Lali

23 avril 2019

Seule contre moi

Filed under: À livres ouverts,Pour petites mains — Lali @ 19:42

seule

Les romans portant sur l’anorexie ne sont pas nombreux et pourtant nécessaires. C’est pourquoi le roman de Geneviève Piché intitulé Seule contre moi devrait compter parmi les livres essentiels des bibliothèques scolaires.

Le livre avait échappé à mon attention lors de sa parution en 2013. Mais heureusement, l’écrivaine Charlotte Gingras, avec qui j’ai longuement discuté à l’occasion du Salon du livre de Québec il y a une dizaine de jours, m’a parlé de Seule contre moi, lequel raconte la descente aux enfers de Pascale.

Il a suffi d’une petite remarque pour que la jeune fille de 14 ans s’examine et décrète qu’elle était vraiment, mais vraiment trop grosse avec ses 118 lb (53 kg). Oui, une remarque. Celle d’un garçon de son âge, affirmant (comme s’il possédait la vérité absolue) que Pascale a encore son gras de bébé et qu’elle devrait s’en débarrasser.

Et c’est à cela que la jeune fille s’applique. En notant le nombre de calories, en courant, en s’examinant, en se pesant trente fois par jour. Et jamais satisfaite. Au point de presque y laisser la vie et qu’il faille l’hospitaliser.

Si la remarque à propos de son poids a été le déclencheur, elle n’est pas que la seule raison de l’anorexie de Pascale, comme nous le fait comprendre à celle-ci et au lecteur la psy qui tente d’aider la jeune fille, presque malgré elle. Le mal-être est plus profond et il lui faudra elle-même en découvrir la source afin de se rebâtir après s’être si bien détruite qu’elle n’est plus que l’ombre d’elle-même.

Geneviève Piché aborde le sujet avec une langue simple, mais un regard qui m’a paru toujours juste. Pas question de faire les coins ronds et de laisser croire qu’on vient à bout de l’anorexie facilement.

Un roman qui n’est pas sans rappeler le récit de Valérie Valère, Le pavillon des enfants fous, que j’avais lu au moment de sa parution alors que je tentais d’aider une amie aux prises avec le démon qu’est cette maladie.

Je ne connais pas la maladie de l’intérieur, mais je sais de quels ravages elle est responsable pour avoir vu une amie fondre, pas juste en matière de poids, mais fondre au point de se fondre au décor afin que plus personne ne la remarque et ne la blesse. Je sais le combat qui a duré des années, je connais le bonheur de la savoir en vie aujourd’hui.

Lisez Seule contre moi. Même si vous n’êtes plus un ou une ado. Pour tenter de comprendre et peut-être d’aider un peu, même si seuls des spécialistes peuvent réussir là où les amis et la famille ont dû se résoudre à accepter leur incapacité à changer les choses.

Jolie scène livresque

Filed under: La carte postale du jour — Lali @ 12:00

IMG_20190418_0002
(photo d’Anna Bocharova)

Comme il est agréable de trouver dans sa boîte aux lettres une carte qui correspond parfaitement à ses goût. Ce fut bien sûr le cas pour cette carte envoyée de Russie par Natalia.

Ce que mots vous inspirent 2463

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

EICHINGER (Otto) - 3

Peu de gens parlent du doute en doutant. (Blaise Pascal)

*toile d’Otto Eichinger