Lali

2 décembre 2013

Le livre de la lumière 5

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

Je voudrais pour toute éternité
être l’œil géant du soleil
pour admire la beauté de la mer
m’endormir le soir
quand se referment les paupières de la nuit
et reposer en toute quiétude
avec l’absolue certitude
de la retrouver toujours à mon réveil

Pierre Chatillon, Le livre de la lumière

*choix de la lectrice de Guercino

La craie rose

Filed under: À livres ouverts,Pour petites mains — Lali @ 19:58

Noël est à nos portes, décembre ayant pointé le bout de son nez hier. Et qui dit Noël dit bien entendu des albums sur le sujet… Y en a-t-il trop? En tant qu’ex-libraire, je serais tentée de dire oui. J’ai souvenir de tellement de mois de novembre et décembre où les tablettes du rayon jeunesse croulaient sous les cahiers d’activités, les albums à colorier — dont certains étaient des plus affreux —, les albums mettant en scène le père Noël et ses rennes — pas toujours de bon goût — et même des livres en tissu ou pour le bain.

J’aurais aimé davantage de véritables contes où la saison des fêtes servait l’histoire et non pas le contraire. Des histoires belles comme celle de l’écrivain O. Henry, Le cadeau des Rois Mages. Mais de telles histoires sont rares. C’est pour cette raison que quand on en déniche une, il vaut la peine de le souligner.

La craie rose, publié en 2010, a de fortes chances de devenir un jour un classique, parce que ce conte signé Lili Chartrand et illustré par Marion Arbona avec beaucoup de tendresse et de douceur, s’inspire de valeurs humaines et universelles tout en faisant preuve de fantaisie.

Dans le village où vit Léa, on raconte que les enfants ayant fait preuve de bonté et de courage au cours de l’année reçoivent à l’occasion de Noël un cadeau magique. Mais cette année, aucun enfant n’a reçu de cadeau sauf le voisin de Léa : des craies de couleur. Or, elles n’ont guère d’intérêt pour lui, si bien qu’il accepte d’échanger sa craie rose pour un morceau de cristal sans valeur, pour le bonheur de Léa, qui aime tout ce qui est rose et qui peut ainsi dessiner un papillon à l’intention de sa mère malade et alitée depuis des mois. Pour la faire sourire.

Mais le papillon s’envole. Ce qui attriste beaucoup Léa, jusqu’à ce qu’elle découvre que sa mère s’envole elle aussi : elle est guérie. Preuve que la légende disait vrai, même si c’est par un moyen détourné que Léa se voit récompensée.

La craie rose : un album aussi magique que le craie magique et tout à fait dans l’esprit des fêtes de fin d’année sans le côté commercial tape-à-l’œil.

Ce que mots vous inspirent 1068

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

Pendant très longtemps le passé se détache de nous facilement et, selon toute apparence, automatiquement, parfaitement. Ce n’est pas tant que les scènes du passé disparaissent mais plutôt qu’elles perdent tout intérêt. Et puis il se produit un retournement, ce qui était terminé et réglé ressurgit, réclamant l’attention, réclamant même qu’on tente d’y remédier, alors que l’absence et l’impossibilité absolues et tout remède crèvent les yeux. (Alice Munro)

*toile de Renato Vernizzi