Lali

13 juin 2015

son réveil

FLINT (William Russell) - 15

J’aurais voulu une fois encore
écrire je t’aime sur ta peau
dans la fulgurance d’un désir
instantané friable fragile
et incommensurable
mais le soleil s’apprêtait à se lever

et j’ai choisi d’assister à son réveil

(juin 2015)

*toile de William Russell Flint

2 avril 2015

ces fils

BUCHET (Gustave) - 2

au confluent de nos rêves de nos dédales
parfois surgit plus qu’un éclair qu’un reflet
et je tends les mains vers ces fils à peine décousus
inconsciente de ce qui a pris le large
il y a plus d’une fois mille et une nuits

(mars 2015)

*toile de Gustave Buchet

21 mars 2015

dans l’inachevé

BALLAVOINE (Jules Frédéric) - 3

dans l’inachevé de nos gestes
dans nos mots suspendus
dans l’histoire à jamais inachevée
des souvenirs demeurent
d’autres s’estompent
le temps n’épargne que si peu

(mars 2015)

*toile de Jules Frédéric Ballavoine

27 septembre 2014

ni les tiens ni les miens

DYSON (Kelly) - 2

DYSON (Kelly) - 1

les laisser s’échapper
les regarder s’envoler
ne jamais les retenir
ni les emprisonner
les mots ne nous appartiennent pas
ni les miens
ni les tiens
même si inscrits à jamais
à même nos peaux emmêlées

(septembre 2014)

*sur des illustrations de Kelly Dyson

29 juillet 2014

poignée d’images

LATTANZIO MOISES (Anibal)

poignée d’images
comme autant de souvenirs
tracés à l’encre mauve
dans la buée de nos regards
à l’heure où le bateau
s’en va

(septembre 2013)

*toile d’Anibal Lattazio Moises

18 juillet 2014

au hasard de mes déraisons

BLAIS (Delphine)

« il me semble t’avoir croisé
au hasard de mes déraisons »
chante encore Peyrac
dans ces souvenirs
auxquels on s’accroche
pour ne pas tomber

à moins que je ne t’aie croisé
dans un de ces romans
qui s’empilent passant
des à lire aux lus
personnage plus vrai que vrai
mêmes rêves au fond des yeux

ou inventé de toutes pièces
les héros sonnent toujours faux
quand ils prennent vie
hors de l’imaginaire

*toile de Delphine Blais

21 juin 2014

tant de fois

BAUNE (Brad) - 2

j’ai tant de fois
tissé détissé retissé
des histoires
parfois à moi
souvent à d’autres
que j’ai perdu le fil
qui les coud et les découd
pour ne retenir
que l’ombre
sur la page emportée
par le vent

(juin 2013)

*toile de Brad Baune

14 avril 2014

notre histoire

AGUILAR GUTIERREZ (Maria José)

sa mémoire qui s’effrite
la mienne qui peaufine les détails
l’un préfère oublier
l’autre se souvenir

quand il se perd
dans les mots des autres
je réécris
pour la centième fois
notre histoire

(mars 2014)

*toile de Maria José Aguilar Gutierrez

10 avril 2014

nous nous sommes tus

EVERGOOD (Philip) - 1

et dans ma nuit
aux transparences évanescentes
l’imminence
du geste effacé
retrouvé
dans les alinéas
d’un passé
jamais révolu
— nous nous sommes tus

(mars 2014)

*toile de Philip Evergood

29 mars 2014

Bleus figés

Nulle terre étrangère.
Des couleurs. Des impressions.

20140328 002

20140328 005

20140328 003

20140328 004

Ravissement.

20140328 006

20140328 007

Et assise devant House of Pictures de Peter Doig, une envie d’écrire.
À laquelle on s’abandonne.
Pour que mots et couleurs se répondent.

20140328 001

Bleus figés
le plus clair posé
sur l’horizon
et des fenêtres sur l’infini
sur une seule image
de vert vêtue
qui demeurera
plus vraie que vraie
dans la distance des apparences

(mars 2014)

« Page précédentePage suivante »