Lali

10 octobre 2013

Morceaux de ciel 4

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

Mon amour, je pense qu’on devrait
partir maintenant

le temps est devant nous, il s’attardera
pour nous prendre

c’est comme si la terre
était devenue trop étroite pour nous deux

et qu’il fallait partir
je ne sais où

mais là nous serons seuls, une seule
poignée de poudre ensemble.

Claude Esteban, Morceaux de ciel, presque rien

*choix de la lectrice de Sidney Horne Shepherd

Est-ce que vous m’aimerez encore…?

Filed under: À livres ouverts,Pour petites mains — Lali @ 19:07

Est-ce que vous m’aimerez encore…? C’est la question que se pose le personnage de cet album destiné aux tout-petits et portant sur la séparation quand il comprend que ses parents ne s’aiment plus, malgré qu’ils aient promis de s’aimer toujours. Même si toujours, c’est vraiment très long.

C’est que, comme lui explique la voisine quand l’enfant décide de s’enfuir pour échapper aux cris et qu’elle le croise dans l’escalier, la petite graine qu’ils ont semée et qu’on appelle l’amour a germé, est devenue une magnifique fleur… mais s’est fanée. Or, une fleur fanée ne redevient jamais une graine. On a beau essayer. Une fleur fanée sera toujours une fleur fanée.

Belle façon d’expliquer les choses que celle choisie par Laure Cohen qui a privilégié l’économie de mots et la simplicité aux longues explications pour cet album joliment illustré par Cécile Vangout, laquelle a misé sur le rouge pour mettre en valeur les quelques scènes, ce qui rend celles-ci beaucoup moins sombres.

« Autrefois, mon papa et ma maman… avaient plein de cœurs dans leurs yeux », nous dit l’enfant quand il entend une fois de plus ses parents se disputer. Des cœurs plein les yeux, vous en aurez aussi à la lecture de cet album. Vous en aurez aussi quand viendra le temps de répondre OUI à la question posée par l’enfant. Et d’autres encore quand vous l’offrirez à quelqu’un qui en a bien besoin.

Et ce besoin de livres

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 13:24

Et ce besoin de livres, de mots, d’histoires autres que la mienne. De musiques venues de l’enfance, de l’adolescence ou toutes nouvelles. De paysages rêvés ou retenus. De tout ce qui bouge, gravite et palpite. Malgré les blessures, les coups à l’âme. Ou à cause de ces cicatrices.

Il faut plus d’un mot pour expliquer et je préfère me taire. Garder sous silence neuf ans de ma vie. Les enterrer. Pour ne pas que surgisse l’un de ces moments qui font mal. Un rêve auquel on a donné des coups de griffe. Enfermer chacun de ces instants dans un coffre. Le cadenasser. Jeter les clés.

Et ouvrir un livre, et puis un autre. Et danser à cloche-pied sur le trottoir en chantant à tue-tête.

*toile de Boris Taslitzky

Ce que mots vous inspirent 1031

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

C’est l’audace du cœur qui illumine la voie. (Vijayananda)

*illustration de Matthew Trueman