Lali

30 août 2011

Pause repas à Gloucester, Massachusetts

Filed under: Ailleurs,Le plaisir des papilles,Signé Lali — Lali @ 12:08

Ce sont eux qui vous accueillent à l’Espresso Italian Grille & Pub de Gloucester, Massachusetts. Un arrêt apprécié qui nous a fait oublier la pluie, surtout lorsque les lobster rolls ont été servis!

Ce que mots vous inspirent 481

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

ancher-anna-7.jpg

L’individu est toujours plus fort que l’idée, mais il faut seulement qu’il reste lui-même, qu’il n’abdique pas sa propre volonté. (Stefan Zweig)

*toile d’Anna Ancher

À Salem, New Hamphire

Filed under: Ailleurs,Le plaisir des papilles,Signé Lali — Lali @ 6:03

J’ai retrouvé un des bonheurs de mon enfance : les crêpes aux bleuets de l’IHOP (International House of Pancakes)…

29 août 2011

L’amour même 2

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

strang-william.jpg

Expulsés de la nuit
Par la violence des eaux
Inspirés au jour
Vers la nudité de l’air
Nous naissons ensemble
À la source
Des mémoires et des langages

D’où respire cet amour.

Jean Royer, L’amour même

*choix de la lectrice de William Strang

Oubliez ce livre, allez vous promener

Filed under: À livres ouverts — Lali @ 20:23

ruelles.jpg

J’ai depuis longtemps une prédilection pour les ruelles. Probablement parce que pendant douze ans j’ai habité le boulevard Saint-Joseph à Montréal où, du balcon d’en arrière, j’avais une vue incomparable sur la ruelle, ses chats, ses cordes à linge, ses matchs de hockey, ses conversations. Elle n’était pas particulièrement belle, pas très fleurie, mais elle était vivante. Or, c’est cette vie, cette animation que le photographe Maxime Lefin a décidé d’explorer dans son livre Ruelles de Montréal, dont chaque début de chapitre commence par deux paragraphes signés Nicole Lacelle. Autrement dit, ce sont les photos qui ont ici toute la place, et nul ne s’est foulé une cheville pour nous dire où ont été pris les clichés : tout détail concernant les photos est inexistant. À vous de partir à la recherche des ruelles du livre.

Donc, à peu près pas de texte, je veux bien, mais pas d’explication, non. J’appelle ça du travail d’édition bâclé, surtout que 20 % des photos n’auraient pas dû être sélectionnées pour cet ouvrage, car elles ne possèdent pas la qualité méritant une publication.

J’aurais voulu aimer ce livre. J’aurais voulu vous inviter à vous le procurer. Mais cela m’est impossible. Le livre est trop quelconque pour ça. Ne faites donc pas de dépense inutile. Empruntez le livre à la bibliothèque et parcourez-le une ou deux fois. Allez plutôt vous promener. Vous trouverez dans certains arrondissements montréalais des ruelles autrement plus intéressantes que celles de cet album, lesquelles vous fourniront de quoi écarquiller vos yeux longtemps. Très longtemps.

Main Street, Nashua

Filed under: Ailleurs,Signé Lali — Lali @ 14:46

Il est des endroits qui, dès que vous en franchissez le seuil, vous donnent l’impression de débarquer dans un film (Grease, notamment) ou une série télévisée (je pense à Happy Days).

C’est ce qui m’est arrivé il y a une dizaine de jours, à Nashua. Au Norton’s Diner. J’ai tant aimé l’endroit que j’y suis retournée. Pour l’ambiance et pour les œufs brouillés au jambon et au fromage.

J’ai croisé Pépère

Filed under: Ailleurs,Signé Lali — Lali @ 10:26

Enfin, presque : j’ai vu sa voiture. Dans un stationnement. À Nashua, New Hampshire.

Ce que mots vous inspirent 480

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

alvarez-las-heras-carlos-2.jpg

La grammaire étant l’art de lever les difficultés d’une langue, il ne faut pas que le levier soit plus lourd que le fardeau. (Antoine de Rivarol)

*toile de Carlos Alvarez Las Heras

Quelques fruits

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 6:31

Parce qu’il faut nourrir le corps comme l’esprit, voici quelques fruits et un peu de lecture… Puisse celle-ci vous être agréable.

*toile de Fabien

28 août 2011

L’amour même 1

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

tesfay-atchbekha-negga.jpg

Tout de suite elle a été séduite par le titre. Puis par les courts poèmes. La lectrice de l’artiste éthiopien Atchbekha Negga Tesfay avait fait son choix. Pour elle. Puis à l’intention des lectrices du soir. Ce serait L’amour même de Jean Royer. Et pour commencer, ce texte :

Silence d’une main
Et caresse de l’Inconnu.

Vérité de l’étreinte
Nous sommes deux
Pour le corps de l’amour.

Et j’apprends qui je suis.

« Page précédentePage suivante »