Lali

10 May 2011

Pour les yeux d’une gitane 3

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

chartier-pierre-7.jpg

Quand la mer s’avance dans l’eau
La fille des terres hautes en passant
Caresse le ciel telle une folie
Une manie de haute attitude

Lucien Francoeur, Clo la gitane

*choix de la lectrice de Pierre Chartier

Ils s’appelaient Jacques et Lotka

Filed under: À livres ouverts — Lali @ 20:02

yung-de-prevaux.gif

Un amour dans la tempête de l’histoire, un récit publié dans la collection Résistance – Liberté – Mémoire aux éditions du Félin et écrit par Aude Yung-de-Prévaux qui est censé relater la vie de ses parents Jacques et Lotka de Prévaux, n’est pas à proprement parler ni un récit sur la Résistance ni celui d’une histoire d’amour, mais bien une biographie de Jacques de Prévaux. Ce qui n’est pas un reproche en soi, l’homme ayant eu une vie pour le moins mouvementée à titre d’amiral avant de s’engager dans la résistance après sa retraite forcée à cause des ses sympathies gaullistes.

L’auteure, alors âgée de 23 ans, prend connaissance de ses origines, au hasard d’une question posée à la Bibliothèque nationale par quelqu’un qui avait vu quel nom elle inscrivait sur sa fiche. Une question. Une simple question : « Pardonnez mon indiscrétion, mais n’êtes-vous pas la fille de l’amiral Trolley de Prévaux? »

N’ayant jamais eu vent de l’amiral, ni de sa jeune épouse juive née à New York de parents polonais, sa mère, Aude Yung-de-Prévaux se donnera pour mission de remonter le temps, de retrouver toutes les traces possibles de ses origines afin de redonner à l’Histoire ses héros, résistants tous deux fusillés à Lyon en août 1944.

C’est donc à une biographie dans laquelle elle ne s’immisce pas, écrite à la lumière de ses rencontres et à la faveur des nombreux documents parcourus au fil d’années de recherche qu’Aude Yung-de-Prévaux redonne vie à son père, passionné de littérature, rêveur timide, qui aimait les bateaux et l’opium. Et qui voit sa vie bouleversée le jour où il rencontre Lotka.

Ce n’est peut-être pas le livre auquel auquel je m’attendais puisque plus de la moitié de celui-ci est consacré à la vie de Jacques de Prévaux avant sa rencontre avec Lotka et aussi parce que peu de détails nous sont donnés sur leur vie de résistants alors que d’autres récits du même genre m’ont semblé plus complets à cet égard. Mais il n’en reste pas moins que la mission de l’auteure est accomplie.

Qui est monté sur son lit?

Filed under: Vos traces — Lali @ 16:35

tz5-20110423-7_l.jpg

Denise mène l’enquête…

Sept amies, une étoile

Filed under: Trois petites notes de musique — Lali @ 13:42

madrigaia-pleiades.jpg

Elles étaient sept. Sept amies natives du Manitoba qui, sous le nom de Madrigaïa, ont, pendant huit ans, de 1999 à 2007, le temps de nombreux spectacles d’un bout à l’autre du Canada et au delà des frontières, et de deux albums, prêté leurs voix à des chansons venues d’ailleurs ainsi qu’à la musique traditionnelle autochtone et à celle de leur Manitoba natal.

C’est d’ailleurs une chanson de chez elles qu’il me plait de vous faire entendre. Ma belle étoile. En espérant que pour chacune d’elles — les Chic Gamines, Marie-Claude McDonald, Brigitte Sabourin, Sarah Dugas et Dominique Reynolds — une étoile brille dans le firmament de la musique.

Les mésaventures de Pépé

Filed under: Signé Armando,Vos traces — Lali @ 10:00

00600-lali-2011-04-25-divers-bruxelles-0006.jpg

Alors que Pépé s’apprêtait à draguer une jolie demoiselle qu’il suivait depuis un moment et que lui-même était suivi par Armando, curieux de voir comment allait s’en sortir le rigolo, la demoiselle est entrée chez elle… Pépé a eu la surprise de sa vie quand il a lu le message sur sa porte et Armando a photographié le tout. Bien évidemment. Enfin, presque tout. Pépé a menacé de briser l’appareil photo d’Armando si celui-ci osait l’immortaliser. Donc, voici la porte, mais sans Pépé.

Ce que mots vous inspirent 401

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

bassano-leandro.jpg

En Afrique, quand un vieillard meurt, c’est une bibliothèque qui brûle. (Amadou Hampâté Bâ)

*toile de Leandro Bassano