Lali

19 avril 2012

Orbites 2

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

le ravissement de ton œil
agrandit l’espace

la lune tombe
ou s’élève

des rangées d’étoiles se jouent
de mes calculs

je ne demande rien

dans ta pensée
j’existe

ta pensée est matière
à étonnement

Martine Audet, Orbites

*choix de la lectrice de Derek Jones

La blonde du bar

Filed under: À livres ouverts — Lali @ 20:00

C’est un roman d’atmosphère des plus réussis que nous offre l’écrivain argentin installé à Barcelone Raúl Nuñez avec La blonde du bar, roman publié en 1993 qui met en scène un homme au seuil de la quarantaine qui a choisi de tout plaquer pour vivre son rêve : devenir écrivain. Mais la femme de Mario ne supporte pas le bruit de la machine à écrire. Et Marta, la blonde du bar chez qui il trouvera refuge quand sa femme le jettera dehors ne veut pas qu’il se consacre à une activité qui l’exclurait. Donc, pas question pour notre homme d’écrire.

C’est cette impossibilité qui nous est racontée ici, sans effet de style, mais avec les détails nécessaires pour créer un climat, une ambiance, où les héros n’ont rien des héros, où faire le tapin et vendre de la dope sont des métiers, où l’alcool coule à flots, comme dans certains romans états-uniens de série noire. C’est ce désir des uns et des autres de sortir de l’anonymat et de voir leur nom en haut de l’affiche qui est exploité dans ce court roman où Barcelone est un des personnages au même titre que Mario, Marta, et les quelques autres qui gravitent autour d’eux dans ce petite monde où l’errance fait figure de quotidien en attendant que le meilleur arrive.

Qui aime les atmosphères un peu glauques et les antihéros devraient apprécier ce roman de Raúl Nuñez, dont la critique avait remarqué le premier roman, Sinatra, qu’il faudra que je mette aussi sous la dent maintenant que mon appétit a été aiguisé par La blonde du bar.

Des escaliers pas ordinaires

Filed under: Ailleurs,Signé Lali — Lali @ 14:27

Pas ordinaires, mais nombreux à Québec. De quoi imaginer quelques cascades cinématographiques…

Vous aimez les rues en pente?

Filed under: Ailleurs,Signé Lali — Lali @ 10:23

La ville de Québec est pour vous!

Ce que mots vous inspirent 648

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

L’amitié n’est jamais tapageuse. Les démonstrations d’affection prouvent l’instabilité des sentiments, l’inquiétude, la peur de perdre ce que l’on aime. (Jean-Paul Bourre)

*toile de James Proctor