Lali

20 juillet 2018

Ce que mots vous inspirent 2268

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

WOLFS (Mona) - 1

Si cela va sans dire, cela ira encore mieux en le disant. (Talleyrand)

*aquarelle de Mona Wolfs

19 juillet 2018

Le monde terrible 3

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

CELMA (Ricardo) - 3

Il est des instants ou s’apaise
le funeste orage de la vie
c’est quelqu’un qui vous touche l’épaule
ou qui pose un regard radieux…

et alors le quotidien s’effondre
dans un sombre gouffre sans fond…
et lentement au-dessus du gouffre
l’arc-en-ciel du silence se lève…

et la mélodie naissante et sourde
dans le silence qui retient son souffle
frôle les cordes engourdies par la vie
de l’âme tendue comme une harpe

Alexandre Blok, Le monde terrible

*choix de la lectrice de Ricardo Celma

Les lys du Canada

Filed under: Couleurs et textures,La carte postale du jour — Lali @ 12:00

IMG_20180623_0052

C’est fou tout ce qu’on peut apprendre grâce aux cartes postales… Ainsi, avant que je découvre ce magnifique collage signé Mary Delany, que l’on peut voir au British Museum à Londres – et que j’ai peut-être vu en 1988 –, j’ignorais qu’il existait des lys appelés lys du Canada.

Ce que mots vous inspirent 2267

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

WOLFE (Bruce) - 1

Le bonheur, c’est d’être heureux; ce n’est pas de faire croire aux autres qu’on l’est. (Jules Renard)

*toile de Bruce Wolfe

18 juillet 2018

Le monde terrible 2

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

CEBALLOS (Guillermo Marti) - 7

L’éternité a jeté l’étain
Du couchant sur la ville.
Le ciel part en lambeaux,
Les ruelles grondent.

J’ai, sur mes épaules,
L’impuissance des augures.
Les fenêtres des fabriques
Racontent la débauche.

Les toits d’étain abritent
Tous les insensés.
Dans cette cité vénale,
Le ciel ne descend pas.

La rumeur est si sonore,
Le mensonge si tentant.
Emmène-moi, ô ruelle,
Vers les brumes bleues.

Alexandre Blok, Le monde terrible

*choix de la lectrice de Guillermo Marti Ceballos

Ce que mots vous inspirent 2266

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

STUART (Gilbert) - 5

Une bonne idée est féconde comme une bonne terre. (Johann David Wyss)

*toile de Gilbert Stuart

17 juillet 2018

Le monde terrible 1

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

CAVAILLÈS (Jules) - 3

À pas très lents, la raison me quittait
Devant la porte de l’aimée.
La nuit chassait le printemps clair
Tandis que mon désir croissait.

Pleurant, de passion épuisé,
J’étouffais des sanglots amers.
Et remuait, se dédoublant,
La pensée insensée, dolente.

Elle a pénétré le silence
De mon âme qui délirait,
Elle a submergé mon printemps
De sa vague noire et muette.

La nuit chassait le printemps clair,
Mon cœur se glaçait sur la tombe.
À pas très lents, la raison me quittait,
Je pensais froidement à l’aimée.

Alexandre Blok, Le monde terrible

*choix de la lectrice de Jules Cavaillès

Un panda tout mignon

Filed under: Couleurs et textures,La carte postale du jour — Lali @ 12:00

IMG_20180713_0007

J’ai trouvé ce panda, envoyé par Amanda, si mignon que j’ai eu envie d’en savoir plus sur l’illustratrice Marion Deuchars, à qui l’on doit cette jolie frimousse. Et vous ne devinerez jamais… C’est aussi une auteure jeunesse.
Il va donc falloir que je pousse plus loin mon enquête.

Ce que mots vous inspirent 2265

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

STEWART (Aimee)

Il faut du temps pour se déchiffrer à ses propres yeux. (Gaëlle Josse)

*collage d’Aimee Stewart

16 juillet 2018

Elsa 6

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

SZULE (Péter) - 2

Alors on entendra sous l’accent du délire
Dans les aveugles mots les cris de déraison
Par cet amour de toi soudre la floraison
Des grands rosiers humains promis à l’avenir
Alors on entendra le cœur jamais éteint
Alors on entendra le sanglot sous la pierre
Que l’on verra saigner où s’attacha mon lierre
On saura que ma nuit préparait le matin

Paul Éluard, Elsa

*choix de la lectrice de Péter Szüle

Page suivante »