa fille Lou Beauchesne, L’âme du fusil est la première collaboration mère-fille, laquelle se poursuit avec Minou, Minou, paru aux éditions Planète Rebelle il y a quelques mois. « Si ce livre existe, c’est grâce à Lou. C’est elle qui a ressorti un texte que j’avais écrit à son intention quand Minou, qui avait été notre compagnon pendant vingt ans, est mort. Elle trouvait que le texte méritait d’être diffusé et avait envie de l’illustrer. »

Minou, Minou raconte l’histoire d’un chat, du jour de son adoption à ses derniers moments. Écrit pour consoler celle qui venait de perdre celui qui avait son fidèle compagnon, le texte se déploie et prend son envol en devenant l’album qu’il est maintenant. « Le chagrin est quelque chose d’universel, m’a glissé Lou en avril dernier quand elle m’a présenté Minou, Minou. C’est pour ça que je voulais partager cette histoire avec d’autres. »

Le résultat est à l’image de tous les livres de Marie-Francine Hébert. Fort, grave, mais avec une tendresse immense. Minou, grâce à son auteure, est un formidable narrateur. Minou, par l’entremise de son illustratrice, est illustratrice.

Trois fois lauréate du Prix M. Christie et autant de fois du Prix Alvine-Bélisle, Marie-Francine Hébert a reçu en 2004 le Prix Marcel-Couture. Celle dont le Venir au monde a vendu plus de 150 000 exemplaires pourrait s’asseoir sur ses lauriers. Mais non. « Il y a toujours moyen de faire mieux, de dire autrement, de changer l’angle, d’aborder de nouveaux sujets. C’est pour ça que je travaille déjà à autre chose. Je suis loin d’avoir dit mon dernier mot! » On ne s’en plaindra pas…

Texte publié dans

16 mars 2012

« Un premier roman, ça change une vie »

Filed under: Mes rencontres littéraires — Lali @ 19:42


Photo : Julie Désalliers

C’est en 1999 que François Désalliers faisait paraître son premier roman, Amour et pince-monseigneur, chez Québec/Amérique, mais il n’en était pas à ses premières armes en ce qui concerne l’écriture.

« Au Conservatoire d’art dramatique, j’ai reçu une formation de comédien. Mais comme les rôles étaient rares et que je tenais à jouer, j’ai décidé d’écrire mes propres pièces, de les mettre en scène et de les interpréter. C’est donc en écrivant que je suis devenu écrivain. Et en écrivant des romans que je suis devenu romancier. »

Celui qui a été comédien, professeur de théâtre et vendeur pendant une partie de sa vie, vit uniquement de sa plume depuis trois ans. Chichement, oui, mais avec un bonheur incomparable. « Au tournant de la cinquantaine, j’ai enfin pu me consacrer uniquement à ma passion : écrire. Même si je ne vends pas des milliers de livres par an, je continue. Parce que c’est ce que j’aime faire. Parce que j’ai encore des tas d’histoires en tête. Parce qu’un jour je voudrais parler de ma famille, de l’influence qu’ont eue sur moi mon oncle, le comédien Luc Durand, ma tante, l’écrivaine Louky Bersianik, disparue récemment, et bien d’autres. »

J’ai rencontré François Désalliers pour la première fois il y a une une quinzaine d’années. J’ai eu le privilège de lire son premier roman avant qu’il ne soit publié et il m’a accordé au moment de la sortie de celui-ci une entrevue pour Le Messager de Verdun. Malgré le fait que nous nous voyons peu souvent, j’ai suivi sa carrière de romancier de loin, plongeant avec délice dans chacune de ses histoires, l’imagination y occupant une immense place. Du jeune commis-libraire de son premier roman en passant par l’artiste de L’homme café et l’homme prisonnier des pages d’un magazine féminin dans Un monde de papier jusqu’à l’écrivain de son dernier né, Le jour où le mort a disparu, François Désalliers a chaque fois mis en scène des héros qui pourraient être à la limite banals s’ils ne se trouvaient pas aux prises avec une situation hors du commun.

Dans son plus récent roman paru en 2011, le héros est un écrivain et vendeur, trouvé mort dans son sommeil, dont le corps se retrouvera au dépotoir par un concours de circonstances qui donneront bien du mal aux enquêteurs chargés de tirer les choses au clair, ceux-ci croyant davantage à une fugue qu’à un enlèvement. Un héros qui n’est pas sans posséder quelques similitudes avec Désalliers, puisqu’il a lui aussi grandi dans le sud-ouest de Montréal, qu’il a été vendeur et écrivain en même temps, qu’il est père de quatre enfants et qu’il est amoureux de leur mère depuis trente ans.

« Ce n’est pas la première fois que je glisse quelques éléments de ma propre vie dans un roman. Je l’ai fait dans Du steak pour les élèves. Mais ce que je voulais exprimer dans Le jour où le mort a disparu, ce n’est pas tant la mort d’un écrivain, mais la mort de la littérature. Une mort annoncée par toutes sortes d’indices en cours de route. »

Le résultat n’est ni un roman policier, ni un roman d’amour, ni un roman psychologique, mais un amalgame de ces trois genres. Un roman qui constitue un moment de détente des plus agréables en attendant le suivant, à paraître à l’automne 2012.

« Mon roman préféré, c’est toujours celui qui va bientôt paraître ou celui que je suis en train d’écrire. Même si le premier de tous aura toujours une place bien spéciale. Un premier roman, ça change une vie. Mais c’est à partir de trois qu’on peut se dire écrivain. J’ai hâte que les gens lisent La fille du vidéoclub. Je souhaite qu’ils aiment ce livre et que mon éditeur vende beaucoup d’exemplaires », me dit en terminant François Désalliers, tout sourire.

L’écrivain a été homme de scène. C’est à se demander pourquoi nul n’a pensé à utiliser cet aspect de sa personnalité. Souhaitons qu’il défende lui-même les couleurs de son prochain livre. Je pourrais l’écouter pendant des heures. Et, parce que je l’ai lu, j’ai envie de le lire.

Texte publié dans

16 janvier 2012

Hélène Rioux, d’abord poète

Filed under: Mes rencontres littéraires — Lali @ 19:26


(Photo de Kéro)

C’est par la parution de Suite pour un visage, en 1970, que la nouvellière, romancière et traductrice Hélène Rioux entame une carrière d’écrivaine qui ne ressemble en rien à celle qu’elle avait en tête au moment de la publication, presque par hasard, de ses premiers poèmes,.

En effet, les textes réunis dans Suite pour un visage ont avant tout été écrits pour accompagner un spectacle de ballet-jazz monté par un groupe d’étudiants du Cégep du Vieux Montréal, annulé à cause de la fermeture de la salle où devait se tenir l’événement. Robert Leroux, qui allait devenir libraire (et qui l’est toujours), trouvant que ces textes méritaient d’être diffusés et lus puisqu’ils ne pouvaient être entendus, a investi le montant de sa bourse dans la création d’une maison d’édition qui a vécu le temps de ce titre, tiré à 500 exemplaires, tous vendus.

À cette époque, la toute jeune Hélène Rioux est convaincue d’une chose : elle sera poète. « C’est d’ailleurs tout ce que je savais à ce moment-là. Rien d’autre, me dit-elle, alors que nous étions attablées devant une assiette de pâtes. Le reste allait venir plus tard. Graduellement. Les nouvelles. La traduction. Le roman. » Comme on tisse sa toile sans savoir la taille qu’elle aura ni connaître l’angle qu’elle prendra. Et poète, elle l’est toujours, même si elle ne publie plus ses textes poétiques, privilégiant la fiction.

Troisième au Concours de nouvelles de Radio-Canada en 1986, elle n’a pas cessé depuis de recevoir prix littéraires et mentions, tant pour ses romans que ses traductions.

Vient de paraître Nuits blanches et jours de gloire, le troisième tome de cette tétralogie entamée par Hélène Rioux en 2007 qui a pour point de départ le Bout du monde, un restaurant de quartier où se retrouvent habitués et chauffeurs de taxi, à partir duquel gravitent une pléiade de personnages de partout au monde. L’action se déroule lors du solstice d’été, chacun des « Fragments du monde » qui chapeautent cette série se déroulant au changement de saison, choix naturel pour celle qui a d’abord été poète et pour qui solstice et équinoxe créent par leur simple évocation un sentiment de poésie.

La poésie n’est pas qu’un genre littéraire, ni que des poèmes et de la prose poétique. « La poésie est un état, une façon de penser et d’écrire, un regard sur les petites choses du quotidien qu’elle débanalise. La poésie est partout », continue-t-elle. Dans chacun des livres d’Hélène Rioux. Dans cette magnifique série qui est un peu le prolongement de son premier titre paru, puisqu’elle constitue une sorte de « suite pour des visages », et non pas un seul, rappelant en ceci le titre de son premier livre. « Des visages dont je me suis éprise et qu’il m’est difficile de faire disparaître. Des personnages auxquels je me suis attachée, que j’aime, que j’écoute. Ce sont eux qui me dictent la suite. »

Hélène Rioux pensait qu’elle serait toute sa vie poète. Elle n’avait pas tort. La poésie est en elle et porte son écriture.

Texte publié dans

26 décembre 2011

Claire Dé : la première fois il y a 30 ans

Filed under: Mes rencontres littéraires — Lali @ 19:39


(Claire Dé photographiée par Claire Dé)

À l’heure où vient de paraître Hôtel Septième-ciel et autres histoires chez Triptyque, Claire Dé se rappelle avec émotion l’année 1981 alors que paraissait sa première nouvelle dans Moebius, une revue également publiée par les éditions Triptyque.

Trente ans ont passé. C’est donc un retour aux sources pour celle qui avait reçu en 1989 le prix Stendhal de la nouvelle pour Le désir comme catastrophe naturelle et qui, dans son plus récent recueil, nous offre une entrevue imaginaire et imaginative entre une traductrice italienne et elle-même dans quelques années, puisqu’elle a situé l’action en 2018. Une entrevue fictive, mais plausible, qui donne la parole à l’écrivaine, laquelle nous entretient de sa passion pour les mots, de son amour immodéré pour les dictionnaires et de certains écrivains plus marquants que d’autres dans son parcours. Une entrevue ludique et sérieuse à la fois : ludique quand l’auteure se décrit sans ménagement et sérieuse quand il est question d’écriture. Une entrevue qui lui ressemble, qui a des similitudes avec une récente rencontre entre nous où café et caramels étaient aussi importants que ses personnages de fiction, ceux qu’elle fabrique ou ceux qu’elle raconte, ces derniers étant souvent moins fictifs qu’on peut le croire.

Celle qui a publié sa première nouvelle il y a 30 ans en revue, et dont la première publication hors du monde des revues (qu’elle n’a jamais cessé de fréquenter, ayant publié notamment dans Arcade et XYZ. La revue de la nouvelle) date de 1982, se souvient avec émotion de sa première fois. Qu’il s’agisse de sa nouvelle dans Moebius, ou du recueil de nouvelles La louve-garou, écrit en collaboration avec sa jumelle Anne Dandurand, dont la parution constituerait une deuxième « première fois », il s’agit chaque fois d’émotion. « Une première publication, c’est aussi une espèce d’accomplissement qui n’est pas une fin, mais un début; le début d’un échange », me confie-t-elle, en caressant la couverture d’Hôtel Septième-ciel et autres histoires, qui reproduit une carte postale envoyée par son père à sa mère il y a plus d’un demi-siècle.

Un échange. Un partage. Un cri. Un besoin de dire, de se dire. Je le vois bien dans ses yeux, dans ses gestes. Je le sens dans son sens du théâtre. Je le lis dans la beauté du monde qu’elle veut exprimer dans ses nouvelles.

Claire Dé. Trente ans d’écriture. « Et pourtant, c’est chaque fois la première fois. »

Texte publié dans

5 mars 2010

Trois nouvelles de Robert Lalonde

Filed under: À livres ouverts,Mes rencontres littéraires — Lali @ 19:06

lalonde.jpg

Probablement ne pourrai-je jamais lire un livre de Robert Lalonde de façon détachée, c’est-à-dire en faisant abstraction de ce que je sais de l’auteur. Parce que même si nous ne nous sommes pas assis ensemble depuis plusieurs années, il y aura toujours dans mes souvenirs ces moments où nous avons pu parler d’écriture, de cette passion de dire, de ce besoin viscéral des mots qui le pousse, qui me pousse à aller au delà du déjà dit.

Il y aura toujours, surtout, le souvenir de cet après-midi d’été à une terrasse de la rue Prince-Arthur, où nous avions échoué, l’endroit où nous avions rendez-vous ne pouvant nous accueillir à cause d’une panne d’électricité. Et cette longue promenade dans Montréal pour arriver là, son émerveillement continu, ses gestes pour m’indiquer une fenêtre, un oiseau, que sais-je encore. Et tous ces auteurs qu’il aimait et qu’il me fallait lire. La liste était inépuisable.

Ce jour-là, je me souviens, il avait parlé de Virginia Woolf, le personnage principal de Souvent je prononce un adieu, la nouvelle qui ouvre Un cœur rouge dans la glace, que j’ai étirée le plus longtemps possible, tant je ne voulais pas arriver à cet adieu entre elle et le narrateur. Une nouvelle qui plairait sûrement à Caroline et à tous ceux et celles qui aiment Virginia Woolf et pour qui elle est une source continue d’inspiration.

Dans cette nouvelle, comme dans les deux autres, de longues nouvelles, chacun des narrateurs est aux prises avec ses fantômes, son enfance, les mots qu’il n’a pas su dire, ses fuites et les raisons (fausses ou pas) qui ont motivé celles-ci. Des nouvelles touchantes, fortes, déstabilisantes par moments.

Un recueil important dans la liste des livres qu’a fait paraître Robert Lalonde. Je ne dirai pas « dans l’œuvre », comme l’avait fait un critique alors qu’il n’avait que peu de livres à son actif, car un jour il m’a dit on parle « d’œuvre » quand les écrivains sont morts. Une remarque que j’ai toujours retenue.

Un cœur rouge dans la glace. À lire. Absolument.

18 janvier 2009

Anecdote et recueil pour présenter un poète

Filed under: À livres ouverts,Mes rencontres littéraires — Lali @ 23:26

peupledoccasion.jpg

J’ai rencontré Bruno Roy il y a de cela bien longtemps. Mais c’est en 1990, à l’occasion de la remise du prix Jean-Giono à Yves Beauchemin où nous allions tous les deux que nous avons eu l’occasion de lier amitié. À cause d’une de ces bêtises à peine racontables sauf quand on sait rire de soi.

Oui, je sais, l’anecdote peut vous sembler ridicule, mais elle n’est pas moins vraie pour autant. Tellement ridicule qu’on ne peut pas l’inventer. Mon talon (moi qui n’en porte à peu près jamais) est resté coincé entre deux rails de l’escalier roulant et tandis que je me débattais pour bouger, Bruno qui était derrière moi et spectateur de mon désarroi, m’a fait sauter hors de mes souliers et du coup, quelques marches pour tirer de toutes ses forces sur l’escarpin. Drôle de manière d’entamer une conversation avec un poète et preuve que le ridicule ne tue pas!

Nous nous étions croisés à quelques reprises. Celui qui a été président de l’UNEEQ pendant de nombreuses années fait partie de ces gens auxquels on s’attache tout de suite. De ces êtres de cœur qui marquent ceux qui les croisent. Est-il plus tendre que d’autres? Est-il plus combattant que d’autres, lui qui est aussi le président du Comité des orphelins et orphelines institutionnalisés de Duplessis (CCOID)? Probablement.

Je sais juste que de tous les êtres que j’ai rencontrés dans ma vie, peu ont cette voix douce qu’il a autant pour vous parler que pour lire ses poèmes à haute voix comme il l’a fait à maintes et maintes occasions. Je sais juste que de lui se dégage la bonté, dans le vrai sens du mot. Je sais juste que c’est aussi un de ces poètes incontournables de la littérature québécoise. Je sais juste aussi que Peuple d’occasion est un de ses recueils que je préfère. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je l’offrirai dès ce soir aux lectrices du soir. Pour qu’elles goûtent elles aussi aux mots de ce poète qui gagnerait à être davantage connu.

29 juillet 2008

Georges Dor, homme de passion

Filed under: À livres ouverts,Mes rencontres littéraires — Lali @ 22:00

2894062184.gif photo_nom258.jpg

Il y avait à la maison deux recueils de Georges Dor quand j’étais enfant. J’ai dû plonger dedans à la même époque où j’ai découvert les poèmes de Musset et Les chansons des rues et des bois de Victor Hugo, tous sur la même tablette, côte à côte. Je devais avoir neuf ou dix ans pas plus. Et pourtant, je me rappelle comme si c’était hier les poèmes de Georges Dor, maintenant tous réunis sous le titre Poèmes et chansons d’amour et d’autre chose, que j’ai déposé au salon pour que quelques lectrices puissent en profiter.

Je me souviens aussi de l’époque où Georges Dor tenait une galerie d’art à Longueuil. Nous y allions de temps en temps. J’aimais cet amour et ce respect qu’il avait pour les artistes. Cette passion qu’il avait quand il parlait d’eux. Et sa si grande simplicité. L’homme qui avait chanté La Manic n’avait rien de ces vedettes d’aujourd’hui. Il était juste lui-même. Et ça lui suffisait. Je me souviens aussi d’un artiste qu’il avait pris sous son aile et qu’il nous a présentés : Alexis Arts. Un artiste qui avait la simplicité de son galiériste, un homme tout simple qui nous a invités chez lui parce que mes parents lui avaient commandés une toile. Ce fut ma première incursion dans un atelier d’artiste.

Bien plus tard, alors que j’animais une émission consacrée à la littérature québécoise à la télévision communautaire, j’ai rappelé à Georges Dor ces souvenirs. Je n’étais plus soudain une animatrice anonyme qui allait lui parler de son plus récent roman. Et comme ses yeux se sont allumés d’une couleur lumineuse quand j’ai évoqué ses recueils avec lesquels j’avais grandi. Et comme ils se sont mis à pétiller quand je lui ai parlé de sa galerie. Nous étions dans une si belle conversation et si animée que le réalisateur a dû nous ramener à l’ordre. Nous étions là pour une entrevue. Et probablement que cette dernière ne ressemble à aucune autre qu’il ait faite. Ce n’était pas une rencontre ordinaire entre une animatrice et un écrivain venant de faire paraître un livre. C’était un rendez-vous sous les projecteurs entre deux êtres passionnés par les mots et les couleurs.

C’est donc avec grand bonheur que je vais laisser pour les lectrices du soir son recueil.

14 juillet 2008

Le jour où j’ai rencontré Christopher Frank

Filed under: Couleurs et textures,Mes rencontres littéraires — Lali @ 20:01

cortes-edouard-leon-1.jpg

Il tournait alors le téléfilm Adieu Christine à un coin de rue de là, dans le 7e arrondissement. Et il m’avait donné rendez-vous au téléphone la veille pour le petit déjeuner dans ce café fréquenté par son équipe. Allait paraître à l’automne Je ferai comme si je n’étais là et il avait accepté d’en parler avec moi qui faisais mes premières armes en tant que chroniqueuse littéraire pour Elle Québec.

Oui, nous avons parlé du livre. Et puis d’écriture. Et de Paris, sa ville d’adoption. Et le temps a filé. Le temps d’un café, de deux croissants. Le cinéma l’attendait. Et moi, j’ai marché dans Paris. Je venais de rencontrer Christopher Frank, un amoureux de la vie que la mort a fauché trop tôt. Un homme qui écoutait les autres. Vraiment. Pas du bout des yeux. Et qui m’a fait la bise avant de retourner sur le plateau. Et moi, j’ai marché dans Paris.

*toile d’Édouard-Léon Cortès

Page suivante »