Lali

15 octobre 2008

Avant-goût

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 19:16

photo-2469.jpg

C’était une journée parfaite pour les photos, si bien que j’ai avalé mon diner en deux temps trois mouvements pour aller voir les couleurs du sentier pas très loin du bureau, si bien que pendant la pause de l’après-midi, je suis allée examiner de près les feuilles sur les grilles du golf municipal, si bien que j’ai fait les trois quarts du trajet de retour à pied… Si bien qu’il y a près d’une centaine de photos réussies, en plus de celles que m’ont envoyées Lilas, Denise, Guess Who, Reine, Chantal et Armando. Ce qui me permet d’ores et déjà de vous annoncer qu’il y aura beaucoup de photos colorées au pays de Lali tout ce mois d’octobre… Le temps de les réduire et de les parsemer ici et là! Mais je n’ai pas su résister à vous offrir celle-ci, prise il y a deux heures, pour vous donner un avant-goût de ce qui vous attend…

11 commentaires »

  1. Heureux automne qui nous chante la pomme dans des habits dignes d’un prince!

    Comment by Flairjoy — 16 octobre 2008 @ 7:23

  2. Ton « Avant-goût » ne pouvait pas mieux tomber aujourd’hui, Lali car chez nous, il pleut ! C’est un beau cadeau.
    La nature est infiniment belle et l’automne apporte tant de couleurs éclatantes et douces à la fois. Ces arbres ont sorti leur plus belle palette allant du vert au rouge, orange, jusqu’à l’or !
    Merci pour le détour.

    Comment by Denise — 16 octobre 2008 @ 7:51

  3. Et j’ai drôlement bien fait de faire provision de couleurs hier, car ici aussi il pleut aujourd’hui…

    Comment by Lali — 16 octobre 2008 @ 7:54

  4. Bonjour
    Puis-je vous demander d’avoir la courtoisie de faire des billets avec moins de mots.

    Ce n’est pas que votre écriture m’ennuie a ce point, mais il faut vous dire que ma vue diminue [il y en a encore qui disent que tout augmente…] et que j’ai de plus en plus de difficultés à lire les longs billets, ce qui me demande plus d’efforts.

    Certes, comme je suis un garçon intelligent, j’ai trouvé l’astuce et quand les billets sont trop longs je lis la première partie de l’œil gauche et puis je le mets au repos et je lis la deuxième partie de l’œil droit.
    Bien sûr que je crains que mon ordinateur pense que je lui fais de l’œil.

    Vous savez, de nos jours, des Pervers il y en a partout. J’en connais même dans les familles les plus présentables. Des Pervers.

    Ma cousine Pompinette me racontait encore l’autre jour qu’elle avait lu un livre d’un certain Pervers qu’elle avait beaucoup aimé (ce qu’il ne faut pas entendre!!!). J’ai même fait des recherches dans Gugule pour découvrir un texte de ce Pervers. Je n’ai rien trouvé. Bien sur, ils sont cachés. Ils ne s’affichent pas au grand jour.
    Mais après, j’ai eu un doute et comme j’ai des difficultés parfois avec l’orthographe, je me suis dit que c’était peut-être Pré Vert ou Pré Vers ou Prix Verts. Je ne le saurai jamais…
    Bon, toujours est-il que je trouve parfois vos billets un peu longs et comme j’aime beaucoup vous lire, je me dis que plus vous faites des petits billets, plus je profite de votre écriture et que j,ai ainsi plus de temps pour profiter des photos de toutes ces sympathiques dames pensionnées avec un appareil photo avec stabilisateur d’image.
    Eh oui, je l’ai découvert que Mme D[biiiiipe] avait un appareil avec stabilisateur d’image, parce je sais très bien qu’il vente beaucoup au Mont Saint Michel, (même que moi je suis devenu tout décoiffé), alors que sa photo était nette.
    Vous êtes étonnée, hein?… On ne me la fait pas, Mlle Lali. J’avais bien vu qu’il y avait de la triche… Je n’ai rien dit parce que je suis du genre silencieux.
    Et puis, vous ne pensez même pas que je vais vous dire qui était l’auteure de la photo. Non, moi je ne suis pas le genre à faire dans ces machins. Franchement. Je vais vous dire une chose. Quand j’étais à l’école, il y avait un garçon qui a fait de la délation, vous savez quoi?…
    Il est devenu chauve… c’est d’ailleurs à cela qu’on reconnait les menteurs. C’est ma cousine Pomponette qui me l’a dit un jour. Les chauves sont tous de menteurs!… Et vous savez, elle s’y connaît en chauves…
    Pour vous dire vrai, elle connait tout, ma cousine Pomponette. Mais quelle bavarde!… Vous lui ressemblez un peu parfois avec vos longs billets. Alors, si vous pouvez faire court. La prochaine fois. Promis?…

    Comment by Raie Noir — 17 octobre 2008 @ 0:57

  5. Pour quelqu’un qui souhaite des commentaires plus courts, je vous trouve très loquace, Raie Noir mais je pense que vous aviez besoin de dire ce que vous aviez sur le coeur ! Je comprends.

    Par contre, je ne peux pas vous promettre d’écrire des commentaires en deux mots. Parfois, il en faut plus pour dire ce que l’on ressent, mais j’y songe ! Me comprenez-vous ?

    Au plaisir.

    Comment by Denise — 17 octobre 2008 @ 7:45

  6. Denise, je crois que Raie Noir s’est beaucoup amusé de mes souvent TRÈS courts billets… et c’est pour ça qu’il est si loquace!
    Je le soupçonne de donner dans le surréalisme belge. Il a dû lire Jean-Luc Fonck!

    Et surtout, je ne crois pas du tout qu’il veuille que tu raccourcisses tes commentaires…
    En tout cas, moi je ne le veux pas!

    Comment by Lali — 17 octobre 2008 @ 7:52

  7. Chère Denise

    Vos mots me vont droit au coeur comme les flashes de votre appareil photographique avec stabilisateur d’image qui m’éblouit et m’empêche de raisonner [d’ailleurs, j’ai le droit de conserver mon image et vous n’avez pas le droit de me prendre en photo. Je ne suis pas un canard, moi!]

    Je crois que mon commentaire a été bref et précis, et nous sommes très loin des mots qui s’accumulent pour ne rien dire. Vous remarquerez que je n’ai pas utilisé mon langage subtil, propre à ma formation exquise, dans les meilleurs collèges d’Europe où seuls les hommes avec un profil d’homme d’État civil peuvent se rencontrer. Il n’est pas nécessaire d’ailleurs que je vous dise que mon pauvre père, marchand de pièces introuvables [il a fait faillite le pauvre] et mon grand-père marchand de flacons d’air des villes [qu’il cuellait lui-même dans les villes d’origine], avaient comme devise « palabrutupumpum is inutilium » que je traduis par : trop de palabres c’est inutile. J’ignore comme cela se dit en Suisse, mais étant donné que vous ne faites même pas partie de la zone euro, je ne veux pas faire la conversion de phrases presque latines.
    D’ailleurs je coûte trop cher.
    Donc, soyons précis et surtout ayez la politisse ne me pas m’interrompre quand je parle, puisque moi je vous ai laissées vous ainsi que Mlle Lali parler à l’aise et c’est seulement après mûre refléxion que j’ai pris la parole pour dire deux mots et rien que deux malheureux mots. Je compte sur votre infinite bonté d’esprit et votre vision large et tolérante de la société dans laquelle nous vivons et qui nous fait de plus en plus peur, à un point tel que ma cousine Pomponette me disait l’autre jour : J’ai peur. Très peur. Vous voyez il y a de quoi être effrayé…
    Or, vous vous rendez bien compte que je sais être concis et trouver avec aisance les mots adéquats, sans virgules et tournures inutiles, vous regarder droit dans les yeux et vous répondre, tout simplement et sans peur :
    Vous etes ador… [désolé mais vous ne saurez jamais la fin de ma phrase. Économie de mots, oblige]

    Comment by Raie Noir — 17 octobre 2008 @ 8:16

  8. Je suis moi aussi pour de courts commentaires!

    Comment by Raie Serrer — 17 octobre 2008 @ 8:31

  9. …able. C’était, je suppose, la fin de votre phrase, Raie Noir ! Et je vous remercie du fond du coeur pour votre commentaire écrit en deux mots. Tout à fait suffisant pour vous comprendre !

    « L’arbre à palabres, c’est souvent le baobab ou le fromager à l’ombre duquel les gens du village tiennent leurs assemblées, durant lesquelles ils discutent des problèmes de la communauté. Sous la protection de ce grand feuillu, chaque villageois peut exercer son droit de parole, à la seule condition d’écouter d’abord les vieillards, en raison de leur expérience. »
    Sous l’arbre à palabres, mon grand-père disait…, Boucar Diouf, p. 19

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Boucar_Diouf

    Encore une chose, Raie Noir ! J’abonde dans le sens de Raie Serrer.

    Au plaisir de vous retrouver.

    Comment by Denise — 17 octobre 2008 @ 15:37

  10. L’arbre à palabres Denise !!! Heureusement, qu’il ne peut exister au pays de Lali ! Car d’ après mes souvenirs de brousse, au Gabon, si cela n’a pas changé… les femmes n’y sont pas admises, sauf avec l’autorisation du chef du village ! Cela ferait peut-être l’affaire de Raie Noir…. qui trouve les femmes un peu trop bavardes !
    D’ailleurs il me semble avoir lu que la qualité préférée chez les femmes, pour Raie Noir, était le SILENCE…..
    Ne t’en fais pas Denise, Lali , chef du village d’ici, a donné son avis ! Nous voilà rassurées ! ( rire )

    Comment by chantal — 17 octobre 2008 @ 18:41

  11. Ouf ! Merci Chantal pour tes propos encourageants…et merci à Lali qui a un oeil sur la tribu !

    Comment by Denise — 18 octobre 2008 @ 7:43

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire