Lali

15 janvier 2018

Ce que mots vous inspirent 2134

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

MORETTO

Ne craignez pas la perfection. Vous n’y parviendrez jamais. (Salvador Dali)

*toile de Moretto

14 janvier 2018

Souffles et songes 1

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

JEANNIOT (Pierre Georges) - 3

Il y a bien une raison pour que le vent se lève,
torde les arbres en un geste dément,
arrache les feuilles,
s’apaise et recommence.

Il y a bien une raison pour que la mer avance et recule
inlassablement,
ronge les roches,
convulse les bateaux.

Y a-t-il bien une harmonie de ces forces contraires
à l’œuvre dans nos corps, nos paroles,
nos rêves même, et qui se cherchent, s’affrontent,
s’accouplent,
fécondant l’avenir?
Il y a bien un sens à la souffrance, à l’extase,
au délire?

Il y a bien un début
et une fin
à toute chose
Ou n’est-ce que béance?

Colette Gibelin, Souffles et songes

*choix de la lectrice de Pierre Georges Jeanniot

Un dimanche avec Maurice Carême 10

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 20:01

MAREC (Victor) - 2

Je ne cesse d’être moi

Les jours ne cessent d’être lourds
Comme ils n’ont jamais été lourds.

Le vent ne cesse d’être chaud
Comme il n’a jamais été chaud.

Le ciel ne cesse d’être bleu
Comme il n’a jamais été bleu.

Moi, je ne cesse d’être moi
Tout en doutant d’être bien moi.

Le cœur est une bête étrange.
Obéit-il au diable, à l’ange?

Pour un rien, il change d’humeur.
Mais voilà! un cœur est un cœur!

On a beau faire ce qu’on peut,
On ne sait jamais ce qu’il veut.

Maurice Carême, Être ou ne pas être

*toile de Victor Marec

Un dimanche avec Maurice Carême 9

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 18:01

MAKOVSKY (Vladimir Egorovich) - 7

Je laissais le poème

Je laissais le poème
Aller où il voulait.
Je ne savais pas bien
Ce qu’il cherchait sans fin
Tel un chien aux aguets.
Moi, je ne disais rien,
Car c’était son secret.
J’allais où il allait
Et comme il le voulait.
Des hêtres, dans le ciel,
Découpaient de trous bleus
Qui semblaient les fenêtres
D’un château fabuleux.

Maurice Carême, Être ou ne pas être

*toile de Vladimir Egorovich Makovsky

Un dimanche avec Maurice Carême 8

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 16:01

MADONINI (Giovanni)

Je t’avais dit

Je t’avais dit ceci,
Tu m’avais dit cela.
Il avait dit aussi
Ce qu’il pensait de toi,
Ce qu’il pensait de moi.

Et puis nous avions dit
Avec beaucoup d’esprit
Ce que pensaient de lui
Ses parents, ses amis,
Ses pires ennemis.

Ses parents avaient dit
Ce qu’ils pensaient de nous;
Et nous, après, de lui;
Et lui, après, de vous,
Qui êtes ses amis.

Ayant dit tout ceci,
Ayant dit tout cela.
Nous nous sommes repris
Ce n’était pas ceci
Qu’on avait dit de moi,

Ce n’était pas cela
Qu’on avait dit de lui.
Ce n’était pas de toi,
De moi, qu’on avait dit
Ou ceci ou cela.

Maurice Carême, Être ou ne pas être

*toile de Giovanni Madonini

Un dimanche avec Maurice Carême 7

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 14:01

MACKENZIE (Marie Henry)

Où t’en vas-tu?

Où t’en vas-tu, toi que l’on dit poète
Avec ton sac plein de soleil couchant?
Oublierais-tu que la joie n’a qu’un temps,
Que les jours fuient ainsi que paille au vent?
Vois, les forains éteignent leurs comètes.
Toi qui ne crois en faire qu’à ta tête,
Où t’en vas-tu portant ton cœur battant
Comme un tambour au milieu de la fête?

Maurice Carême, Être ou ne pas être

*toile de Marie Henry Mackenzie

Un dimanche avec Maurice Carême 6

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 12:01

LYUBAROV (Vladimir)

Je ne vois pas pourquoi

Je ne vois pas pourquoi le temps
Ne ralentirait pas un peu,
Et l’espace, par jeu,
N’aurait pas un tapis volant.

L’infini ne me tente guère.
D’ailleurs, je ne le vois jamais.
S’il mourait à la guerre,
Qui de nous s’en apercevrait?

Quant à l’absolu, laissez-le
Sur son trône de poussière
Et de bois vermoulu
Croire qu’il mène l’univers.

Maurice Carême, Être ou ne pas être

*toile de Vladimir Lyubarov

Un dimanche avec Maurice Carême 5

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 10:01

LISMANN (Hermann)

Que voulez-vous?

Par amour, la statue sourit.
Personne ne le remarqua.
Hé! que voulez-vous! C’est la vie,
On est statue ou pas.

Les maisons sont faites de pierres.
Elles tombent malgré cela.
Que voulez-vous! C’est la matière,
On est maison ou pas.

N’empêche que, sur cette pierre
Et sur la statue que voilà,
J’écris avec de la lumière.
Que voulez-vous! C’est ma manière,
On est poète ou pas.

Maurice Carême, Être ou ne pas être

*toile d’Hermann Lismann

En vos mots 562

Filed under: Couleurs et textures,En vos mots — Lali @ 8:00

SILVA (Kessi Jo)

Même si on nous promet des températures clémentes au Québec dans les prochains jours, la lectrice illustrée par Kelsi Jo Silva s’est habillée pour contrer le froid et a fait provision de livres, car elle ne semble pas avoir l’intention de sortir.

Si vous lui teniez compagnie afin de nous parler un peu d’elle en vos mots? Nous nous ferons un plaisir de lire vos poèmes et histoires dimanche prochain au moment de la validation de ceux-ci.

D’ici là, bon dimanche et bonne semaine à tous!

Un dimanche avec Maurice Carême 4

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 6:01

LONG (Edwin)

Qui ne croit pas avoir raison!

On fait, hélas! Ce que l’on peut
Et non, dit-on, ce que l’on veut.

Le plus triste de tout cela,
C’est que j’aurai usé ma vie
À mettre des habits de soie
À de douteuses fantaisies.

Cette folie en vaut une autre
Bien qu’elle n’ait aucun blason.
Au fond, elle vaut bien la vôtre.
Qui ne croit pas avoir raison!

Maurice Carême, Être ou ne pas être

*toile d’Edwin Long

« Page précédentePage suivante »