Lali

22 septembre 2017

Ce que mots vous inspirent 2055

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

HAUGHTON (Benjamin) - 2

HAUGHTON (Benjamin) - 1

Il faut trouver le secret du beau par le vrai. Les anciens n’ont pas créé, ils n’ont pas fait : ils ont reconnu. (Jean-Auguste-Dominique Ingres)

*toiles de Benjamin Haughton

21 septembre 2017

Poésie des femmes 4

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

HOLSOE (Carl Vilhelm) - 21

Paysages

Je veux de l’infini au fond du paysage;
Mon corps libre se heurte aux angles des cités;
Toute barrière est destructive de beauté,
Et la rue qui m’enserre est un obscur passage.

Je veux de l’infini dans mon amour borné,
Et c’est pourquoi je vois au-delà d’un visage,
Pourquoi dans un regard je cherche un paysage,
D’espace, d’inconnu, de rêve environné.

Je veux de l’infini autour d’obscurs passages,
Et je veux que mon âme, au cercueil de mon corps,
Sous les rames croisées de mes doigts dans la mort,
Vogue, les yeux fermés, vers les grands paysages.

Marie le Franc
(dans Anthologie de la poésie des femmes au Québec des origines à nos jours de Nicole Brossard et Lisette Girouard)

*choix de la lectrice de Carl Vilhelm Holsoe

Ce que mots vous inspirent 2054

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

HARCOURT (George) - 2

La lecture est un billet d’absence, une sortie du monde. (Christian Bobin)

*toile de George Harcourt

20 septembre 2017

Poésie des femmes 3

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

HILL (Janet) - 28

Nos petits souvenirs

Ils sont là, tout vivant, mes plus chers souvenirs,
Ils sont là relégués au fond de leur demeure,
Coffret aux vieux chiffons de regrets, de plaisirs,
Qui font qu’en les voyant, l’on sourit ou l’on pleure.

Reliques! doux trésors! que dites-vous tout bas
A la femme qui songe et près de vous soupire?
Des mots mystérieux qui ne s’exprime pas,
Mais provoquent toujours une larme, un sourire.

Vous dites qu’ici-bas, tout se change en douleur,
Que le plus beau rêve est une pure folie,
Un mirage trompeur, et que de notre cœur
Tombe l’illusion, même la plus chérie.

Vous êtes là vivants, mes tendres souvenirs,
Je veux vous contempler, pieux débris que j’aime,
Vieux chiffons tout remplis de regrets, de plaisirs,
En chacun, je retrouve une part de moi-même!

Atala (Léonise Valois)
(dans Anthologie de la poésie des femmes au Québec des origines à nos jours de Nicole Brossard et Lisette Girouard)

*choix de la lectrice de Janet Hill

Les chats de Paris

Filed under: Couleurs et textures,La carte postale du jour — Lali @ 12:00

IMG_20170814_0013
(dessin de Patrick Taïeb)

J’adore ce type d’illustration qui met en scène Paris et des chats. Tellement que, quand j’ai reçu cette carte de la part de Chantal, j’ai eu un sourire grand comme ça pour le reste de la journée.

Ce que mots vous inspirent 2053

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

HAMILTON (Hamilton) - 2

L’immobilité m’a apporté ce que le voyage ne me procurait plus. (Sylvain Tesson)

*toile de Hamilton Hamilton

19 septembre 2017

Poésie des femmes 2

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

HEUSER (Christian) - 4

Les rêves morts

Je voudrais pour aimer avoir un cœur nouveau
Qui n’eût jamais connu les heures de détresse,
Un cœur qui n’eût battu qu’au spectacle du beau
Et qui fût vierge encor de toute autre tendresse;

Mais je porte en moi-même un horrible tombeau,
Où gît un songe mort, loin de la multitude :
J’en ai scellé la porte et seul un noir corbeau
Du sépulcre maudit trouble la solitude!

Cet oiseau de malheur, c’est l’âpre souvenir,
C’est le regret des jours vécus dans la souffrance,
Qui ronge jusqu’aux os mes rêves d’avenir,
Beaux rêves glorieux, morts de désespérance.

Sans cesse l’aile sombre au fond de moi s’ébat,
Son grand vol tournoyant fait comme la rafale,
Qui siffle en accourant vers la fleur qu’elle abat
Et disperse les nids, dans sa course fatale.

Pourtant, d’un port lointain, si le vent, quelquefois,
M’apporte la chanson d’un ami sur la route,
À l’émoi de mon cœur je reconnais sa voix,
Car il cesse de battre, et tout mon être écoute.

Gaétane de Montreuil
(dans Anthologie de la poésie des femmes au Québec des origines à nos jours de Nicole Brossard et Lisette Girouard)

*choix de la lectrice de Christian Heuser

Ce que mots vous inspirent 2052

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

HAMILTON (Ken) - 4

J’ai beaucoup plus appris en écoutant couler l’eau de la rivière qu’en entendant raisonner les hommes… (Pierre Aguétant)

*toile de Ken Hamilton

18 septembre 2017

Poésie des femmes 1

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

HERSCHEL (Otto) - 6

Le Saint-Laurent

Si vous n’avez pas vu sa rive enchanteresse,
Si vous n’avez bruni sous sa rude caresse,
Vous ne comprenez pas
Ce que ressent mon cœur quand je revois la plage
Du Saint-Laurent superbe et que sur le rivage
Je marche à petits pas.

Vous ne comprenez pas ce que m’est la falaise,
Où je grimpais enfant, le fleuve où seule, à l’aise,
Sur le flot écumant
Dans un canot léger, j’allais braser l’orage,
Quand l’onde est en furie et le nordet en rage
Tout gris le firmament.

Vous ne comprenez pas ce que chantent les vagues
Aux étoiles de mer, aux oursins et aux algues,
De leurs voix de cristal.
Cette berceuse est douce et pleine d’harmonie,
Pitoyable, elle endort à l’heure où l’insomnie,
Monte son guet brutal.

Marie Boissonneault
(dans Anthologie de la poésie des femmes au Québec des origines à nos jours de Nicole Brossard et Lisette Girouard)

*choix de la lectrice d’Otto Herschel

Ce que mots vous inspirent 2051

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

BAYENS (Hans) - 3

C’est bizarre les souvenirs tu ne trouves pas? soupira-t-elle. On ne peut ni les toucher ni les tenir dans les mains, et pourtant ils détiennent un pouvoir immense. (Susan Wiggs)

*sculpture signée Hans Bayens

Page suivante »