Lali

27 septembre 2017

Ce que mots vous inspirent 2058

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

HAYEN (Sandra) - 2

La nature ne se révèle qu’à ceux qui prennent le temps de l’écouter. (Laurent Gounelle)

*toile de Sandra Hayen

26 septembre 2017

Poésies des femmes 9

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

SCHNEIDER (William A.) - 2

J’avais dressé mon cœur…

J’avais dressé mon cœur comme une citadelle
Imposante, imprenable, à froides sentinelles :
Car on était entré dans ma cité d’amour,
Fourbes et travestis, en ennemis toujours.
Alors, me révoltant contre tant de bassesses,
J’élevai sourdement l’énorme forteresse.

Mais un page à l’œil noir à mes portes errait,
Et sa grâce rêveuse et douce m’attirait…
J’ouvris : C’était l’Amour, ma hantise suprême,
C’était l’amour menteur qu’on veut aimer quand même.
Je le voulais haïr, et j’allai l’embrasser
Pour la pâle souffrance de son cœur brisé.
Et depuis lors je souffre, amoureuse et hagarde,
En aimant ma douleur qui toujours me regarde.

Jovette-Alice Bernier
(dans Anthologie de la poésie des femmes au Québec des origines à nos jours de Nicole Brossard et Lisette Girouard)

*choix de la lectrice de William A. Schneider

Paris, 1957

Filed under: La carte postale du jour — Lali @ 12:00

IMG_20170726_0025

Je vous ai déjà dit que j’aimais beaucoup les photos noir et blanc. Ce fut donc un immense bonheur de mettre la main sur cette photo de Frank Horvat prise à Paris en 1957, lors d’une de mes récentes chasses aux cartes postales.
Je ne me lasse pas de la regarder tant il y a de détails à examiner.

Ce que mots vous inspirent 2057

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

HAWKINS (Louis Welden) - 5

Ce que tu ne ramènes pas à ta conscience te reviendra sous forme de destin. (Carl Gustav Jung)

*toile de Louis Welden Hawkins

25 septembre 2017

Poésies des femmes 8

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

SCHOCHOW (Gerd)

Je voulais

Je voulais un amour aussi grand que mon rêve,
Et mon rêve, pourtant, embrassait l’infini;
En mon cœur, l’Idéal était son nom béni
Et je le répétais tendrement et sans trêve.

Je le voulais sans fin comme l’éternité!
Fort comme un océan pour y porter nos deux âmes;
Clair afin que le ciel puisse y mirer ses flammes
Et l’agrandir encor de son immensité!

Je le voulais sensible et doux comme la brise,
Caressant et berceur comme un chant dans la nuit;
Je rêvais du baiser suave qui séduit,
Du contact de la chair qui torture et qui grise.

Je voulais un amour exclusif et trop fort,
Trop sincère et trop lourd pour les forces humaines;
Pour l’étreindre il faudrait abandonner nos chaînes
Et nous ne le pourrons jamais que dans la mort!

Reine Malouin
(dans Anthologie de la poésie des femmes au Québec des origines à nos jours de Nicole Brossard et Lisette Girouard)

*toile de la lectrice de Gerd Schochow

Sur la plage

Filed under: Couleurs et textures,La carte postale du jour — Lali @ 12:00

IMG_20170915_0004
(toiles de Martin Wiscombe)

Certaines cartes postales sont une invitation à y entrer.
Celle-ci, notamment, envoyée d’Allemagne par Claudia, qui aime l’océan autant que moi.

Ce que mots vous inspirent 2056

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

HAWKINS (Angela)

Des fois les grandes personnes faudrait les secouer pour faire tomber l’enfant qui dort à l’intérieur. (Gilles Paris)

*illustration d’Angela C. Hawkins

24 septembre 2017

Poésies des femmes 7

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

SCHOMEIER (Volker) - 1

Je veux, je veux rêver

Voici ma chevelure que tu épuises
Sur tes immobiles genoux.
Voici le manteau gris de ma peine grise,
Qui étouffe le bruit de mes soupirs
Promenant à peine, le soir,
Au long des routes, leurs voix d’enfants.
Et puis voici mon cœur, mon cœur indécis
Depuis qu’il porte en soi
Le secret de mille choses.

Je veux, je veux rêver.

Et pour que mon rêve persiste,
Je veux boire à l’amphore du Plaisir.
Dans mon délire, je me verrai radieuse,
Sous des tulles parfumés
Et coiffée d’un turban de roses,
Dansant sur ton cœur fermé et morose.

Je veux, je veux rêver.

Hélène Charbonneau
(dans Anthologie de la poésie des femmes au Québec des origines à nos jours de Nicole Brossard et Lisette Girouard)

*choix de la lectrice de Volker Schomeier

Un dimanche avec Julien Clerc 24

ROLDAN-DE-MORAS (Gladys) - 6


Julien Clerc interprétant Danser

*toile de Gladys Roldan-de-Moras

Un dimanche avec Julien Clerc 23

ROLL (Alfred) - 4


ulien Clerc interprétant La vie est un tango

*toile d’Alfred Roll

« Page précédentePage suivante »