Lali

5 octobre 2011

Les poèmes de Christiane 3

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

un matin comme les autres
avec ses repères maladroits
ses sourires ses miracles
avec la horde des pleurs et des mensonges
le bonheur est une si petite chose

un matin sans foi
tremble dans la lumière
nous levons la main sur lui

nous avons acheté des montres
à nos poignets soudain
le poids insensé du monde

nos regards se sont durcis
nous commençons à durer

Christiane Frenette, Les fatigues du dimanche

*choix de la lectrice de Wladyslaw Theodor Benda

Une belle histoire qui finit bien

Filed under: À livres ouverts,Mes lectures belges — Lali @ 19:54

« Aussi obsolète qu’elle puisse sembler, la lenteur est une vertu. Lire un livre, marcher à pas mesurés sur un chemin de campagne, méditer les arcanes d’un jeu subtil : ces actes silencieux et lents tricotent mieux notre bonheur que les trépidations. »

Et c’est parce que les trois personnages imaginés par l’écrivain belge Xavier Deutsch aiment à la fois la lenteur et le jeu que se tisse une histoire improbable entre le narrateur et une jeune femme à l’occasion d’une soirée masquée où il est convié. Une histoire qu’il raconte près de 15 ans plus tard, alors que le trio existe toujours même si les paramètres ne sont plus les mêmes, ce que d’ailleurs on découvre à la toute fin du roman alors que la boucle se boucle, sans regrets, sans amertume, avec un clin d’œil qui révèle aujourd’hui un comportement aussi troublant qu’autrefois chez cette jeune femme qui en est encore aux jeux de sa jeunesse.

Oui, il s’agit bien d’une belle histoire qui finit bien, comme l’annonce le titre, mais cette belle histoire n’est pas celle à laquelle nous a mêlé Xavier Deutsch pendant presque tout le roman, ni une autre histoire qu’il menait en parallèle, laquelle mettait en scène la fascination d’une femme (la seule de ce trio) pour un pervers manipulateur, mais une troisième, une de ces histoires qui vous étonnent quand elles se produisent alors que vous ne vous y attendiez et qui ont l’heur de vous faire sourire. Une belle histoire, qui a pris son temps pour éclore, parce que le narrateur n’était pas pressé. Tout simplement. Une belle histoire, de plus, que j’ai aimée pour sa finesse, alors qu’elle aurait pu, avouons-le, être scabreuse et tomber dans la vulgarité.

Lu dans le cadre du Challenge « Littérature belge ».

challenge.gif

Que voyez-vous?

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 16:32

J’ai cru apercevoir une forme qui m’a fait sourire. La voyez-vous aussi?

Les couleurs de Saint-Jean-de-Matha

Filed under: Ailleurs,Signé Lali — Lali @ 10:00

La région de Lanaudière, à une heure de Montréal, abrite notamment les municipalités de Saint-Zénon et de Saint-Félix-de-Valois, où sont nés mes grand-père et arrière-grand-père paternels.

C’est aussi dans cette région, pas très loin de Saint-Félix-de-Valois, d’ailleurs, à Saint-Jean-de-Matha, plus précisément que les moines d’Oka ont décidé de s’installer, au pied de la Montagne Coupée, dans un décor des plus enchanteurs où l’automne s’installe petit à petit.

L’abbaye Val Notre-Dame, tout comme la boutique des moines qui regorge de denrées toutes plus tentatrices les unes que les autres, valent le détour, notamment pour la beauté et le calme du lieu qui les entoure, dont voici quelques images.

Ce que mots vous inspirent 507

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

Si le battement d’aile d’un papillon peut déclencher un ouragan à l’autre bout de la planète, il vaudrait mieux se retenir et ne plus jamais éternuer. (Bernard Arcand)

*toile de Vittorio Reggianini