Lali

23 août 2011

Avec le poète Carita 5

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

kossonogy-joseph.jpg

Il y a dans l’amour une certaine force mortifère
Qui met les amants l’un contre l’autre,
Il suffira qu’ils la libèrent;

Il y a dans l’amour une certaine force vitale
Qui dispose les amants en faveur l’un de l’autre,
Il suffira qu’ils la maintiennent en captivité;

Il y a dans l.amour une certaine force inhumaine
Qui préservera les amants
De succomber dans les marges respectives,
Il suffira qu’ils la placent là où l’amour ne les atteint pas.

Fernando eduardo Carita, La maison, le vide

*choix de la lectrice de Joseph Kossonogy

À la recherche d’un tableau

Filed under: À livres ouverts,Pour petites mains — Lali @ 20:36

tresor-des-ss.jpg

J’aimais cette idée d’un détective voyageant dans le temps afin de dénouer quelque énigme d’aujourd’hui. C’est pourquoi je me suis plongée dans Le trésor des SS, avec mon cœur d’adolescente, le roman étant destiné à cette tranche d’âge.

Phoenix, un agent du SENR, le Service des enquêtes non résolues, doit se rendre en Tchécoslovaquie en pleine Seconde guerre mondiale afin de vérifier l’authenticité d’un tableau qui est en circulation de nos jours et dont on ne peut affirmer qu’il ait vraiment existé ni donner quelque détail que ce soit sur celui-ci. Phoenix est pour l’occasion accompagné de Miss Jenie dont c’est la première mission. Camouflés l’un comme l’autre sous des identités faisant d’eux des spécialistes en matière d’art, ils se retrouvent dans un château protégé et à l’écart de tout, lequel est dirigé par un SS préférant les arts à la guerre.

Ce sera l’occasion pour les deux protagonistes de découvrir une magouille en plus de mettre la main sur le tableau recherché. Mais on ne peut pas changer le cours de l’Histoire. Ils devront donc s’en tenir à leur mission et à rien d’autre.

Il y avait là matière à roman, mais celui-ci aurait pu être plus concis, plus efficace. En effet, chacun des mots à propos desquels on trouve de l’information dans un glossaire à la toute fin du livre plutôt qu’en bas de page, ce qui est très agaçant pour tout lecteur, et encore plus un jeune lecteur, aurait pu être expliqué dans le corps même du texte. On aurait là aussi gagné en efficacité plutôt qu’en détails de peu d’intérêt.

Pendant quelques pages, je me suis ennuyée des « Alice » de ma jeunesse. Tiendraient-ils la route aujourd’hui? Le trésor des SS, quant à lui, ne me donne pas envie de suivre les aventures du SENR.

Quelques roses suisses

Filed under: Vos traces — Lali @ 15:46

tz5-20110801-33_l.jpg

tz5-20110801-39_l.jpg

tz5-20110801-41_l.jpg

rose.jpg

Parce que Denise sait que vous appréciez les roses, elles vous en offre quelques-unes!

Pour rêver, continuer de rêver

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 10:25

dewit-marchant-deborah-24.jpg

Pas envie de ranger les cartes et les guides. Pas envie de trier les dépliants et les cartes professionnelles. Les laisser là, à la vue, à portée de la main. Pour que l’enchantement continue. Pour que la vie ne me bouffe pas tout de suite avec ses urgences et ses obligations. Pur que le bleu ne devienne pas gris et que la roche sur mon bureau sente encore l’océan. Longtemps. Le plus longtemps possible.

Et en attendant, continuer de rêver.

*toile de Deborah Dewit-Marchant

Ce que mots vous inspirent 476

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

termeron-javier.jpg

Bien sûr, l’argent ne fait pas le bonheur, mais il aide à acheter des livres. (Claude Roy)

*illustration de Javier Termeron