Lali

8 septembre 2021

Je revis

Filed under: États d'âme,La carte postale du jour — Lali @ 18:01

Jamais je n’aurais pu imaginer qu’une chose pareille était possible. C’est pourtant ce qui est arrivé le samedi 28 août alors que j’étais en train de téléverser une image afin d’écrire un billet. Après deux ou trois tentatives se soldant chaque fois par un échec et par l’affichage d’obscurs messages, le pays de Lali n’a plus été accessible. Pas quelques minutes, pas une heure, mais onze jours.

Je n’ai pas été la seule dans mon cas. On parle de milliers de sites Web touchés par ce que WHC a appelé un incident majeur. Me dire que je n’étais pas seule à faire face à cette perte, que j’ai cru permanente pendant un moment, n’était pas suffisant pour me réconforter. Du moins pour que je puisse dormir sans y penser.

J’ai pourtant décidé d’avoir confiance, de ne pas me précipiter, même si ce que j’ai lu au cours des premières heures avait de quoi m’inquiéter. J’ai tout de même fait le choix de ne pas utiliser l’option de secours de mon hébergeur et d’attendre.

J’ai bien évidemment fait le tour de la toile pour tenter de voir ce que je pouvais grapiller ici et là. J’ai trouvé sur un disque dur externe certains de mes articles.

Je pourrais donc repartir à neuf si tout était perdu à jamais.

Mais j’ai une bonne étoile et un hébergeur qui a tout fait pour que je retrouve mon pays. Le technicien qui s’est occupé de la touche finale a augmenté le nombre d’inodes et mis à jour la version compatible de PHP afin que disparaissent les messages 503 et 401.

Me voilà donc de retour. Les billets programmés ont même été publiés pendant mon « absence ». Ne manquent en fait que deux commentaires qui étaient visibles dans l’interface le matin de la catastrophe. Mais je serai en mesure de les retrouver dans mes courriels. Tout n’est donc pas perdu.

Merci pour vos pensées positives, pour vos messages ailleurs qu’ici, pour vos coups de fil. Il m’a fait chaud au cœur de savoir que je vous manquais.

Je vais reprendre mes publications quotidiennes, mais il n’est pas dit que ce ne sera pas l’occasion d’apporter quelques changements ici et là.

Je suis si heureuse.

Je dirais même plus : je revis.

*photo de Gerry Hurkmans sur carte postale

10 juillet 2021

Difficile

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 18:42

Il sera difficile de retourner à une vie normale. Il y aura toujours cette crainte d’attraper l’un des variants du virus, malgré la deuxième dose de vaccin reçue hier. Et de le transmettre.

Il sera difficile de revoir des gens. Depuis seize mois, je n’ai pratiquement vu que mes parents, mon pharmacien, les caissières de l’épicerie et les employées du bureau de poste. J’ai croisé ma voisine du rez-de-chaussée trois fois et mes voisines de palier cinq fois.

Il sera difficile de reprendre contact. De vivre hors de cette bulle dans laquelle je me suis installée. Et pire encore : à laquelle j’ai pris goût.

Aller au théâtre, au cinéma, au restaurant et dans les magasins ne me manque pas. Les réunions entre amis, non plus. Du moins, pas beaucoup. Juste de temps en temps.

Bien sûr, certaines personnes me manquent. Et je serai heureuse de les revoir. Elles le savent. Je sais aussi que d’autres que moi éprouvent ldes inquiétudes identiques aux miennes.

Il sera difficile de retourner à une vie normale. Ne précipitons rien.

*toiles d’Olesya Serzhantova

3 avril 2021

Si j’aimais l’hiver

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 20:39

Si j’aimais l’hiver, je n’aurais pas été au désespoir de voir la neige tomber un 1er avril. Je n’aurais pas non plus été effondrée de constater qu’il faisait 10 degrés sous zéro la nuit ces deux dernières nuits.

Si j’aimais l’hiver, je me réjouirais de voir le froid mordant s’installer et demeurer pendant des mois. Je ferais du ski, peut-être. Le plus longtemps possible.

Mais je n’aime pas l’hiver. Sauf en photo ou en images, qu’il s’agisse de tableaux ou d »illustrations.

*illustration de Mara Cerri

14 mars 2021

Un an plus tard 10

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 20:01

Or. Cependant. Néanmoins. Mais. Choisissez le mot qui vous convient. Tout n’est pas totalement rose dans le monde du télétravail.

Les journées sont plus longues, car on a du mal à s’arrêter, à ne pas lire ses courriels le soir et les weekends, à ne pas accepter de travailler un samedi ou un dimanche de temps en temps. À dire non, tout simplement.

On m’a dit que tout cela s’apprend. Oui, on me l’a dit et redit. Ce sera donc un de mes objectifs de l’an 2 du télétravail qui deviendra peut-être du télétravail à vie. Qui sait?

*illustration de Banzisu

Un an plus tard 9

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 18:01

Je ne suis pas la seule à penser aux avantages du télétravail en matière en tenue vestimentaire. Même si je me suis toujours vêtue correctement et n’ai jamais travaillé en pyjama comme certaines collègues, j’ai pu demeurer pieds nus dans mes chaussures été comme hiver, quand il ne faisait pas trop froid.

Et j’ai pu éviter les bottes, les foulards, les gants et tout le bataclan quand je n’avais pas à me rendre à l’épicerie, à la pharmacie et au bureau de poste. Donc, encore un avantage.

*toile de Maxwell Doig

Un an plus tard 8

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 16:01

Pouvoir ouvrir les fenêtres fait aussi partie des bonheurs du télétravail. Ai-je besoin d’en dire plus? Vous aurez compris que les fenêtres de mon bureau sont fixes et que la seule chose que je puisse faire est de monter ou descendre les stores.

Or, j’adore ouvrir les fenêtres. Pour respirer. Pour écouter les bruits du dehors. Pour ne pas avoir l’impression d’être enfermée.

*toile de Stephen John Darbishire

Un an plus tard 7

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 14:01

Il a fait chaud en juillet et en août. Et il a fait chaud chez moi avec le soleil de l’après-midi directement sur ma salle à manger/salon/bureau. Très chaud, même.

Mais je n’ai pas gelé toute la journée en raison de l’air climatisé. Je n’ai pas suffoqué en sortant dehors en fin d’après-midi. Je n’ai eu aucun rhume d’été alors que j’y suis abonnée depuis des années parce que mon bureau est en général glacial durant la saison estivale.

Je pouvais me rafraîchir sous la douche quand j’étais en nage. Trois minutes sous l’eau tiède puis plus froide réussissaient à me remettre sur pied et à me redonner tout mon allant.

Et je pouvais, grâce à la voiture de mes parents, filer chez eux ma journée terminée afin de me baigner.

Non, l’air climatisé ne m’a pas manqué.

*toile de John Cunningham

Un an plus tard 6

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 12:01

Communiquer avec les membres de mon équipe et du reste de l’organisation n’a jamais été aussi facile que maintenant grâce au logiciel Teams qui a été intégré à nos outils de travail.

Nous pouvons donc nous voir et nous parler dans le cadre de réunions, pour répondre à une simple question, pour examiner un document, pour visionner à deux une publicité afin de nous assurer qu’aucune coquille ne s’y trouve, ou tout simplement pour nous dire bonjour. Je peux donc tôt le matin traduire quelques termes en direct avec Toni à Halifax ou finir ma journée en compagnie de Sheila, à Vancouver, pour régler une urgence.

Ce n’est jamais intrusif, comme ça peut l’être au bureau où les gens ne se privent pas de cogner (et pas toujours) et d’entrer sans y être invités.

En fait, depuis que je travaille de la maison, je peux mettre des visages et des voix sur mes collègues qui ne travaillent pas à Montréal. La pandémie aura donc eu du bon.

*illustration de Marta Cunill

Un an plus tard 5

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 10:01

Pouvoir organiser ses journées à sa guise est quelques chose de très agréable. Pas que je verse dans la fantaisie. Mais je peux prendre un premier café, lire les courriels, mettre ma journée en branle, et m’arrêter pour déjeuner et m’offrir un deuxième bol de café.

Je peux aussi manger autre chose que des salades, des sandwichs et des plats à réchauffer au four micro-ondes, puisque je peux cuisiner un peu. Et comme je commence très tôt, je peux aussi ne pas manger à la course.

Et je ne suis pas sans cesse dérangée par des collègues qui ont le temps de jaser puisqu’ils vont de bureau en bureau faire leur tournée et donner de leurs nouvelles et non pas en prendre de ceux et celles qu’ils visitent.

On peut être sociable sans vouloir socialiser à tout prix, non?

*toile de Rosa Comelles

Un an plus tard 4

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 6:01

Ma table de salle à manger, convertie en table de travail, est tout à côté de la porte patio qui donne sur mon balcon. Je peux donc jeter un œil sur ce qui se passe dehors. Voir les enfants partir pour l’école et mes voisins promener leur chien.

Mais je peux surtout surveiller l’arrivée de Chris, mon nouveau facteur. Il ne fait pas sa ronde en utilisant l’itinéraire de Luc, à qui une nouvelle route a été confiée. Je reçois donc mon courrier vers midi plutôt que vers 19 heures.

Bonheur d’ouvrir ma boîte aux lettres et de prendre mon repas du midi en examinant les cartes postales du jour.

*toile d’Elizabeth Colomba

Page suivante »