Lali

4 mars 2019

Du vertige 3

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

SHARPE (Wendy)

Vacillement

Par quels fleuves
et méandres
suis-je venu
jusqu’à toi
dans la beauté
et l’herbe du vent
où ton corps se déploie

sculptant de lumière
et d’ébène
par quelle solitude
jusqi’à toi

Michel A. Thérien, Du vertige et de l’espoir

*choix de la lectrice de Wendy Sharpe

3 mars 2019

Du vertige 2

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

WEIGHT (Carel) - 3

plus rien
qu’un regard à rebours
dans la cohue
et le fracas des choses
où nous n’aurons été
que ces quelques
fragments amoureux
dans le langage de la terre

Michel A. Thérien, Du vertige et de l’espoir

*choix de la lectrice de Carel Weight

2 mars 2019

Du vertige 1

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

ROCA (François)

Poème

Mon poème
s’abîme
dans le corps
de ta lumière

n’a raison d’être
que l’abandon
du temps en nous

ses chemins traversés
au cœur dressé
de vérité

ses mains s’acharnant
encore
depuis le battement
de la terre
jusqu’à la gorge
de nos voix

chaque matin
il surgit
des voûtes du sommeil

s’écrit
dans les premières
raies du jour
malgré
la turbulence
des villes en feu

mon poème
est une femme
debout sur le monde

dans les stries
de son passage
sa nostalgie épie
les restes
de nos solitudes
pour en faire
du roc

toujours
en amont de nous
le poème
est ce lieu innommé
quelque part entre le cœur
et l’inconnu

nos mains terreuses
dans l’ardoise de ses mots

Michel A. Thérien, Du vertige et de l’espoir

*choix de la lectrice de François Roca

1 mars 2019

Un début 2

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

VAN HOOK (George) - 13

stratégie de captation
de la lumière

de Cappadoce
              de Norvège
à peau de serpent

repos
entre deux phrases

willing suspension

pour apprendre à nager
il faut croire

Éric Houser, Un début un milieu une fin

*choix de la lectrice de George Van Hook

28 février 2019

Un début 1

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

ROMNEY (George) - 3

écrire
entre les prises

cela ne suffit pas

un début
observé en fausse couleur
pour regrouper
des portraits

la tête légèrement
de côté
la chevelure
très vivante
la bouche
un peu entrouverte

Éric Houser, Un début un milieu une fin

*choix de la lectrice de George Romney

27 février 2019

Dans l’erre 3

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

PAP (Emil) - 7

Coquelicots

Au soleil
écarlate
il exulte
comme le chant
du coq.

Frédéric Jacques Temple, Dans l’erre des vents

*choix de la lectrice d’Emil Pap

26 février 2019

Dans l’erre 2

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

MUSCELEANU (Ion) - 2

Vénus

Claire planète solitaire
lumineuse comme une étoile
elle émerge de la terre
à l’heure où les bergeries
préparent pour la nuitée
les ouailles encore enivrées
des étreintes du soleil.

Frédéric Jacques Temple, Dans l’erre des vents

*choix de la lectrice d’Ion Musceleanu

25 février 2019

Dans l’erre 1

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

STRAMBU (Ipolit) - 3

Tel le vent

Le poème libre en lui-même
tel le vent dans sa royauté
ouvre à loisir sa route
au cœur du monde.

Frédéric Jacques Temple, Dans l’erre des vents

*choix de la lectrice d’Ipolit Strambu

24 février 2019

Escalier 4

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

POMMIER (Emmanuelle)

L’avenir sans un pli glisse vers le passé
Le jour nous dévisage et le temps, espacé.

La lumière colore avec exactitude
Tout ce qui vit et se reforme en sa multitude.

Où rien, n’apparaissait qu’un peu d’herbe sans nom
Renaissent le cheval, le coq et le lion,

Le poisson redevient marin et l’eau, profonde,
De tous côtés accourt la sagesse du monde.

Chacun reprend sa place et retrouve son cœur,
Pour l’innocent combat pas un seul déserteur!

Sans armes vient de loin une baleine blanche.
Qu’il est loin le harpon qui d’un côté vous penche!

Ô gravité de vivre, impasse qui délivre,
Comme on est plus profond d’avoir touché le fond!

Jules Supervielle, Escalier

*choix de la lectrice d’Emmanuelle Pommier

23 février 2019

Escalier 3

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

VAN DER LINDEN (Claatje)

Shéhérazade parle

Pour que du fond de mon mourir
Je vienne à pas précipités,
Que de portes il faut ouvrir
Et que de rideaux écarter!
Que de silence à remonter
Pour changer mes étoiles noires
En votre vivante clarté,
Pour que du fond de mon espoir
Je vienne à pas de vérité!
Après avoir vécu de contes
Plus véridiques que l’histoire
Que d’une voix qui vous affronte,
Ma mémoire vous donne à boire!
Et ne soyez pas étonnés,
Moi qui étais si éloignée,
Si je suis là de plus en plus,
Si vous croyez ce que j’ai cru.
Veuille m’aider, ô poésie,
À franchir le cercle de vie,
Toi qui rassembles tous les temps
Dans ce qu’ils ont de ressemblant,
Les visages n’ont pas changé
Et nul ne me semble étranger.
Écoutez donc, mes nouveaux frères,
Comment les choses se passèrent,
Comment abordent le présent
Ces contes de la nuit des temps.

Jules Supervielle, Escalier

*choix de la lectrice de Claartje van der Linden

Page suivante »