Lali

8 mars 2007

À partir d’une phrase de Tahar Ben Jelloun

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 22:56

david preston

Respecter une femme, c’est pouvoir envisager l’amitié avec elle; ce qui n’exclut pas le jeu de la séduction, et même, dans certains cas, le désir. [Tahar Ben Jelloun]

J’ai noté cette phrase sur un bout de papier il y a presque cinq ans. Et en rangeant, la petite phrase est réapparue. Autant à l’époque où je l’avais copiée, elle faisait sens, parce qu’il y avait dans ma vie cet ami/confident pour qui j’étais l’amie/confidente avec lequel parfois je dormais. Autant aujourd’hui, je ne sais pas si je l’aurais notée.

J’ignore si, maintenant que j’ai connu un désir bien autre, un désir qui emporte tout sur son passage, je serais en mesure de vivre ce genre d’amitié où le jeu de la séduction peut intervenir ponctuellement. Je ne sais pas. Non pas que j’étais inconfortable dans ce que je vivais à ce moment-là. Au contraire. Il y avait quelque chose d’agréable qui me rassurait dans le fait de pouvoir séduire à l’occasion celui que je connaissais depuis plus de dix ans. Mais était-ce bien sage ? Cette amitié qui outrepassait les normes de l’amitié conventionnelle aurait pu détruire l’amitié. L’un des deux aurait pu devenir amoureux. Or, nous avons eu de la chance, ce n’est pas arrivé et nous sommes toujours amis même s’il n’y a plus ces gestes d’alors que nous appelions désir et qui, peut-être, n’étaient au fond qu’un appel à la tendresse.

Alors, oui, il est possible que la phrase de Ben Jelloun puisse s’appliquer dans certaines cas. Mais en ne perdant pas de vue l’idée du danger, l’idée qu’un des deux pourrait souffrir et vouloir vivre autre chose.

J’ai plutôt envie de croire à l’amitié qui pourrait naître du désir qui perdure. Plutôt envie de croire qu’une femme qui s’offre à son amant comme le fait la lectrice de David Preston pourrait devenir à la longue son amie. Oui, envie de croire que l’amitié peut se développer pendant qu’un homme et une femme sont amants, et même continuer quand ils ne le sont plus, mais que faire entrer le jeu de la séduction dans une amitié qui dure depuis très longtemps n’est peut-être pas une chose à souhaiter.

2 commentaires »

  1. Je suis en train d’ecrire un mémoire sur trois oeuvres de Tahar Ben Jelloun et je voudrais bien savoir où je trouve cette phrase pour la pouvoir citer. En plus l’image là-dessus m’intéresse. D’où vient-elle?
    Merci!

    Comment by Sarah Peignard — 10 avril 2008 @ 11:42

  2. La phrase est tirée du livre Eloge de l’amitié.
    Pour les détails sur la toile, il faut cliquer sur le nom de l’artiste.

    Comment by Lali — 10 avril 2008 @ 13:03

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire