Lali

31 janvier 2017

Les verts d’Esther 1

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

CALDERARA (Antonio)

Trajet circonscrit
vert épelé
une île la dénoue
la suit
sillage entre les herbes
une ligne d’argent dénature les cartes postales

Esther Tellermann, Distance de fuite

*choix de la lectrice d’Antonio Calderara

Chicorée et café

Filed under: La carte postale du jour — Lali @ 12:00

IMG_20170126_0017

Plus je découvre les affiches publicitaires d’une autre époque, qu’elles mettent en évidence un produit de consommation ou une destination de vacances, plus je trouve que la plupart sont de petites merveilles. Notamment celle-ci, envoyée par Erin lors du weekend qu’elle a passé à La Nouvelle-Orléans récemment, qui donne envie de goûter à ce mélange de chicorée et de café.

Ce que mots vous inspirent 1887

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

uribe-federico

La connaissance de la vie est comme le sable : elle ne salit pas. (Elsa Triolet)

*toile de Federico Uribe

30 janvier 2017

Détournement 2

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

DA PONTORMO (Jacopo)

Chagrin

Sentiments perdus
Égarés sur le chemin
De l’existence

Des moments volés
Dus à une mémoire troublée
Vécu oublié

Les mots ruissellement
Ou bien manquent à l’appel
Chagrin éternel

Petite fille
Trop souvent en évasion
Pour fuir les épines

Obéissante
Cette enfant enchante
L’âme pleurante

Regrets ou remords
Ne pas avoir fait à tort
Oui, je l’ignore

Des larmes glacées
Glissent sur mes joues ridées
La tristesse figée

Au revoir l’ami
Confidences inassouvies
Trop vite parti.

Catherine Perreau, Détournement de haïkus

*choix de la lectrice de Jacopo da Pontormo

Scène hivernale

Filed under: Couleurs et textures,La carte postale du jour — Lali @ 12:00

ihana kettu

Quelle jolie scène que celle-ci, imaginée par l’artiste Ihana Kettu, que m’a envoyée Anna, qui a choisi cette citation d’Helen Keller pour l’accompagner : The best and most beautiful things in this world cannot be ssen or even heard, but must be felt with the heart.

Ce que mots vous inspirent 1886

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

van-de-perre-gerolf-1

À ceux qui ne changent jamais d’opinion, il incombe particulièrement de bien juger du premier coup. (Jane Austen)

*toile de Gerolf Van de Perre

29 janvier 2017

Détournement 1

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

PRONASZKO (Zbigniew) - 2

Bretagne

Du contemplatif
En Bretagne grand air vif
Aux verts incisifs

Instant délicieux
Un ravissement des yeux
L’océan si bleu

Mer descendante
Atmosphère reposante
C’est la détente

Les soupirs d’extase
De bien-être, de bonheur
Devant l’océan

Des flocons d’écume
Tourbillonnent comme des plumes
Un jour sans brume

On imaginait
Où les vagues déferlaient
Ce qu’elles écrivaient

Aujourd’hui le vent fort
Multitude de moutons
Rouleaux d’écume

Ciel noyé d’éclairs
Atmosphère démoniaque
Reflets bleus d’enfer

Éclairs sur la mer
Tags de dieux, lumineux
Voici le tonnerre

Le plus beau tableau
Du monde, de l’univers
Crépuscule sur l’eau

Horizon splendide
Soleil couchant mordoré
Sur mer bleu profond

Demi-lune ce soir
Comme un chemin sur la mer
Son rayon scintille

Reflets sur la mer
Scintillement argenté
Nature et beauté

Îles illuminées
Soleil couchant orangé
Lumière enchantée

Crépuscule serein
Des stries roses dans le ciel
Murmure du ressac

Catherine Perreau, Détournement de haïkus

*choix de la lectrice de Zbigniew Pronaszko

Un dimanche avec Alexandre Pouchkine 10

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 20:01

fc robinson 4

Puis il comprit lucidement
Que l’ennui est partout le même,
Le spleen lui pèserait toujours,
Même sans vie à Pétersbourg,
Sans bals, sans cartes, sans poèmes –
comme votre ombre, cet ennui,
Comme une épouse, il vous poursuit.

(extrait d’Eugène Onéguine d’Alexandre Pouchkine)

*toile de Frederick Cayley Robinson

Un dimanche avec Alexandre Pouchkine 9

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 18:01

ROCKWELL (Norman) - 16

Oui. J’ai atteint midi. Il faut
Sans doute que j’en sois conscient.
Eh bien ! Quittons-nous bons amis,
Ô ma fugitive jeunesse.
Merci à toi pour les plaisirs;
Pour la tristesse et les tempêtes,
Pour les souffrances délicieuses,
Pour les fêtes et leurs folies,
Pour tout ce que tu m’as donné.
Merci. J’ai connu des alarmes;
Mais je t’ai pleinement goûtée.
Il suffit. C’est l’âme lucide
Que j’entre dans une autre voie.
J’en ai fini et je respire.

(extrait d’Eugène Onéguine d’Alexandre Pouchkine)

*illustration de Norman Rockwell

Un dimanche avec Alexandre Pouchkine 8

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 16:01

GROSSMAN (Barbara) - 30

Moscou compte autant de beautés
Que la nuit d’aimables étoiles;
Mais la lune sur le ciel noir
Brille, et éclipse ses compagnes.
Mais celle que je n’ose pas
Troubler par le chant de ma lyre,
Comme une lune en majesté
Brille seule parmi les femmes.
Elle semble fouler la terre
Avec une fierté céleste!

(extrait d’Eugène Onéguine d’Alexandre Pouchkine)

*toile de Barbara Grossman

Page suivante »