Lali

4 avril 2011

Poèmes sur l’eau 2

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

hughes-edward-robert-2.jpg

La rivière

L’âge de l’eau disparaît
Entre les cils entre les mains
La rivière fuit
Dans la nuit dans les draps

Jour après violence
La rivière s’élargit
Entre les rives jadis nouées
Dans les nuits profondes

N’y aurait-il plus que des crépuscules
Séparés par la rivière
Par la seule odeur de l’eau
Sur les cils

Jean-Guy Pilon, Les plus beaux poèmes sur l’eau

*choix de la lectrice d’Edward Robert Hughes

Alexandre et les magouilles

Filed under: À livres ouverts,Pour petites mains — Lali @ 20:38

guillaume-chiens.gif

Si j’étais encore libraire, voilà un livre que, sans hésitation, je conseillerais à tout jeune lecteur qui aime les romans d’aventure. J’y ai pris un plaisir fou dès les premières lignes. Il faut dire que Guillaume Guéraud sait nous accrocher et que, de plus, il ne nous lâche pas avant la dernière ligne. Peut-être parce qu’il a un jour voulu être journaliste et qu’il a le sens de la une? Va savoir.

Toujours est-il que ce roman déniché par hasard à la Grande bibliothèque (classé dans les romans destinés aux adultes) qui raconte les aventures d’Alexandre au sein de la feuille de chou locale alors qu’il y effectue un stage d’une semaine parce que la conseillère en orientation trouvait que son idée de devenir éboueur manquait de panache et qu’il a vaguement suggéré que le journalisme l’intéresserait peut-être se révèle un petit bijou.

Alors que notre héros apprend qu’une somme colossale a été détournée de la caisse d’un foyer pour handicapés, il découvre aussi les auteurs du méfaits. Mais… Justement, il ne faut pas en parler. Quand le maire, sa femme, le commissaire et le directeur du journal sont impliqués dans une magouille, il faut étouffer les choses… Mais c’est sans compter sur un père qui n’aime pas les journalistes et qui se révélera à la hauteur de la situation, acceptant même d’appeler à la rescousse son ex-femme et mère du gamin, une avocate qui saura faire exactement ce qu’il faut faire quand père et fils auront trouvé des preuves accablantes.

Un roman qui se dévore, un roman au rythme alerte qui met en scène des personnages attachants ou détestables, un roman qui se révèle un excellent roman d’aventures tout en égratignant au passage ceux qui ont le pouvoir. Ce qui n’est pas pour me déplaire.

Un jour j’entrerai…

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 17:43

demaisonneuve1.jpg

demaisonneuve2.jpg

demaisonneuve3.jpg

Où ça? Là où il y a gelato, chocolat chaud, gaufres, truffes, tablettes de chocolat et autres délices… Là. Chez Suite 88, boulevard de Maisonneuve, à Montréal. Pour le moment, je rêve…

Avisha Cohen, pour voguer en musique

Filed under: Trois petites notes de musique — Lali @ 12:20

seven_seas_.jpg

Il y a parfois des moments où on a envie de se laisser emporter, de flotter… Autant le faire sur sept mers (seven seas), non? C’est ce que propose Avishai Cohen, contrebassiste et compositeur israélien avec l’album Sept Seas qui vient de paraître et qui vous séduira de la première à la dernière plage pat sa douceur, ses accents nostalgiques et ses phrasés qui ont tout des vagues.

Figure incontournable du jazz, après avoir longtemps fait partie des inclassables (tantôt classique, tantôt nouvel âge, musique du monde ou instrumentale, de temps en temps jazz), Avoshai Cohen est ce soir à l’Olympia. Il y retournera le 19 octobre. D’ici là, quelques autre villes françaises sont inscrites à son calendrier (ici), mais rien de mon côté de l’océan… Heureusement, je peux faire tourner Seven seas en boucle (sans avoir le mal de mer) pour me consoler… Et surtout, Worksong que voici :

Ce que mots vous inspirent 375

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

beasley-phoebe.jpg

Le souvenir trace de sa plume d’or une carte lumineuse où sont nos espoirs inspirés. (Maurice Drans)

*toile de Phoebe Beasley

Merci à vous tous et une pensée pour Millie

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 6:08

hoover-wessel-bessie.jpg

Le livre est resté ouvert. Sur une image en particulier et les mots qui l’accompagnent. Une toile de Picabia, pour tout vous dire. Une toile qui a inspiré six personnes, des habitués (Armando, Chantal, Denise, Flairjoy et Lou) et une toute nouvelle envosmotiste, Millie, une étudiante belge qui fréquente depuis peu le pays de Lali.

À vous tous, un grand merci pour ce partage et une pensée toute spéciale à Millie qu’il nous fait plaisir d’accueillir parmi nous. Et en souhaitant tous vous lire dimanche prochain!

*toile de Bessie Hoover Wessel