Lali

1 janvier 2013

Au sud du Sahara 8

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

La source tarie

Je n’ai plus rien à chanter
Il ne me reste rien à danser

Mes émois mes sarcasmes d’enfant
Mes peines mes larmes refoulées
Mes lumières mes orages fulgurants
Ma hargne mes faiblesses bâillonnées
Mes angoisses mes temps forts
Le temps de mes refus d’homme
La densité de mes retours pantelants

Vous avez tout dit poètes inspirés
Je n’ai plus rien à chanter moi
Vous avez dit tout tout dit tout
Il ne me reste rien à danser

Mes contes mes légendes
Les mystères de Casamance
Les fauves de ma savane
Mes fleuves les brumes mes soleils
Les feux de brousse nos antres tutélaires
Tout tout dit

Je n’ai plus rien à chanter
Il ne me reste rien à danser

je vous tends les bras le cœur
Et ma muse fervente
Confondus dans vos chants
D’avant l’aurore.

Malick Fall (Sénégal, 1920-1978)
(Poésie d’Afrique au sud du Sahara)

*choix de la lectrice d’Andrea Appiani

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire