Lali

16 août 2012

Le temps premier 3

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

Soleils d’été

Du soleil plein les rues
Plein le grand ciel et tes yeux

Les arbres sourient de lumières
Qui s’emmêlent
Notes de cristal ou minces filets d’eau
Et vont s’égrener sur ton visage qui s’étonne

Un peu de ton ombre ou de ton silence
Créerait la nuit où l’on fait des rêves d’enfant
Tes mains tes yeux déjà s’embrouillent
Leurs contours leurs couleurs

Je songe aussi de t’aimer
Quelque part dans un autre ciel
Les bras pleins de ces grands soleils d’été.

Gatien Lapointe, Le temps premier

*choix de la lectrice de Belinda Del Pesco

Un roman que ne renierait pas Mishima

Filed under: À livres ouverts — Lali @ 19:23

Dès les premières pages de Coma, le premier roman de François Gilbert, le lecteur se trouve plongé dans un univers à mi-chemin entre le Japon et la Chine, le personnage principal étant un jeune Japonais qui a choisi la fuite vers la Chine pour échapper à sa propre vie et au coma de celle qu’il aimait.

Roman d’atmosphère en même temps que psychologique, Coma ne s’attarde pas aux détails, respectant en cela le mode de vie en Orient que l’auteur, qui y a séjourné à plusieurs reprises, a su restituer avec une telle justesse qu’on a l’impression qu’il a été écrit par un Oriental. D’autant plus qu’on n’y trouve aucun personnage venu d’ailleurs, que ce soit d’Europe, d’Amérique ou d’Afrique.

Au moment où s’ouvre le roman, Satô vit depuis quelque temps en Chine, pays dont il s’est épris en même temps qu’il s’est attaché à certaines personnes. Plus question pour lui de retourner au pays de ses racines. Et pourtant, il suivra la mère d’Ayako venue lui demander de l’aider à sortir sa fille du coma, maintenant qu’elle a compris à quel point ils ont été importants l’un pour l’autre, de l’enfance à l’âge adulte. Même si au départ il préférerait ne pas partir, de peur que tout change en son absence. Il n’a, en effet, pas envie de vivre ailleurs qu’en Chine. Le Japon, c’est le passé, un passé auquel il a choisi de tourner le dos, un passé où celle qu’il aimait lui a crevé un œil avant de se jeter à l’eau, dans une scène des plus théâtrales qui n’est pas sans rappeler Mishima pour le tragique, Kawabata pour les images poétiques et Fukazawa pour le rapport à la mort.

À la lumière de ceci, on peut donc s’aventurer à supposer que François Gilbert a sûrement lu les grands classiques de la littérature japonaise et qu’il les a bien lus, puisqu’il a su s’imprégner du rythme qui leur est propre au point de se l’approprier. Le résultat est un roman magistral qui possède une maturité d’écriture qu’on trouve en général chez les écrivains qui ont quelques titres derrière eux; un roman qui devrait se trouver dans la liste des meilleurs premiers romans, voire romans tout court, de l’année 2012 à l’heure des bilans.

Faut-il mourir pour vivre? Se donner la mort pour exister à jamais? Se libérer de soi et de ses propres zones d’ombre pour commencer une nouvelle vie dans un corps qui semble ne nous appartenir qu’à moitié? Ce sont là des questions que soulève entre autres Coma, un premier roman exceptionnel qui laisse espérer à son auteur une belle carrière d’écrivain s’il réussit à atteindre avec le deuxième un niveau aussi élevé que celui de Coma.

Texte publié dans

Titre pour le Défi Premier Roman

Sous le soleil ou sous la pluie

Filed under: Signé Armando,Vos traces — Lali @ 15:39

La nature est toujours belle à Bruxelles quand c’est Armando qui la prend en photo!

Des sculptures et des fleurs

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 10:28

Voici ce qu’on trouve sur la rue Saint-Urbain, où la plupart des gens chouchoutent leur décor…

Ce que mots vous inspirent 733

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

Tous peuvent entendre mais seuls les êtres sensibles comprennent. (Khalil Gibran)

*toile de Serafín Martínez del Rincón y Trives