Lali

13 septembre 2012

Le coffret 2

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

Promenade

Ce n’est pas d’hier que d’exquises poses
Me l’ont révélée, un jour qu’en rêvant
J’allais écouter les chansons du vent.

Ce n’est pas d’hier que les teintes roses
Qui passent parfois sur sa joue en fleur
M’ont parlé matin, aurore, fraîcheur,

Que ses clairs yeux bleus et sa chevelure
Noire, sur la nuque et sur le front blancs,
Ont fait naître en moi les désirs troublants,

Que, dans ses repos et dans son allure,
Un charme absolu, chaste, impérieux,
Pour toute autre qu’Elle a voilé mes yeux.

Ce n’est pas d’hier. Puis le cours des choses
S’assombrit. Je crus à jamais les roses
Mortes au brutal labour du canon.

Charles Cros, Le coffret de santal

*choix de la lectrice de William Mulready

Premier chagrin

J’aime tout ce que l’écrivaine belge Eva Kavian écrit. Tout. Je ne m’en cache pas. C’est donc d’avance conquise que j’ai entamé la lecture de son plus récent roman jeunesse intitulé Premier chagrin. Et encore plus conquise que dès le premier chapitre derrière moi. Parce qu’il s’agit d’une des histoires les plus émouvantes qu’il m’ait été donné de lire. Parce qu’Eva Kavian sait doser les émotions, autant pour ses personnages que pour nous. Si bien que dès que nous comprenons que la tâche de Sophie sera bien différente de celle qu’elle avait en tête nous serons aussi bouleversés qu’elle.

Sophie ne va pas garder des enfants, ce qui était prévu au départ, mais préparer les derniers jours d’une vieille dame qui sait ses jours comptés et qui voudrait voir réunis autour d’elle les siens alors qu’ils ne la visitent plus, alors qu’elle n’a plus de lien avec ses petits-enfants.

Mais il y a Sophie. Une Sophie qui vit des émotions fortes, une Sophie qui s’est profondément attachée à Mouche même si celle-ci a volontairement choisi quelqu’un d’extérieur à sa vie pour l’accompagner dans ses préparatifs, le tri de ses lettres, les objets à donner, quelqu’un qui ne sait d’elle que ce qu’elle voudra lui dire.

Mais Sophie est incapable de se contenter de demi-vérités et surtout, elle a bien l’intention de réaliser le dernier souhait de Mouche. À sa manière. Sans lui dire. Parce que Mouche n’est plus étrangère. Parce que cette expérience l’a changée, parce que Sophie ne laisse jamais tomber ses projets en cours de route.

Premier chagrin est un roman touchant, sensible, qui pose beaucoup de questions, notamment sur les soins palliatifs, sur le choix de ce qu’on veut faire de ses derniers jours si on a la chance de les préparer, sur la mort elle-même. Un grand roman destiné aux adolescents, mais que bien des adultes devraient le lire.

Lu dans le cadre du Challenge « Littérature belge ».

challenge.gif

Les guetteurs

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 15:13

Ils sont là à veiller. Sur vos gestes, sur vos mots et même sur vos intentions.
Il faut bien quelqu’un pour vous remettre sur le droit chemin si jamais vous osez ne pas suivre les directives à la lettre. Quelqu’un pour mettre les points sur les « i » parce qu’il le juge nécessaire. Quelqu’un qui scrute le moindre de vos gestes pour vous prendre en défaut. Quelqu’un qui jouera les moralisateurs au besoin.

Ils sont là. Pas très loin. Sûrs d’eux. Ils vous ont à l’œil.
Du moins le croient-ils.
Ils ne savent pas qu’ils n’existent pas malgré leur uniforme de redresseur de torts qu’ils exhibent comme le plus doré des trophées.

Ils ignorent que vous ne les voyez plus. Ne les entendez plus.
Les livres sont les meilleurs boucliers.

*toile d’Emma Fordyce MacRae

L’humour belge : irrésistible

Filed under: Signé Armando,Vos traces — Lali @ 11:37

Omniprésent. Tel est l’humour belge dont Armando a croqué un « extrait » sur un mur de Bruxelles.

Irrésistible, non?

Ce que mots vous inspirent 753

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

Parlez donc peu. Le silence est une arme, la plus efficace de toutes. C’est la lumière bleue du verbe. (Léon-Paul Fargue)

*toile de Paula Zima