Lali

28 mars 2011

Quelques jours avec Ungaretti 3

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

freiin-von-wachter-paula.jpg

Solitude

Pourtant mes hurlements
déchirent
comme la foudre
la cloche grêle
du ciel

Ils s’abîment
épouvantés

Giuseppe Ungaretti, Vie d’un homme

*choix de la lectrice de Paula Freiin von Wachter

Les joies de la prononciation

Filed under: À livres ouverts,Mes lectures belges — Lali @ 19:18

chaussettes.gif

Julos Beaucarne fait partie de ma vie depuis plus de trente ans. Je l’écoute chanter comme on écoute un ami. Je lis ses mots comme je lis ceux écrits par un ami. C’est donc par un titre d’un des porte-parole les plus connus de la Wallonie que j’ai commencé mon voyage dans la collection Le goût des mots que dirige Philippe Delerm au Seuil, dont le titre dit presque tout de son contenu : Les chaussettes de l’archiduchesse. Et autres défis de la prononciation.

Écrivain, conteur, dramaturge, poète, chanteur et comédien, Julos Beaucarne s’adonne depuis toujours aux différents plaisirs de la langue. Il nous avait d’ailleurs offert en 1992 Le Virelangue (chez Actes Sud) qui est de la même trempe puisque ce nouveau titre met en scène des virelangues. Mais justement, qu’est-ce qu’un virelangue? Selon Roger Pinon, « le virelangue est un mot, un bout de phrase, une rimaille, voire un long texte, que l’on doit répéter, éventuellement un nombre fixé de fois, sans s’empêtrer dans la prononciation. »

Et c’est tout ça que nous offre Julos Beaucarne avec ce petit livre qui se glisse dans une poche. Des rimailles qui sont les siennes ou qu’il a empruntées à d’autres (Alphonse Allais, Raymond Devos, Jacques Prévert notamment), pas juste en français mais aussi, entre autres, en allemand, en espagnol et en wallon, des virelangues très courts ou très longs, humoristiques, philosophiques, tous savoureux. Un livre pour les amoureux de la langue qui le savoureront avec gourmandise. Surtout quand ils auront appris à dire à toute vitesse Je sais ce que je suis et si je suis ce que je suis qui est-ce que je suis? Si jamais tu le sais, je te suis.

Pour vous amuser, quelques virelangues proposés par TV5 ici.

Lu dans le cadre du Challenge « Littérature belge ».

challenge.gif

Besoin de lunettes?

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 16:49

lunettes1.jpg

lunettes2.jpg

lunettes4.jpg

lunettes5.jpg

lunettes6.jpg

C’est rue Crescent que vous trouverez celles-ci!

Un film dédié à Nana Caymmi

Filed under: Sur grand écran ou sur scène — Lali @ 15:12

rio_sonata1.jpg

C’est il y a trois ans que j’ai découvert Nana Caymmi et ça avait été un véritable coup de foudre. Pas étonnant donc que je me sois retrouvée à la Cinémathèque québécoise il y a quelques jours à l’occasion de la représentation du film Rio Sonata qui lui est dédié.

Et c’est enchantée et dansante que j’ai marché sur le boulevard de Maisonneuve. Nana Caymmi est plus qu’une chanteuse. C’est une femme généreuse avec son public qui n’hésite pas à se mêler à la foule et à embrasser les gens malgré sa renommée internationale. C’est une artiste qui a côtoyé et qui côtoie toujours les plus grands pour qui elle a été et sera toujours une inspiration en ne se perdant pas elle-même au détriment des paillettes. Et c’est un beau portrait que nous offre le réalisateur franco-suisse Georges Gachot avec Rio Sonata, présenté aux Montréalais dans le cadre du Festival international du film sur l’art. Un film sans flonflons, émouvant, qui nous montre une Nana Caymmi aux différentes heures de sa vie tout en nous livrant des témoignages remarquables. Seule ombre au tableau : des sous-titres en anglais pas toujours bien traduits, le film étant en portugais.

Des ciels à couper le souffle

Filed under: Sur grand écran ou sur scène — Lali @ 12:53

prelude_mer.jpg
© Aliocha Van der Avoort

Ma méconnaissance de la danse moderne m’a sûrement empêchée d’apprécier à sa juste valeur le film du réalisateur belge Thierry de Mey intitulé Prélude à la mer, présenté dans le cadre du Festival international du film sur l’art.

Tourné au Kazakhstan dans un décor désertique faisant office de plage infinie, le film nous offre une chorégraphie signée Anne Teresa De Keersmaeker sur le célèbre Prélude à l’après-midi d’un faune de Debussy, une chorégraphie permettant à un danseur et une danseuse d’évoluer ensemble comme séparément dans une suite de mouvements qui, ai-je cru comprendre, n’est pas sans évoquer le déchirement de l’être humain autant physique qu’affectif.

J’ai donc apprécié la lumière, ses éclats comme ses déclins, les ciels d’une beauté renversante et certains mouvements de caméra à défaut d’avoir pu saisir l’essentiel de la démarche de la chorégraphe.

Ce que mots vous inspirent 370

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

hoger-rudolf-a.jpg

Ce qui sauve, c’est de faire un pas. Encore un pas. C’est toujours le même pas que l’on recommence… (Antoine de Saint-Exupéry)

*toile de Rudolf Alfred Höger

Textes rangés

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 7:02

eksioglu-gurbuz-dogan-2.jpg

Livres rangés comme autant de souvenirs et de moments qu’on ne veut oublier. Textes rangés, ceux qui ont animé la toile du 20 mars et qui attendent que vous les lisiez…

*toile de Gürbüz Dogan Eksioglu

Bon anniversaire Denise!

Filed under: États d'âme,Signé Chantal,Vos traces — Lali @ 0:00

p1540331.JPG

Puisse cet oiseau du Queyras, photographié par Chantal, t’inspirer à l’occasion de ton anniversaire et te donner des ailes toute l’année!