Lali

15 mai 2019

La quiche fatale

Filed under: À livres ouverts — Lali @ 20:29

C’est en faisant le tour du Salon du livre de Montréal en novembre dernier que ma filleule et moi avons découvert une série policière qui a tout de suite attiré notre attention. Et pour cause, les aventures d’Agatha Raisin sont un clin d’œil à celles de Miss Marple, l’héroïne d’Agatha Christie, que nous affectionnons toutes les deux.

Nous avons donc décidé de plonger l’une et l’autre dans l’univers d’Agatha Raisin, cette jeune retraitée qui, au début de la cinquantaine, en a eu assez des relations publiques et du bling bling londonien. Raison pour laquelle elle a choisi la campagne, et plus précisément les Cotswolds, pour sa nouvelle vie.

Mais on ne débarque pas comme ça chez les gens! Et c’est d’un bien mauvais œil qu’on la surveille dès son arrivée, d’autant plus que la quiche qu’elle a présentée comme sienne au concours culinaire a fait un mort! C’est d’ailleurs parce qu’elle a triché qu’on continue à suivre ses faits et gestes encore plus : Agatha ne sait pas cuisiner!

Or, pas question que ce crime demeure non élucidé. Agatha va y voir. Et cela donne lieu à des scènes cocasses, des rebondissements, des surprises, et des changements de cap. S’improviser détective a des conséquences.

La quiche fatale se dévore. Et ce n’est pas parce que ce n’est pas de la grande littérature (et qu’il y a quelques failles dans la traduction) que je vais bouder mon plaisir. J’ai été prise au jeu et je ne regrette pas une minute cette lecture divertissante. M. C. Beaton n’est pas une débutante. Elle sait donc comment brosser des portraits et raconter une histoire sans qu’il n’y ait de temps morts.

Autrement dit, je ne m’arrêterai pas là!

14 mai 2019

La vallée des mille gouttes

Filed under: À livres ouverts,Pour petites mains — Lali @ 19:51

Vous n’aimez pas la pluie? Vous n’en pouvez plus de la voir tomber? Vous voudriez qu’elle s’arrête enfin afin de pouvoir faire autre chose que de regarder par la fenêtre toute cette eau? C’est aussi le cas d’Anne, le personnage principal de La vallée des mille gouttes, un superbe conte écrit et illustré par Katrin Engelking. Et un conte qui fera aimer la pluie à tous les enfants.

Il n’a fallu qu’une grenouille, appelée Beaudouine, pour que tout change. Que la pluie devienne source de joie et de jeux. Car Beaudouine a invité Anne à visiter la vallée des mille gouttes où se préparent des réjouissances pour fêter la pluie. Et ça fête en grand, qu’on soit escargot, grenouille, rat ou fillette!

Des jolies illustrations, des couleurs vives, et nous voilà entraînés, petits et grands, dans une farandole qui donne envie de sortir des bottes de pluie et de danser!

Un album tout simple. Mais qui fait tellement de bien!

13 mai 2019

Le pommier

Filed under: À livres ouverts,Pour petites mains — Lali @ 19:25

Coup de cœur pour ce très bel album tout en finesse et en subtilité, qui laisse beaucoup de place au jeune lecteur pour deviner ce qui est tu, ou du moins pas clairement dit, et poser des questions. En effet, jamais il n’est expliqué comment un pommier a pu pousser au milieu d’une sapinière, sinon que par une image où une fillette se promène au milieu des conifères en mangeant une pomme.

Or, il n’est pas toujours facile de vivre ainsi, seul. Différent. Tellement différent. Avec des feuilles qui changent de couleur au fil des saisons, et qui finissent par tomber, alors que les autres ne se dénudent jamais. Ce qui laisse le pommier bien songeur. Il aurait si agréable d’être un sapin et de se retrouver décoré, d’être le clou des festivités.

Là aussi, tout n’est exprimé. Ce sont une fois de plus les images qui parlent d’elles-mêmes, entre autres celle où le pommier est tout seul, entouré de souches…

Histoire du pommier qui rêvait d’être un sapin traite de la solitude, de la différence, vous l’aurez compris. Mais aussi des forêts qu’on décime. Et aussi du fait que la nature répare parfois les bêtises de l’être humain.

Un livre qui va bien au-delà du texte et des images, lesquelles signées Juliette Barbanègre sont de pures merveilles.

12 mai 2019

Chantefables et chantefleurs 10

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 20:01

Le souci

Et pour qui sont ces six soucis?
Ces six soucis sont pour mémoire.
Ne froncez donc pas les sourcils,
Ne faites donc pas une histoire,
Mais souriez, car vous aussi,
Vous aussi, aurez des soucis.

Robert Desnos, Chantefables et chantefleurs

*choix de la lectrice de Lawrence Alma-Tadema

Chantefables et chantefleurs 9

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 18:01

Le myosotis

Ayant perdu toute mémoire
Un myosotis s’ennuyait.
Voulait-il conter une histoire?
Dès le début, il l’oubliait.
Pas de passé, pas d’avenir,
Myosotis sans souvenir.

Robert Desnos, Chantefables et chantefleurs

*choix de la lectrice d’Emil Beurmann

Chantefables et chantefleurs 8

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 16:01

L’iris

L’iris au bord du rivage
Se reflétait dans l’étang,
Bel iris sauvage
Qui rêve au beau temps.
Iris mes beaux yeux
Tu parfumes les draps blancs,
Iris merveilleux,
Iris au bord de l’étang.

Robert Desnos, Chantefables et chantefleurs

*choix de la lectrice signée Hermann Seeger

Chantefables et chantefleurs 7

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 14:01

La belle-de-nuit

Quand je m’endors et quand je rêve
La belle-de-nuit se relève.
Elle entre dans la maison
En escaladant le balcon,
Un rayon de lune la costume,
Belle-de-nuit, fleur de minuit.

Robert Desnos, Chantefables et chantefleurs

*choix de la lectrice de Christen Dalsgaard

Chantefables et chantefleurs 6

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 12:01

L’hortensia

La belle est au bois dormant,
Hortensia bleu,
Hortensia rouge.
La belle est au bois rêvant,
Hortensia rouge,
Hortensia rouge ou bleu.
La belle est au bois aimant,
Qui aime le mieux?

Robert Desnos, Chantefables et chantefleurs

*choix des lectrices de Léon Charles Adrien Bailly

Chantefables et chantefleurs 5

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 10:01

La chauve-souris

À mi-carême, en carnaval,
On met un masque de velours,

Où va le masque après le bal?
Il vole à la tombée du jour.

Oiseau de poils, oiseau sans plumes,
Il sort, quand l’étoile s’allume,

De son repaire de décombres.
Chauve-souris masque de l’ombre.

Robert Desnos, Chantefables et chantefleurs

*choix du lecteur de Sylvie Thomas-Vanlerberghe

Chantefables et chantefleurs 4

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 6:01

La fourmi

Une fourmi de dix-huit mètres
Avec un chapeau sur la tête,
Ça n’existe pas, ça n’existe pas.
Une fourmi traînant un char
Plein de pingouins et de canards,
Ça n’existe pas, ça n’existe pas.
Une fourmi parlant français,
Parlant latin et javanais,
Ça n’existe pas, ça n’existe pas.
Eh! Pourquoi pas?

Robert Desnos, Chantefables et chantefleurs

*choix de la lectrice d’Anders Zorn

Page suivante »