Lali

25 septembre 2016

Une maison du bord de mer 12

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

gregory-erin-3

il faut bien comprendre
que je n’habite pas
la maison du bord de mer
du moins pas encore
que je n’y passe
que de trop rares moments
le plus souvent à l’aube
ou alors au crépuscule
car la maison de bord de mer
n’est pour l’instant
qu’un lieu d’élévation
ou d’apaisement
un territoire de passage
où les mots s’affolent
puis s’assoupissent
en beauté

et ainsi naît
le poème de bord de mer

Normand de Bellefeuille, Le poème est une maison de bord la mer

*choix de la lectrice d’Erin Gregory

Un dimanche avec Carlos Ruiz Zafón 10

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 20:01

lucas-nathalie

Dans un monde de lumières et d’ombres, chacun de nous devait trouver son propre chemin. (Carlos Ruiz Zafón)

*toile de Nathalie Lucas

Un dimanche avec Carlos Ruiz Zafón 9

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 18:01

linton-james-w-r

L’attente est la rouille de l’âme. (Carlos Ruiz Zafón)

*toile de James W. R. Linton

Un dimanche avec Carlos Ruiz Zafón 8

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 16:01

william oliver - 4

Avec le temps, vous verrez que parfois, ce qui compte, ce n’est pas ce qu’on a, mais ce à quoi on renonce. (Carlos Ruiz Zafón)

*toile de William Oliver

Un dimanche avec Carlos Ruiz Zafón 7

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 14:01

massani-pompeo

Il n’y a pas de langues mortes, il n’y a que des cerveaux engourdis. (Carlos Ruiz Zafón)

*toile de Pompei Massani

Un dimanche avec Carlos Ruiz Zafón 6

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 12:01

marshall-peter-paul-1

Toute la géographie, la trigonométrie et l’arithmétique du monde ne servent à rien si tu n’apprends pas à penser par toi-même. (Carlos Ruiz Zafón)

*toile de Peter Paul Marshall

Un dimanche avec Carlos Ruiz Zafón 5

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 10:01

maris-simon-willem-1

La vie accorde à chacun de nous quelques rares moments de bonheur total. Ce sont parfois des jours, parfois des semaines. Parfois même des années. Tout dépend de la chance. Leur souvenir nous accompagne à jamais et se transforme en une contrée de la mémoire où nous tentons de retourner le reste de notre existence sans jamais y parvenir. (Carlos Ruiz Zafón)

*toile de Simon Willem Maris

En vos mots 494

Filed under: Couleurs et textures,En vos mots — Lali @ 8:00

neill-john-r

Lire peut nous emmener loin, très loin. Nous faire voyager et découvrir des contrées inconnues. C’est ce que peut suggérer cette illustration signée John R. Neill. Mais vous, qu’y voyez-vous? C’est ce que je vous propose de nous raconter, en vers ou en propos, d’ici dimanche prochain.

En effet, l’illustration est à vous et à vos mots d’ici là, car aucun commentaire ne sera validé avant le prochain dévoilement de la scène livresque de la semaine.

En espérant qu’elle vous inspirera et en vous souhaitant bon dimanche et bonne semaine!

Un dimanche avec Carlos Ruiz Zafón 4

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 6:01

millais-john-everett-14

Rien ne marque autant un lecteur que le premier livre qui s’ouvre vraiment un chemin jusqu’à son cœur. Ces premières images, l’écho de ces premiers mots que nous croyons avoir laissés derrière nous, nous accompagnent toute notre vie et sculptent dans notre mémoire un palais ou tôt ou tard – et peu importe le nombre de livres que nous lisons, combien d’univers nous découvrons –, nous reviendront un jour. (Carlos Ruiz Zafón)

*toile de John Everett Millais

Un dimanche avec Carlos Ruiz Zafón 3

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 4:01

menard-victor-pierre-2

Il arrive que même les pires nouvelles soient un soulagement quand elles sont seulement une confirmation de ce que l’on pressentait sans vouloir le savoir. (Carlos Ruiz Zafón)

*toile de Victor Pierre Ménard

Page suivante »