Lali

27 octobre 2020

La petite sirène

Filed under: Couleurs et textures,La carte postale du jour — Lali @ 12:00

La petite sirène, une illustration de l’artiste Marianna Stzyma que m’a envoyée mon amie Astrid, a été pour moi l’occasion d’entrer son atelier. Sans savoir que j’aurais un véritable coup de foudre pour son travail.

Ce que mots vous inspirent 2853

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

La vérité est toujours simple. Seul le mensonge fait des détours. (T. M. Logan)

*toile de Norman Cornish

26 octobre 2020

Sur les dunes

Filed under: Couleurs et textures,La carte postale du jour — Lali @ 12:00

Comme j’aime beaucoup les toiles du peintre belge Theo Van Rysselberghe, je ne pouvais qu’être séduite par celle-ci qui a pour titre Sur les dunes, à Heyst.

Ce que mots vous inspirent 2852

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

Quand le monde s’effondre, vous faites le meilleur avec ce qui reste. (Sting)

*toile de Santeri Saloviki

25 octobre 2020

Un dimanche avec Norge 10

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 20:01

Le petit jour poreux
qui efflue,
réhabite
nos vitreuses pensées

On s’entoge encore une fois
du faux habit de soi-même.

On replâtre le masque d’hier
à ce visage trop frileux
de sa nudité.

On reprend sa vie – pliée
sur un fauteuil
au pied du lit –
comme un vêtement qu’on soigne.

On inventorie la risqueuse
monnaie des paroles qu’il faudra dire,
la trouble marchandise des gestes
qu’il faudra faire

Pour demeurer la dupe
de son signalement.

Et chacun trouve naturel
de n’être pas devenu
un autre.

(Norge)

*toile de Ted Ramsay

Un dimanche avec Norge 9

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 18:01

Dans l’étrange lumière solaire
Un étrange olivier sommeillait
La cigale au silence rongeait
D’une calme, une égale colère
Et le temps pour toujours semblait faire
De cette heure un cristal solitaire.

Sur une autre planète, est-ce vrai
Qu’il existe des cœurs et des guerres,
Des travaux, des saisons, des palais
Quand ici le néant est parfait
Dans l’étrange lumière ordinaire.

(Norge)

*illustration de Jimmy Liao

Un dimanche avec Norge 8

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 16:01

Leurre comme tout et tous
mais je goûte quand même
belle,
la belle tentation de dire.

Ô, si confusément tiré des limbes
cérébraux : poème :
poisson un peu étrange
et féerique à travers
les rutilances de l’aquarium
et la cohue de l’eau.

Scintille et sois né!

Or, voici la phrase – illusion optique –
si fièrement et drôlement indigente
et non dite.

(Norge)

*toile d’Anna Tkacheva

Un dimanche avec Norge 7

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 14:01

Tu giboules, giboulée
Et la terre est roucoulée
De cent mille colombées.

Et la terre est en amour.


Tu giboules, giboulée
Et la terre est fleuronnée
De cent mille cerisaies.

Et la terre est en amour.

Tu giboules, giboulée
Et la terre est baisoyée
De cent mille rayonnées

Et la terre est festoyée
De cent mille bourgeonnées

Et la terre est chatouillée
De cent mille greminées.

Tu giboules, giboulée
Et la terre est jouvencée
De cent mille chansonnées.

Tambour, couleur et bonjour,
Et la terre est en amour!

(Norge)

*illustration de Laura Callaghan

Un dimanche avec Norge 6

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 12:01

Aimé d’amour
Profond la Loire
Où ce cœur lourd
De ses soifs trouve à boire

Elle épelait
L’eau des voyelles sages
Et l’on parlait
Français dans les feuillages.

(Norge)

*illustration de Yuko Yoshioka

Un dimanche avec Norge 5

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 10:01

Dans l’eau du temps qui coule à petit bruit,
Dans l’air du temps qui souffle à petit vent,
Dans l’eau du temps qui parle à petits mots
Et sourdement touche l’herbe et le sable;
Dans l’eau du temps qui traverse les marbres,
Usant au front le rêve des statues,
Dans l’eau du temps qui muse au lourd jardin,
Le vent du temps qui fuse au lourd feuillage
Dans l’air du temps qui ruse aux quatre vents,
Et qui jamais ne pose son envol,
Dans l’air du temps qui pousse un hurlement
Puis va baiser les flores de la vague,
Dans l’eau du temps qui retourne à la mer,
Dans l’air du temps qui n’a point de maison,
Dans l’eau, dans l’air, dans la changeante humeur
Du temps, du temps sans heure et sans visage,
J’aurai vécu à profonde saveur,
Cherchant un peu de terre sous mes pieds,
J’aurai vécu à profondes gorgées,
Buvant le temps, buvant tout l’air du temps
Et tout le vin qui coule dans le temps.

(Norge)

*toile de Charles Newman

Page suivante »