Lali

7 septembre 2013

Les vers de Françoise 2

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

au cou du jour

j’accroche au cou du jour
des guirlandes de poèmes
où rougeoie mon cœur

le soleil roule dans mon tablier
avec les poèmes de l’automne
qui ont gardé la saveur de l’enfance

Françoise Urban-Menninger, La draperie des jours

*choix de la lectrice d’Arturo Faldi

Le manuscrit de Glyndebourne

Filed under: À livres ouverts — Lali @ 19:38

J’avoue. C’est le titre qui m’a attirée. Mais aussi le quatrième de couverture laissant entendre que le narrateur avait mis la main sur un roman exceptionnel et inédit, remarquable à la fois pour ses descriptions, son non-conformisme, sa façon d’exprimer sans pudeur et sans retenue ses sentiments à une époque où on ne le faisait pas, sa sensualité, autant de qualités qui ne pouvaient faire de celui qui cherchait à en savoir plus sur cet auteur méconnu qu’un imposteur.

Tout ça m’avait laissé croire qu’il serait question du manuscrit lui-même. De l’enquête qu’allait mener le narrateur. Or, ceci ne constitue que les cinq pages d’introduction et les trois pages de la postface. Le reste est le manuscrit lui-même, soit un roman qui s’insère entre des explications limitées.

Je n’ai rien contre le fait que l’auteur ait voulu raconter à sa manière une grande passion amoureuse à l’époque victorienne avec tout ce que cela comporte de scandales et de revirements de situations. Il le fait très bien et avec style, créant une illusion certaine. Le lecteur croit un moment lire un très bonne traduction d’un roman britannique de l’époque qui aurait échappé à la censure.

Mais il n’en demeure pas moins que j’ai eu l’impression d’avoir été flouée. C’est l’histoire du manuscrit qu’il m’aurait plu de lire, pas le manuscrit lui-même, malgré ses qualités.

Lu dans le cadre du Challenge Le Nez dans les livres – Saison 2

Titre pour le Défi Premier Roman

Nous le saurons demain

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 8:00

Ça y est. Elle a enfin l’idée. Les mots. La toile de dimanche ne sera pas muette.

Vous a-t-elle inspirés aussi? Nous le saurons demain.

*toile d’Albeto Morrocco