Lali

28 janvier 2013

À minuit 4

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

errance du lendemain
chaque geste n’existe pas vraiment
demain comme hier notre dernière heure sait se
rappeler e l’errance de nos regards
au premier jour de l’apparition des mains à chaque
hémisphère de nos larmes
sans savoir ni dire ni écrire ce que chaque moment
instable nous portait à rire

mes doigts reconnaîtraient la couleur de ta peau
mes mains ode à tes seins

Pierre Labrie, À minuit. Changez la date

*choix de la lectrice de Fongwei Liu

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire