Lali

14 avril 2012

Les vers d’Antoine 2

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

Silence dans la classe. La pensée, seulement, se fait entendre
avec le vent d’hiver qui siffle

à la recherche de lui-même et s’essouffle
sur la vitre séparant la vie

de la théorie. Soupirs sous la neige.
Crissement du plomb sur la page blanche.

Antoine Boisclair, Le bruissement des possibles

*choix de la lectrice de Margo Pasman

La tendresse attendra

Filed under: À livres ouverts — Lali @ 20:33

« Je m’ennuie de la magie au sud de tes sourcils », affirme le narrateur que sa blonde vient de laisser et qui doit vivre sa peine sans pour autant oublier celle qu’il aime toujours et qu’il veut reconquérir coûte que coûte, même s’il lui faut pour cela changer de vie. Et pas qu’un peu, car celui-ci, pour se prouver à lui-même qu’il peut faire autre chose qu’écrire, va mettre en veilleuse sa vie d’écrivain pour devenir rien de moins que plombier!

C’est donc dans une aventure complètement surréaliste que nous plonge Matthieu Simard avec son plus récent roman où l’humour est au rendez-vous en même temps qu’une réflexion sur les rapports amoureux. Une aventure qui peut amuser et qui a été une véritable distraction, malgré une langue parlée qui fait office de langue écrite, détail qui m’a dérangée et avec lequel il m’a fallu vivre. Ce qui a engendré soupirs en tout genre tant j’ai été agacée. Voire, très agacée. Mais bon. Il faut être de son temps et Matthieu Simard est un écrivain très prisé par mes collègues nettement plus jeunes que moi. Il faut? Enfin, je ne suis pas sûre de vouloir être de mon temps.

Tout de même, je me suis amusée, j’ai souri en lisant certaines scènes rocambolesques et j’ai beaucoup apprécié la fin. Il faudra juste que je m’habitue à cette langue si peu littéraire.

Ça bourgeonne!

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 10:23

Pour mon plus grand plaisir… Surtout qu’il s’agit du lilas de ma voisine!