Lali

22 mars 2011

Quelques vers de Charles Gill 3

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

giller-everly.jpg

À Victor Hugo

Maître, comme il revient souvent, l’anniversaire
Des monarques puissants dont le règne éphémère,
Après quelques printemps, au tombeau doit finir!…
Il faut qu’un siècle passe avant que nous revienne
Ton jour de fête, ô roi de la pensée humaine
Dans l’immense avenir!

Il suffit, pour marquer la fuite des années
S’engouffrant dans l’abîme avec nos destinées,
Qu’un monde, par un astre en l’éther emporté,
Ait parcouru l’ellipse où son disque s’engage.
Mais les ans sont trop courts : les siècles comptent l’âge
De l’immortalité!

Te voici donc au seuil de ton apothéose;
Un autre temps redit la chanson grandiose
Que sur la lyre d’or ton génie accorda.
L’Océan a clamé ton nom à notre plage;
Puisse sa grande voix te rapporter l’hommage
Du lointain Canada!

Et si notre vivat aux bravos se marie,
C’est que nous chérissons la langue et la Patrie
Que tu couvres de gloire avec tes chants vainqueurs :
C’est bien ton verbe noble à la mâle cadence
Qui vibre dans nos voix, c’est bien ta noble France
Qui vibre dans nos cœurs!

Malgré les faibles sons d’une lyre inhabile,
Nous voulons célébrer ton œuvre indélébile,
En des vers fugitifs que guette le néant,
Pardon, si notre Muse, ô maître, ambitionne
Cet orgueil d’élever sa modeste couronne
Jusqu’à ton front géant!

Charles Gill, Les étoiles filantes

*choix de la lectrice d’Everly Giller

Un livre fait avec amour

Filed under: À livres ouverts — Lali @ 19:55

encre-de-mer.gif

Il est des livres si beaux qu’ils ne peuvent qu’avoir été faits par une main amoureuse. C’est cette idée qui m’est venue alors que d’image en image, d’extrait de roman à un poème, je naviguais dans les pages d’Encre de mer, réalisé par Nathalie Couilloud et publié en 2007 à Douarnenez aux éditions du Chasse-Marée, du nom de la revue éponyme qui a donné naissance à cette maison d’édition, spécialisée dans les livres dédiés à la mer.

Heureux assemblage que celui préparé avec minutie et sensibilité par l’auteure qui a pris plaisir à faire le tour de la littérature maritime afin d’extraire des textes incontournables et d’autres moins connus qui gagnaient à l’être. Si bien que c’est près de 200 auteurs qui se retrouvent réunis le temps d’un livre et dont les textes sont appuyés par des photos émouvantes de presque autant de photographes. Un livre de toute beauté, vous l’aurez compris. Un livre qui fait rêver et qu’il faut laisser traîner sur une table pour l’ouvrir au hasard. Pour le simple bonheur d’entendre la mer rugir au loin ou les marins s’activer.

La brique Lego

Filed under: Sur grand écran ou sur scène — Lali @ 14:12

brique_lego1.jpg

En 26 minutes, vous saurez tout, mais vraiment tout sur la brique Lego grâce à Anna-Célia Kendall, laquelle s’est employée à nous dresser la petite histoire de cette brique qui a connu un succès international. Un petit film qui fait sourire, bien documenté et duquel on sort avec l’envie de retrouver un peu de son enfance. Il est donc préférable d’avoir encore sous la main quelques briques pour prolonger le plaisir! Surtout qu’avec six briques, il y a 900 millions de combinaisons à essayer!

Le court métrage La brique Lego est présenté dans le cadre du Festival du film sur l’art qui se tient à Montréal jusqu’au 27 mars.

Coup de foudre

Filed under: Couleurs et textures,Les trouvailles de Lali — Lali @ 10:38

cossais-delphine-1.jpg

cossais-delphine-2.jpg

cossais-delphine-3.jpg

cossais-delphine-4.jpg

cossais-delphine-5.jpg

cossais-delphine-6.jpg

cossais-delphine-7.jpg

cossais-delphine-8.jpg

Je n’ai pas d’autre mot pour décrire ce que j’ai ressenti quand j’ai découvert l’univers de l’artiste Delphine Cossais. Oui, un véritable coup de foudre. Et ça risque de vous arriver aussi quand vous découvrirez ses pages. Si, si. C’est Lali qui vous le dit.

Ce que mots vous inspirent 366

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

fonseca-reynaldo-3.jpg

La douleur est un trésor précieux, on ne le découvre qu’à ceux qu’on aime. (Proverbe malgache)

*toile de Reynaldo Fonseca