Lali

8 avril 2012

Les vers de Juan 1

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

C’est en compagnie du poète argentin Juan Gelman que la lectrice de l’artiste Stephen Alcorn a décidé de s’asseoir. Le temps de savourer chacun des poèmes de son recueil L’opération d’amour. Entre autres celui-ci :

commentaire IX

allons-nous faire un?/m’es-tu?/te
suis-je dans cette nuit célébrée comme feu qui tourne?/
flétries tombent-elles les distances/craquent-elles
comme feuilles écrasées par l’automne?/distances

de toi à moi/de toi à toi comme des eaux
secrètes où je flotte/rameau
à la dérive de toi?/mer qui fouille mon front/
mon palais/mon oubli/mes petits os/houle qui chante

au milieu de toi?/fleur qui regarde?/route
où est passée la peine à pied?/ou comme un enfant dans mes bras
endormi?/vie nouvelle dans tes bras/
parfumés comme toi?

Un dimanche étymologique 10

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 20:01

« Un bouquin
Avant de prendre le sens familier de livre que nous connaissons — un bon bouquin — le mot désigna d’abord de vieux livres, au 16e siècle. Il est l’adaptation du néerlandais boeckijn, qui désignait un petit livre dans la Flandre où l’imprimerie florissait. »
(Claude Duneton, Les origimots)

*illustration de July Tistory

Un dimanche étymologique 9

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 18:01

« Un zèbre
Au Moyen Âge il existait en Espagne et au Portugal un âne sauvage qui courait en liberté dans les montagnes et que l’on appelait zebra en portugais et cebra en espagnol. Aussi, lorsque les voyageurs ibériques qui exploraient l’Afrique découvrirent le petit cheval bizarrement rayé de brun et de blanc, ils lui donnèrent ce nom de zebra, sans doute parce que lui aussi était sauvage, en liberté dans la nature.
Le zèbre a toujours gardé quelque chose d’étrange a cause de son costume; lorsqu’on traite quelqu’un de drôle de zèbre on pense que cette personne non plus n’est pas très apprivoisée. On peut s’attendre de sa part à un comportement singulier. »
(Claude Duneton, Les origimots)

*toile de Victoria Usova

Un dimanche étymologique 8

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 16:01

« Un moustique
Les Espagnols et les Portugais, qui voyageaient beaucoup dans les pays chauds, y étaient piqués par des petits insectes. Ils les appelaient petites mouchesmosquitos (diminutif de mosca « mouche »)… Les Français, qui voyageaient aussi, se trompèrent dans la prononciation du mot, et au lieu de mosquito, ils se mélangèrent les pinceaux et prononcèrent moustico. Depuis nous avons toujours appelé ces sales bêtes des moustiques! »
(Claude Duneton, Les origimots)

*toile d’Alice Schille

Un dimanche étymologique 7

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 14:01

« Le calme
Le calme a pour origine le grec kauma qui signifie chaleur brûlante. L’image d’une mer lisse, immobile, par une chaleur torride a fourni la notion de tranquillité — l’absence d’agitation et de bruit. Bien évidemment il s’agit de la Méditerranée : les Italiens firent le mot calma que nous avons adopté. »
(Claude Duneton, Les origimots)

*toile de Stanislavas Sugintas

Un dimanche étymologique 6

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 12:01

« Un sandwich
Le cuisinier du comte de Sandwich (1718-1792) était un homme astucieux. Voulant faire plaisir à son patron, il lui apportait à manger à sa table de jeu. Comme Monsieur le comte avait faim, mais qu’il aimait trop jouer aux cartes, son domestique lui apportait des tranches de pain garnies de viande, que l’on appela bien vite sandwich. Le mot passa au français au 19e siècle. Il a réussi la plus belle carrière internationale que l’on puisse rêver pour un modeste casse-croûte. »
(Claude Duneton, Les origimots)

*toile de Carlton Alfred Smith

Un dimanche étymologique 5

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 10:01

« Chavirer
Dans la langue d’oc, au sud de la France, on appelait cap virar l’action de mettre la tête, cap, en bas et les pieds en l’air, Ce qui arrive si on renverse un carrosse dans un fossé profond, ou si une barque se retourne sur l’eau. En français, cela donna chavirer. »
(Claude Duneton, Les origimots)

*illustration de Katja Wehner

En vos mots 261

Filed under: Couleurs et textures,En vos mots — Lali @ 8:00

Que raconte cette lettre d’amour trouvé par la lectrice peinte par Anna Mary Newman dans un coffre? Et d’abord, lui était-elle destinée ou a-t-elle été envoyée à un membre de sa famille?

À vous d’inventer une histoire à notre intention. À vous, en vos mots, de nous raconter ce que cette scène évoque, la surprise, le bonheur ou la tristesse qu’elle suscite.

La toile est à vous pour une semaine. Aucun commentaire ne sera validé avant.

D’ici là, que l’inspiration soit avec vous. Et bon dimanche à tous!

Un dimanche étymologique 4

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 6:01

« Un détective
Il s’agit là d’un mot anglais introduit en français en 1871. Le détective est celui qui detect, en anglais, qui découvre, décèle une intrigue cachée. C’est donc celui qui enquête sur un crime ou une affaire louche. »
(Claude Duneton, Les origimots)

*toile de Fritz von Uhde

Un dimanche étymologique 3

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 4:01

« Un ornithorynque
L’ornithorynque est une bête d’Australie; il vit à la fois sur terre et dans l’eau. Il possède un bec de canard, des pieds palmés et une queue de castor. Son nom compliqué signifie tout simplement bec d’oiseau — du grec ornithosoiseau (l’ornithologie est l’étude des oiseaux) et runkhosbec. »
(Claude Duneton, Les origimots)

*toile de Noni G. Royal

Page suivante »