Lali

28 avril 2012

Voix de la Méditerranée 8

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

Sous ses paupières

Elle aime les couleurs, et je ne sais pourquoi l’ennui, parfois, sur ses épaules.
Si elle penche sa tête c’est parce qu’elle est la plus profonde des cordes. Et parfois, je ne sais pourquoi, parfois, elle n’entend pas.
Où est ma bien-aimée? Où? Je le demande, parfois, et ma bien-aimée se tient devant moi!
Chaque jour qui vient s’absente.
Chaque jour qui ne vient pas s’absente également1
Je n’ai pas quitté l’amour, je n’ai pas quitté ma guerre. Et si ma bien-aimée voit les couleurs, elle verra aussi combien je la protège et combien je suis en elle prisonnier.
Car je suis la couleur claire qu’elle aime et la couleur foncée qu’elle aimera.
Je suis ce qui se ferme sous ses paupières.

Ounsi al-Haje
(dans Les poètes de la Méditerranée)

*choix de la lectrice d’Andrew Hughes

Lyambiko, en un mot : fabuleuse

Filed under: Trois petites notes de musique — Lali @ 19:15

C’est parce qu’elle a consacré son plus récent album à Gershwin que j’ai découvert la chanteuse de jazz allemande, Lyambiko, d’origine tanzanienne par son père. Et pourtant, c’est son huitième album.

J’avoue humblement qu’il était temps que Lyambiko croise mon chemin. Elle est fabuleuse. sa version de Someone to watch over me devrait vous en convaincre.

Gâteries basques

Filed under: Vos traces — Lali @ 14:59

Rapportées par Lou qui était à Saint-Jean-de-Luz il y a peu de temps. Ça fait envie, non?

Il y a deux semaines…

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 11:37

J’étais à Québec. Vous qui passez de temps en temps avez d’ailleurs vu les photos. Des photos de Québec, la ville, aucune du Salon international du livre de Québec. J’aurais voulu en faire, mais je n’ai pas eu le temps.

Des retrouvailles, des embrassades, des nouvelles qu’on se donne. On n’est jamais bien loin dans le cœur de ceux qui nous aiment. Malgré la distance, les années, l’absence prolongée, volontaire ou pas. Va savoir. Eux ne sont pas loin non plus. Écrivains comme gens du livre. Une même passion nous unit.

Conversations qui reprennent là où on les a laissées. Il y a longtemps. Ou pas. Conversations qu’on continuera on ne sait où. Mais dont on veut croire qu’elles se poursuivront.

Avec Marie-Francine. Avec Simone. Avec Sandrine. Avec Pierre. Avec Laïla. Avec Mylène.
Mais, de préférence, loin des foules.

*illustration de Daniela Zekina