Lali

22 août 2011

Avec le poète Carita 4

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

kohn-andre-1.jpg

Quel poète, n’importe quel poète,
N’apprendra-t-il pas aux oiseaux de voler
Sans le moindre vol
C’est néanmoins voler,
C’est voler peut-être à l’unique altitude
Déjà complètement préservée de l’élan dévastateur
D’une éternité toujours plus courroucée
Contre la véhémence cyclique
De chaque aube nouvelle?

Fernando Eduardo Carita, La maison, le chemin

*choix de la lectrice d’Andre Kohn

Promenade en compagnie du Trio Hochelaga

Filed under: Trois petites notes de musique — Lali @ 19:18

theodore-dubois.jpg

Connu davantage comme organiste, professeur d’harmonie et directeur du Conservatoire de Paris que comme compositeur, Théodore Dubois a pourtant laissé derrière lui plus de 500 œuvres, pour orchestre, pour orgue, pour piano, des ballets, de la musique de chambre et des pièces vocales, ainsi que des écrits consacrés à l’harmonie et à la composition.

La violoniste Anne Robert s’est entourée du violoncelliste Paul Marleyn et du pianiste Stéphane Lemelin, épris de musique de chambre, lorsqu’elle a fondé en 2000 le Trio Hochelaga, qui a choisi de se dédier à la diffusion de celle-ci et plus particulièrement à celle de la fin du XIXe siècle et du début du siècle suivant. « Les musiciens canadiens séduisent par leur jeu tendre, flexible et léger comme une plume, qui réussit parfaitement à la facture classique des œuvres », affirme Christian Vitalis à propos de l’enregistrement des œuvres pour piano et cordes de Dubois, tandis que Claude Gingras loue le trio en ces mots : « Le Trio Hochelaga apporte une affection évidente, un enthousiasme communicatif et une exemplaire préparation technique, et la prise de son est claire et présente. Une véritable découverte! »

Et afin que vous puissiez vous aussi découvrir Théodore Dubois et le Trio Hochelaga, je vous offre Promenade sentimentale pour violon et violoncelle avec accompagnement de piano.

challenge-des-notes-et-des-mots-4.jpg
détails ici

Pause gourmandise

Filed under: Vos traces — Lali @ 15:57

s5001118.JPG

s5001119.JPG

Une pause offerte par Lou afin que nous puissions déguster quelques spécialités espagnoles. Ça vous dit?

Taggée deux fois plutôt qu’une

Filed under: Vraiment pas sérieux — Lali @ 11:52

louiselabe.jpg
(La Castianire d’Olivier de Magny)

D’abord par Margotte, puis par Mazel. Ce qui fait que j’ai deux fois plus de raisons de jouer le jeu. Mais quel jeu, au fait? Celui de me glisser le temps d’un billet dans la peau de la femme de la Renaissance que j’aurais aimé être, un tag créé par Euterpe, que je passe à mon tour à Anne, Lucie, Maïté et Colo, et à tous ceux qui voudront nous suivre. Non sans vous dire que puisque l’occasion m’est donnée de voyager dans le temps et d’emprunter une autre identité, c’est celle de la poétesse Louise Labé que je choisis d’emprunter.

Ce qui me donne aussi l’occasion de vous offrir ce sonnet qui lui est attribué :

D’or barbarin et d’argent de copelle,
D’aniz, d’oeilletz, de roses et de lys,
Et de boutons avecq’ l’aube cueillis,
J’ay façonné ceste couronne belle,

Pour en orner, d’une forme nouvelle,
Le sacré chef de l’autheur que tu lis,
Qui tellement a mes yeux embellis
Que, luy mourant, j’en suis faite immortelle.

Et toutesfois, si tu trouves plus beau
Le verd laurier pour luy faire un chapeau,
Compasse l’en et luy couvre la teste :

Il me suffit d’avoir part en son cueur,
Et de le voir ainsy de moy vainqueur
Comme de luy je fis ample conqueste
.

Ce que mots vous inspirent 475

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

peyton-elizabeth-6.JPG

Sait-on jamais qui, de celui qui part ou de celui qui reste, ira le plus loin? (André Carpentier)

*toile d’Elizabeth Peyton

Fauteuil invitant

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 6:19

lyman-clough-sandy-1.jpg

lyman-clough-sandy-2.jpg

Afin de vous remercier d’avoir été au rendez-vous d’En vos mots, malgré les aléas de la dernière semaine, laissez-moi moi vous offrir un endroit confortable pour lire les textes qui ont fait vivre la toile du 14 août dernier. Des décors que nous devons à l’artiste Sandy Lyman Clough que je vous invite à découvrir en cliquant sur ce lien.

Rien de tel qu’un fauteuil invitant et une tasse de thé pour lire les textes validés hier. Bonne lecture, donc, et merci à vous cinq de votre participation.