Lali

25 septembre 2013

Souffles 5

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

pas de lune
ni de musique
te voilà si près de moi
enfouie dans ton monde mauve
ton souffle apaisant
vacarme et fleuve intranquille
mon doigt flottant
juste au-dessus de ta nuque
je ne me glisserai pas
entre les ondes frêles
qui bercent tes songes indociles
ne franchirai pas
ce mur malléable
que tu caresses
de ton pied de ballerine éparpillée

Fredric Gary Comeau, Souffles

*choix de la lectrice de Joseph Dawson

La visite de l’écrivain

Filed under: À livres ouverts,Pour petites mains — Lali @ 19:59

Évidemment, la visite d’un écrivain ne déclenche pas de cris d’exubérance quand elle est annoncée. Ce serait plutôt le contraire. Un écrivain, ce n’est pas très glamour. Ce n’est pas comme un présentateur de télévision ou un astronaute. Mais bon, c’est la dernière trouvaille de la maîtresse : une rencontre avec l’auteur de Frankfurt, la saucisse de l’espace.

Or, Monsieur Beloiseau est tout un oiseau! Ceux et celles qui pensaient s’ennuyer en sa compagnie vont bien vite changer d’idée tant l’écrivain est drôle. En fait, il va en trois anecdotes à peine faire la conquête de tous les élèves pour qui le temps va passer bien trop vite en compagnie de ce personnage sachant captiver son auditoire en ne se prenant pas du tout au sérieux.

Monsieur Beloiseau est un écrivain comme tous les profs en voudraient un dans leur classe. Ou du moins, tous les élèves, dans le cas d’enseignants un peu trop rigides qui pourraient ne pas apprécier le côté un peu excentrique de notre homme.

Il faut dire que l’écrivain a le sens du spectacle et qu’il ne perd pas de vue un instant son objectif de donner aux jeunes le goût de lire, d’écrire, d’apprendre. Une mission dans laquelle il excelle.

Vous aurez compris que j’ai eu un véritable coup de foudre pour La visite de l’écrivain. Un vrai de vrai! D’ailleurs, je voudrais bien un jour m’asseoir en compagnie de cet oiseau rare. Car il existe. C’est sûr. Puisque « les écrivains ne mentent jamais, a dit Maxime. Ils inventent quelquefois, c’est tout. » Je crois même qu’il ressemble à son auteur. Beloiseau et Jean-Philippe Arrou-Vignod ont tous les deux écrit un livre qui s’appelle Le camembert volant… Coïncidence?

Lu dans le cadre du Challenge Le Nez dans les livres – Saison 2

Bel accueil!

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 14:02

C’est par ces jolies fleurs que j’ai été accueillie au bureau ce matin…

Ce que mots vous inspirent 1020

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

Les gens voient ce qu’ils ont envie de voir. Et la plupart du temps, ils voient ce qu’on leur dit de voir. (Erin Morgenstern)

*toile de Tim Kennedy