Lali

2 octobre 2016

Un dimanche avec Heredia 2

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 2:01

comelles-rosa-20

Armor

Pour me conduire au Raz, j’avais pris à Trogor
Un berger chevelu comme un ancien Évhage;
Et nous foulions, humant son arôme sauvage,
L’âpre terre kymrique où croît le genêt d’or.

Le couchant rougissait et nous marchions encor,
Lorsque le souffle amer me fouetta le visage;
Et l’homme, par-delà le morne paysage
Étendant un long bras, me dit : Senèz Ar-Mor!

Et je vis, me dressant sur la bruyère rose,
L’Océan qui, splendide et monstrueux, arrose
Du sel vert de ses eaux les caps de granit noir;

Et mon cœur savoura, devant l’horizon vide
Que reculait vers l’Ouest l’ombre immense du soir,
L’ivresse de l’espace et du vent intrépide.

José-Maria de Heredia, Les trophées

*toile de Rosa Comelles

Un dimanche avec Heredia 1

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 0:01

collandre-francoise-22

C’est un 2 octobre, il y a 111 ans exactement, que s’est éteint le poète José-Maria de Heredia. Ce qui a donné l’idée aux personnages peints par Françoise Collandre de réunir quelques lecteurs afin de lire des poèmes tirés de son seul recueil, Les trophées.
En commençant par celui-ci :

Mer montante

Le soleil semble un phare à feux fixes et blancs.
Du Raz jusqu’à Penmarc’h la côte entière fume,
Et seuls, contre le vent qui rebrousse leur plume,
A travers la tempête errent les goélands.

L’une après l’autre, avec de furieux élans,
Les lames glauques sous leur crinière d’écume,
Dans un tonnerre sourd s’éparpillant en brume,
Empanachent au loin les récifs ruisselants.

Et j’ai laissé courir le flot de ma pensée,
Rêves, espoirs, regrets de force dépensée,
Sans qu’il en reste rien qu’un souvenir amer.

L’Océan m’a parlé d’une voix fraternelle,
Car la même clameur que pousse encor la mer
Monte de l’homme aux dieux, vainement éternelle.

« Page précédente