Lali

22 avril 2019

Le magicien ensorcelé

Filed under: À livres ouverts,Pour petites mains — Lali @ 19:28

magicien

Je me promets depuis des semaines de rattraper le retard accumulé depuis le début de l’année. Vais-je réussir grâce à ces quelques jours de congé à partager avec vous mes impressions sur mes récentes lectures et à lire un livre par jour? C’est ce que nous verrons!

Commençons donc par Le magicien ensorcelé, un roman paru en 2001 et destiné aux jeunes lecteurs, signé Christine Bonenfant, qui m’a plu dès la première page. Et mieux encore : le plaisir s’est prolongé jusqu’à la dernière page. Je ne peux donc que vous suggérer la lecture des aventures du magicien Rapappine, lequel est en mesure de faire apparaître mille beautés et de tout fabriquer (ou presque) grâce à a baguette magique qu’il utilise avec brio.

Mais Rapapine s’ennuie. Il rêve d’avoir de la compagnie et souhaite ardemment faire apparaître une princesse toute douce aux longs cheveux blonds. Mais ce n’est pas du tout ce qui va arriver à Rapapine. Élise n’est pas une princesse, et ses cheveux sont foncés et courts. Et elle n’a pas la langue dans sa poche, en plus d’être très mécontente de se retrouver loin de chez elle en raison d’un coup de baguette.

Mais celle-ci n’est plus fonctionnelle, car elle est demeurée au bord de la fenêtre pendant la nuit et a pris froid. Rapapine et Élise n’ont donc que le choix d’apprendre à se connaître malgré tout ce qui les sépare pendant que le baguette prend du mieux. Et pour résumer un peu les choses : disons que la magie opère!

Voilà là un joli roman, bien ficelé et plein de surprises, pour Rapapine, pour Élise, et pour les lecteurs et lectrices. Un roman qui m’a donné l’occasion de sourire, de sourire, et de sourire encore.

Le charmeur de serpent

Filed under: La carte postale du jour — Lali @ 12:00

IMG_20190405_0007

C’est dans un village près de New Delhi qu’a été photographié ce charmeur de serpent.
Une magnifique carte postale envoyée par Inna, une jeune Russe qui y vit en Inde depuis un an, ayant choisi de plonger dans une autre culture pour un temps.
Tout un dépaysement, affirme-t-elle.

Ce que mots vous inspirent 2462

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

KALADU

Il y a autant de douleurs dans l’amour que de coquillages sur la plage. (Ovide)

*toile de Kaladu