Lali

2 mai 2011

Quelques poèmes de Carlos 3

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

aldor-janos-laszlo.jpg

La mer, dans le living

La mer entre dans le living
à peine la première teinte
du jour apparue.
Elle passe par la vitre
et bientôt en sont inondés
personnes et moquettes,
fauteuils, gestes,
noms,
tableaux,
voix.

La mer tout recouvre
sans rien asphyxier.
Dans le concave marin
l’aller-et-venir réfléchit
l vie coutumière
de poissons dressés
qui observent la loi
de gens vivant chez soi.

À midi, la mer
s’installe complètement
dans les cuivres et dans la peau
des habitants.
Elle laisse épars dans l’air
un tremblement d’argent
incendié.

Dans l’après-midi, nous cinglons
la mer et nous arrêtons
dans la même onde immobile
qui, sur le bord des verres,
joint à l’alcool doré
l’amertume du sel
sans que sel il soit perçu.

Quand la nuit déclot
les pétales de l’ombre
sous la découpe somnambule
de la lune sur les eaux,
et que le sommeil se dépose
sur chaque chandelier,
cendrier, clochette,
et pli de rideau,
et que les pas s’amortissent
dans le sourd couloir,
voici que la mer se retire
devers elle-même et au loin,
à moins que ce ne soit nous qui émergions
de l’épaisseur des eaux
devenues invisibles.

La mer s’en revient,
à peinte la première teinte
apparue, du jour,
et le living, baie
avec tout son mobilier
et ses gens, immergés,
continue son balançant
être seul et vert,
solivert immense
en pure obscurité.

Carlos Drummond de Andrade, La machine du monde et autres poèmes

*choix de la lectrice de Janos Laszlo Aldor

Un livre somnifère

Filed under: À livres ouverts — Lali @ 19:02

saul-bellow.jpg

Parce qu’il est né à Lachine (un des arrondissements de Montréal), que la bibliothèque de sa ville natale porte son nom, qu’il a été le seul Canadien de naissance à être honoré du prix Nobel de littéraire, je me suis toujours dit qu’un jour j’allais dire Saul Bellow.

L’écrivain ayant quitté le Québec enfant pour Chicago, je ne cherchais évidemment pas de traces de son enfance chez nous quand j’ai choisi parmi ses romans et nouvelles Une affinité véritable. Mais je m’attendais, on peut s’en douter, à ce qu’il sache conserver mon intérêt d’un bout à l’autre du roman, surtout qu’il est fort court (126 pages). Or, ce n’est pas tout à fait ce qui s’est passé.

Je n’ai pas réussi à m’attacher à Harry Trellman, le héros d’Une affinité véritable ni à trouver quelque intérêt à sa vie, aux gens qu’il croise, à son amour de jeunesse. Les aventures du héros m’ont laissée de bois et c’est soulagée que j’ai fermé le livre. D’autres y trouveront peut-être ce que je n’ai pas vu ou senti. Mais en ce qui me concerne, je considère ce roman comme un excellent somnifère puisque trois fois, alors que je me disais « c’est ce soir que je le finis », je me suis endormie le livre ouvert entre les mains.

Arrêt à Nyon

Filed under: Vos traces — Lali @ 17:36

tz5-20110416-037_l.jpg

tz5-20110416-105_l.jpg

tz5-20110416-063_l.jpg

tz5-20110416-073_l.jpg

tz5-20110416-085_l.jpg

Le temps de suivre Denise dans les rues de cette ville suisse.

Le muguet bleu

Filed under: Signé Chantal,Vos traces — Lali @ 14:36

p1020884.JPG

p1020911.JPG

p1020910.JPG

p1020915.JPG

p1020894.JPG

p1020886.JPG

C’est sous ce nom qu’on désigne les jacinthes des bois qui tapissent le sous-bois de Nainville-les-Roches où Chantal nous emmène aujourd’hui.

De Byzance à l’Andalousie en musique

Filed under: Trois petites notes de musique — Lali @ 10:15

oni-wytars.jpg

L’ensemble Oni Waters, fondé en 1983 par Marco Ambrosini, Katharina Dustmann et Peter Rabanser (un Italien, une Allemande et un Autrichien), s’est depuis entouré d’autres musiciens européens et américains afin de mettre de l’avant des musique peu connues. C’est ainsi qu’il a produit un disque mettant en vedette la musique à la cour de Naples et un autre sur la musique des troubadours, pour ne mentionner que ceux-ci — vous pourrez trouver la discographie du groupe ici si j’ai piqué votre curiosité. Et si ce n’est pas déjà fait, le titre Galea, mis galeas, tiré de From Byzantum to Andalusia, Medieval Music and Poetry, vous donnera sûrement envie d’en savoir plus sur Oni Waters…

Ce que mots vous inspirent 395

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

absolon-john.jpg

Quand le soir tombe, il y a toujours quelques instants qui ne ressemblent à rien d’autre. (Robert Musil)

*toile de John Absolon

Installez-vous!

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 7:07

shaler-lynn-3.jpg

À l’heure où une nouvelle semaine débute, pourquoi ne pas prendre place dans le salon de musique et de lecture? Il n’y a pas d’endroit plus agréable que celui-ci pour lire les neuf textes qui ont fait vivre de belle façon la toile du 24 avril. Allez, installez-vous!

*toile de Lynn Shaler