Lali

19 mars 2016

Poussière et grâce 2

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

BERTRAM (Abel) - 5

Tu prends
Toute la place

Terse et ciel
Soir et matin

Tu grandis en moi
Depuis si longtemps

Que j’entends ton visage
À tous les carrefours

Et par ta voix
Je deviens parole.

Hélène Cadou, De la poussière et de la grâce

*choix de la lectrice d’Abel Bertram

Le goût du bonheur

Filed under: À livres ouverts,Pour petites mains — Lali @ 20:01

gout

Nul besoin d’avoir perdu le goût de sourire et de rire pour se plonger dans le magnifique album de Christine Pompéï, illustré par Nancy Ribard, Le goût du bonheur. Mais ce qui est assuré est que vous aurez un large sourire quand vous atteindrez la dernière image de cet album, après avoir suivi Léo dans son enquête.

Pas simple de trouver ce qui a pu arriver au sourire de sa maman. L’aurait-elle avalé par inadvertance? Se serait-il envolé afin de visiter les pays chauds? Serait-il tombé dans l’escalier? Ce sont là autant de possibilités pour Léo qui veut à tout prix que sa mère retrouve son sourire. S’il le faut, il en fera son métier. Il décrochera des rires avec une longue perche, ouvrira une clinique de rirologie, enseignera le rire.

L’imagination de l’enfant est sans fin. Et la tendresse qui de se dégage de chacun des mots, de chacune des images, fera battre votre cœur et souhaiter que Léo réussisse son pari.

Quant à celui de Christine Pompéï et de Nancy Ribard, il l’est. Le goût du bonheur est un bijou.

La Deuche dans la lavande

Filed under: La carte postale du jour — Lali @ 12:00

La Deuche dans la lavande

Je pense que tout a commencé un jour de juillet 1981 à la gare de Dijon. La vieille Deuche un peu cabossée de Christine a été l’instigatrice d’un amour qui dure depuis. Et qui ne s’est pas étiolé depuis. La Deuche dans la lavande, envoyée par Maury, ne pouvait donc que me plaire et… me faire rêver.

Est-ce que je me trompe?

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 8:00

SCHRIMPF (Georg) - 2

J’imagine que pour vous aussi la semaine a passé bien vite et que vous n’avez pas eu le temps de faire la moitié, et peut-être même le tiers, de ce que vous vous étiez fait la promesse d’accomplir au cours des derniers jours. Mais je suis certaine que certains d’entre vous ne laisseront pas passer l’occasion d’animer la scène des plus attendrissantes que je vous ai proposée dimanche dernier.

Est-ce que je me trompe?

*toile de George Schrimp