Lali

18 mai 2014

Le pont de neige 2

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

LEGUEULT (Raymond) - 2

Toujours en perte, sauvant
ce qui peut l’être
comme la rosée l’herbe jaunie,
je suis ta complice.
Lucide, raisonnable
autant que l’eau qui accompagne les eaux.
Sombre, intraitable
autant que celles qui débordent.

À l’étroit
sur une pierre
ébranlée par les courants.

Jeanine Salesse, Le pont de neige

*choix de la lectrice de Raymond Legueult

Un dimanche avec Henri Laborit 10

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 20:01

STOCKLER (Emmanuel)

Nous agissons toujours sous la pression de la nécessité, mais celle-ci sait bien se cacher. Elle se cache dans l’ombre de notre ignorance. Notre ignorance de l’inconscient qui nous guide, celle de nos pulsions et de notre apprentissage social. (Henri Laborit)

*toile d’Emmanuel Stockler

Un dimanche avec Henri Laborit 9

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 18:01

McGAULEY (Caitlin)

Un fait n’est rien par lui-même. Il ne vaut que par l’idée qui s’y rattache ou par la preuve qu’il fournit. (Henri Laborit)

*illustration de Caitlin McGauley

Un dimanche avec Henri Laborit 8

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 16:01

MORELAN (Michelle)

On ne peut être heureux si l’on ne désire rien. (Henri Laborit)

*aquarelle de Michelle Morelan

Un dimanche avec Henri Laborit 7

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 14:01

RUNQUIST (Tollef)

Dès la naissance l’individu se trouve pris dans un cadre socioculturel dont le but essentiel est de lui créer des automatismes d’actions et de pensée indispensables au maintien de la structure hiérarchique de la société à laquelle il appartient. (Henri Laborit)

*toile de Tollef Runquist

Un dimanche avec Henri Laborit 6

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 12:01

GAY (Walter) - 5

Il est bon de noter combien la charge affective des mots : bien-être, joie, plaisir est différente. Le bien-être est acceptable, la joie est noble, le plaisir est suspect. (Henri Laborit)

*toile de Walter Gay

Un dimanche avec Henri Laborit 5

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 10:01

MATHEWSON (Frank Convers)

Tout homme qui, ne serait-ce que parfois le soir en s’endormant, a tenté de pénétrer l’obscurité de son inconscient, sait qu’il a vécu pour lui-même. (Henri Laborit)

*toile de Frank Convers Mathewson

En vos mots 371

Filed under: Couleurs et textures,En vos mots — Lali @ 8:00

DEJERT (Gustav) - 1

Mais quel est donc ce livre auquel s’est attaquée la lectrice imaginée par l’illustrateur suédois Gustav Dejert? Une encyclopédie? Un livre de cuisine? Un journal intime? Tout Zola?

C’est ce que nous saurons dans une semaine alors que seront validés tous vos textes. Pas avant. Vous avez donc une semaine devant vous pour laisser vagabonder votre imagination et imaginer en vos mots ce que cache la scène du jour.

Puisse-t-elle vous inspirer!

Un dimanche avec Henri Laborit 4

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 6:01

HINSHELWOOD (Cyril Norman)

Confronté à une épreuve, l’homme ne dispose que de trois choix : 1) combattre; 2) ne rien faire; 3) fuir. (Henri Laborit)

*toile de Cyril Norman Hinshelwood

Un dimanche avec Henri Laborit 3

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 4:01

HACKETT (Mary)

Le tragique de la destinée humaine ne vient-il pas de ce que l’homme comprend qu’il en connaît assez pour savoir qu’il ne connaît rien de sa destinée, et qu’il n’en connaîtra jamais suffisamment pour savoir s’il y aura autre chose à connaître. (Henri Laborit)

*toile de Mary Hackett

Page suivante »