Lali

15 juin 2011

Agacements

remplacante.jpg

J’avais plutôt apprécié Monsieur Bonheur de Frank Andriat. Suffisamment pour que j’aie envie de découvrir davantage cet auteur. C’est donc avec plaisir que j’ai retrouvé les personnages de ce roman dans La remplaçante. Mais le plaisir n’a pas été long à s’évanouir. En effet, dès les premières pages je me suis butée à des clichés qui m’ont profondément agacée.

Mais commençons par le début. Il était une fois une enseignante parfaite. Au corps parfait. Aux cheveux parfaits. Blonds et longs. Aux yeux parfaits. Qui enseignait de façon parfaite. Une enseignante adorée de ses élèves, autant des filles que des garçons, les unes rêvant d’être comme elle, les autres de la séduire. Parfaite, vous dis-je. Tellement parfaite qu’elle aurait sûrement été en mesure de rendre poétiques les règles des participes passés.

Premier agacement. Lequel sera suivi par un deuxième dès que l’enseignante parfaite se sera cassé une jambe en tombant sur la glace en virevoltant sur ses patins et qu’elle sera remplacée pendant deux mois. D’où le titre La remplaçante. Une fée Carabosse doublée d’une sorcière tout droit sortie d’un conte de Grimm, portant des tailleurs immondes, hurlant au lieu de parler, sans une once de psychologie, laide, tellement laide que les élèves ont la nausée juste à la regarder et qui compte leur inculquer la matière coûte que coûte sans qu’ils aient leur mot à dire. Gros agacement, là. Fallait-il faire de la méchante de l’histoire un être hideux alors que la gentille est en plus une beauté fatale?

C’est un peu trop, non? Mais bon, j’ai mis mes petits grincements de dents dans mon tiroir et je suis allée jusqu’au bout du roman de Frank Andriat destiné aux ados, lequel n’est pas mauvais mais pas non plus très bon. Autrement dit, il se lit agréablement (quand vous aurez mis de côté les agacements sur la belle et la méchante, fait fi du tréma dans Michaël Jackson et tenté d’oublier la page de couverture qui est un ratage aussi complet que celle de Monsieur Bonheur), mais vous ne conserverez pas un souvenir impérissable de ces 155 pages mettant en scène une bande d’ados déterminés à casser la méchante au moyen de divers stratagèmes.

Lu dans le cadre du Challenge « Littérature belge ».

challenge.gif

Un commentaire »

  1. Je partage ton avis sur le renforcement inutile « belle-vilaine ». Pour ce qui est des ados qui mettent au point des stratagèmes pour casser la remplaçante, ce livre est bien en deçà de la réalité ! Je peux te le dire…
    Pour ce qui est des couvertures, cette dernière n’est pas terrible, je te l’accorde ! Comme à l’Ecole des Loisirs ! Ils devraient revoir leur politique et leur concept d’illustration !

    Comment by argali — 17 juin 2011 @ 4:15

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire