Lali

12 septembre 2012

Le coffret 1

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

Soir

Je viens de voir ma bien-aimée
Et vais au hasard, sans desseins,
La bouche encor tout embaumée
Du tiède contact de ses seins.

Mes yeux voient à travers le voile
Qu’y laisse le plaisir récent,
Dans chaque lanterne une étoile,
Un ami dans chaque passant.

Chauves-souris disséminées,
Mes tristesses s’en vont en l’air
Se cacher par les cheminées.
Noires, sur le couchant vert-clair.

Le gaz s’allume aux étalages…
Moi, je crois, au lieu du trottoir,
Fouler sous mes pieds les nuages
Ou les tapis de son boudoir.

Car elle suit mes courses folles,
Et le vent vient me caresser
Avec le son de ses paroles
Et le parfum de son baiser.

Charles Cros, Le coffret de santal

*choix de la lectrice de Joseph Christian Leyendecker

La poésie pour contrer la mort

Filed under: À livres ouverts,Pour petites mains — Lali @ 19:05

La perte d’un enfant est un sujet grave qui peu ou pas été abordé dans la littérature destiné destiné aux enfants. Parce que c’est un sujet grave. Parce que ce n’est pas normal pour les enfants de mourir. Parce qu’on préfère ne pas penser que ça pourrait arriver. Et pourtant, la mort infantile existe. Et c’est ce que vit Monsieur, le personnage imaginé par Gilles Tibo et illustré par Luc Melanson dans Le grand voyage de Monsieur. Un voyage sans destination. Avec pour seul compagnon un ours en peluche. Avec pour tout objet une chaise.

Un voyage peut-il aider à voir clair en soi? À aider à traverser l’épreuve? À laisser son chagrin derrière soi?

Peut-être… Il fallait la poésie pour nous le prouver.
Un album sobre et lumineux à la fois dont on sort profondément touché : on peut vivre et non pas juste survivre à la perte d’un enfant.

Le clown

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 11:15

Il attend patiemment votre visite, comme l’attendaient aussi les personnages de la vitrine précédente de mon optométriste. Passerez-vous le saluer?

Ce que mots vous inspirent 752

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

Choisir, c’était renoncer pour toujours, pour jamais, à tout le reste et la quantité nombreuse de ce reste demeurait préférable à n’importe quelle unité. (André Gide)

*illustration de Kitty Crowther