Lali

24 novembre 2016

Déjà 11 ans!

Filed under: États d'âme — Lali @ 21:00

11

Le 24 novembre 2005, j’ignorais que ce billet serait suivi par 28 190 autres et que j’aurais rendez-vous avez vous tous les jours.
Je savais seulement qu’une aventure commençait.

Je sais aujourd’hui qu’elle n’est pas finie…

19 novembre 2016

Lucie

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 22:40

oronska-katarzyna-2

Pour la première fois, depuis cinq ans, j’ai parcouru les allées du Salon du livre de Montréal sans Lucie.
Je ne savais pas il y a un an que ce serait la dernière fois, Lucie était tellement certaine qu’elle allait déjouer toutes les statistiques. Deux mois plus tôt, on lui avait retiré une tumeur au cerveau d’une taille impressionnante et dans les semaines qui ont suivi son opération, je l’avais accompagnée à sa première séance de radiothérapie.

Nous n’avons jamais cessé d’aller au théâtre, de cuisiner ensemble, d’avoir de longues conversations sur la vie, la littérature, la musique, l’amour, les voyages. Mais nous ne parlions pas de la mort. Ce n’était pas une éventualité. Jusqu’en août. Son oncologue a alors choisi d’entamer une nouvelle chimiothérapie afin de venir à bout de l’enflure d’une partie du cerveau qui comprimait celle qui permet de lire, d’écrire, de s’exprimer verbalement.

Les mots échappaient désormais à Lucie, et ce, de plus en plus, alors qu’elle saisissait tout et que sa pensée était toujours aussi claire et ordonnée. La tumeur était revenue, malgré la nouvelle chimiothérapie. Il n’y avait plus rien à faire.

On a mangé de la poutine. On a ri. On a fait comme si on avait encore toute la vie devant nous. Pas juste moi, mais toutes les deux.

Lucie a rejoint les étoiles le 31 octobre, après 14 mois à se battre courageusement, et veille désormais sur ceux qu’elle aimait et qui l’aimaient.

Et vendredi, il me semble l’avoir vue dans une allée, dans l’escalier, en train de discuter avec un éditeur, ou carrément absorbée par un quatrième de couverture.
Oui, elle était sûrement là, elle qui aimait tant les livres avant que les mots lui faussent compagnie.
Elle qui aimait tant la musique, la vie. Elle qui était si fière de ses enfants.
Elle était là. pas loin.
Elle n’est jamais bien loin.
Ne le sera jamais.

*toile de Katarzyna Oronska

19 octobre 2016

Mais ne pas oublier

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 5:43

childs-casey-2

Se faire à l’idée que les journées vont encore raccourcir, que la noirceur va prendre plus de place que la lumière. Et qu’il n’y a déjà plus de réveil jumelé au lever du soleil.

Se faire à l’idée que le café se prépare et se boit avec le plafonnier allumé depuis un bon moment. Et qu’il n’y aura plus de jours sans chaussettes dans ses chaussures.

Se faire à l’idée que dans moins de quinze jours ce sera déjà novembre. Et la pluie qui l’accompagne.

Mais ne pas oublier qu’aux petites heures du jour, qu’il fasse sombre ou clair, le faux silence de la nuit qui s’en va, avec au loin le bruit des voitures, n’en demeure pas moins un signe que la vie est là et qu’elle n’attend plus que nous.

*toile de Casey Childs

7 octobre 2016

Rien (ou presque) n’a changé

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 20:39

BOISSINOT (Chantal)

Quand j’ai emménagé là où je vis, il y a 17 ans, je m’asseyais à proximité de la fenêtre du balcon avec mon livre, mais je ne lisais pas toujours. J’écoutais les enfants jouer et rire. Et cela valait bien tous les livres de ma bibliothèque et tous les mots des poètes, même les plus grands.

Il y avait là tout le bonheur du monde, et cette magie propre à l’enfance que la plupart des adultes ont mise de côté, voire oubliée, parce qu’un jour il faut devenir grand. Sérieux. Mais faut-il vraiment devenir désabusé au point d’en oublier ce qu’est le plaisir de jouer à cache-cache ou de se lancer le ballon? Il me semble y avoir vraiment (trop) peu de gens à s’émerveiller de ce qui retient mon attention et m’émeut.

Or, il n’y a rien de banal dans les rires des enfants qui jouent devant l’immeuble. Trop d’autres n’ont pas la chance qu’ils ont d’avoir un endroit où s’amuser ou l’occasion de le faire, voire même de seulement y penser. Car chaque jour est pour eux un combat contre la faim, la guerre, la peur, et tout ce qui fait qu’ils ont oublié d’être des enfants, parce qu’ils ont été obligés de grandir trop vite.

Et peut-être que c’est à ceux-ci que je pense quand j’entends les rires et les cris de joie de mes petits voisins. Attendrie, comme il y a 17 ans. Mais consciente de ceux dont on a massacré l’enfance.

Et je souhaite que les rires ne cessent pas, que Chanelle, Camilla, Célina et Benoit, dont j’ai appris les prénoms à les entendre s’amusent encore longtemps au pied de l’immeuble. Pour eux, et pour tous ceux qui ne le peuvent pas.

*toile de Chantal Boissinot

2 août 2016

Bon anniversaire maman!

Filed under: États d'âme,Signé Armando,Vos traces — Lali @ 6:00

20160704,5,6_lisboa_00553 s

Pour te souhaiter une journée qui te comblera, Armando m’a offert cette photo juste pour toi. Puisse ce jour de ton anniversaire être aussi beau que cette fleur photographiée à Lisbonne!

11 juin 2016

Partir à l’aventure

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 20:19

DEWIT MARCHANT (Deborah) - 44

Voilà des jours que je contemple cette toile avec une envie folle d’y entrer. De partir à l’aventure. De sillonner les routes qui mènent à l’océan. Peut-être parce que tout le monde autour de moi parle de vacances.

Il est vrai que c’est de saison, nous sommes en juin. Cape Cod ou le Gaspésie sont souvent au cœur des conversations. Ou alors Cuba ou la Californie.

Quant à moi, je retournerais bien à Rockport, dans le Massachusetts. Ou je partirais à la conquête de Terre-Neuve. Ou encore, j’en rêverais, bien installée dans ce tableau.

*toile de Deborah Dewit

21 mai 2016

À l’heure du premier café

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 5:06

BERKELEY (Seamus) - 2

À l’heure du premier café, redécouvrir le chant des oiseaux. Ne pas savoir ce qu’ils (se) racontent, mais sourire. Sourire parce que le printemps est enfin là. Sourire parce qu’une pile de recueils de poèmes est posée sur la table, comme une invitation à y plonger. Sourire parce que le café est bon et qu’un nouvel oiseau s’est joint à la chorale de ce matin.

Et avoir envie de vous le dire.

*toile de Seamus Berkeley

30 avril 2016

Prendre le temps

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 22:51

BARINOVA (Evgenia)

Prendre le temps, trouver le temps. Afin d’écrire toutes ces histoires commencées. De rassembler ces bouts de papier noircis de phrases. De prêter vie à la lectrice aux cheveux roses et à tant d’autres.

Trouver le temps, le prendre. Imaginer ce qui se trame en dehors du cadre. Poser ici ces mots qu’elle tait depuis longtemps. Qui sont peut-être les miens. Ou pas.

Prendre le temps. Enfin. Et oublier qu’il fait nuit.

*illustration d’Evgenia Barinova

15 avril 2016

En vos mots a 9 ans!

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 16:00

RENSHOF (Gerd) - 2

Je ne savais pas, il y a neuf ans, au moment de la publication du premier billet intitulé En vos mots, que c’était là le début d’une formidable aventure. Je ne savais pas non plus qu’elle durerait aussi longtemps, que vous seriez nombreux à y participer et qu’aucune toile, sculpture ou illustration ne serait jamais muette. J’ignorais aussi que celui qui m’avait inspiré cette idée serait toujours là, semaine après semaine, fidèle au poste.

Je n’avais pensé qu’à la manière de développer cette idée qui m’était venue, et nullement envisagé la possibilité de sa durée. Et pourtant, aujourd’hui En vos mots entame sa dixième année alors que la plupart des blogues qui ont copié ou adapté l’idée ont pour abandonné celle-ci ou totalement disparu. Il n’en demeure pas moins que ce fut une première.

Neuf ans plus tard, c’est toujours un plaisir de choisir la scène livresque de la semaine et de vous lire. En vos mots est toujours en vie et le sera tant que vous serez là pour l’alimenter.

Merci d’être là. Merci de participer à cette aventure.
Merci aussi à ceux qui vous lisent dimanche après dimanche.
Sans vous, le pays de Lali ne serait pas ce qu’il est.

Sur ce, rendez-vous dimanche, à 8 h, heure de Montréal pour la publication des textes déposés sur la toile de la semaine et pour l’accrochage d’une toute nouvelle.

*toile de Gerd Renshof

5 mars 2016

Et le printemps reviendra

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 19:08

HYMAN (Miles) - 1

HYMAN (Miles) - 2

HYMAN (Miles) - 3

Et le printemps reviendra. Puis l’été.
Je sortirai mes robes et mes sandales. Mes sacs à fleur, à pois, à rayures.
Et j’irai de parc en parc lire ce que je n’ai pas eu le temps de lire cet hiver.

*sur des toiles de Miles Hyman

« Page précédentePage suivante »