Lali

19 février 2011

L’intraduisible amour 1

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

pascin-jules-7.jpg

Encore une fois, de nombreux recueils attendaient la lectrice du soir peinte par Jules Pascin. Des recueils qui tour à tour verront certaines de leurs pages dévoilées au page de Lali. Ainsi, celui du prolifique poète québécois François Charron intitulé L’intraduisible amour. Un de ses plus remarquables, ai-je envie d’ajouter, bien que tous les titres de ce poète de chez nous se démarquent par leur intensité tout autant que les images qu’ils suscitent. Ainsi en est-il de cet extrait de ce soir :

je te ressens depuis toujours
j’ai traversé les siècles
demain n’existe plus

nous sommes morts, nous sommes éternels
j’imagine tout ce bleu pour un seul nuage

sur l’asphalte, nos pas imprononcés

L’ogre avaleur de bruits

Filed under: À livres ouverts,Pour petites mains — Lali @ 19:07

mangeur-de-sons.jpg

Quel formidable album que celui proposé par Christos Ortiz (ou tout simplement Christos) sous le titre Le mangeur de sons, lequel est illustré par Lauranne Quentric.

Le mangeur de sons, c’est un ogre apprécié de tous, notamment des enfants car l’ogre qui mange tout ce qui fait du bruit — le glouglou des bouteilles, les pleurs des enfants, les fausses notes des dièses jusqu’aux bémols, le vacarme des marteaux-piqueurs, les bruits de pas sur les pavés, — avale aussi les bruits de leurs bêtises pour les éviter de se faire gronder.

Mais à force de manger de tout, de dévorer le moindre son et de grignoter entre les repas, notre ogre finit par tomber gravement malade. Mais comment le guérir? Ce sont les enfants qui trouveront une façon écologique de sauver leur ami.

Un album joliment raconté et illustré qui devrait plaire aux petits et aux grands!

Les nuages d’Arvieux

Filed under: Signé Chantal,Vos traces — Lali @ 17:34

p1540289.JPG

p1540290.JPG

Chantal aurait-elle pensé à Armando lorsqu’elle a pris ces photos à Arvieux?

Mais où est donc Boucles d’Or?

Filed under: Vos traces — Lali @ 14:00

tz5-20110205-45_l.jpg

Les ours l’attendent depuis si longtemps qu’ils ont eu le temps d’agrandir leur famille, tel qu’a pu le constater Denise qui les a croisés à Genève.

Vieux livres

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 9:52

yabukov-nuri-1.jpg

yabukov-nuri-2.jpg

yabukov-nuri-3.jpg

yabukov-nuri-4.jpg

yabukov-nuri-5.jpg

yabukov-nuri-6.jpg

yabukov-nuri-7.jpg

Vieux livres comme autant de souvenirs emmagasinés au fil des ans. Précieux parce qu’ils ont vécu, qu’on les a aimés. Compagnons des jours meilleurs comme de ceux teintés de tristesse. Présents, fidèles, muets. Vieux livres, inestimables traces de ce qu’on a été.

*sur des toiles de Nuri Yabukov (Нури Якубов)

En mal d’inspiration?

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 8:00

kucharsky-alexander.jpg

Elle vient de relire une lettre qu’on lui a envoyée il y a longtemps, très longtemps. L’encre a beau avoir pâli, les mots sont toujours là. Et tandis qu’elle parcourt phrase après phrase, l’idée germe en elle. Une seule phrase a suffi pour que naisse le début du texte qu’elle comptait écrire sur la toile de la semaine, ce texte qui sera validé dans 24 heures exactement.

Peut-être devriez-vous faire comme elle si vous êtes en mal d’inspiration…

*toile d’Alexander Kucharsky

Il y a plus grave que cela dans la vie

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 6:44

hester-joy-1.jpg

Et parfois, dès les premières pages, la perplexité s’empare de soi. Et on relit le quatrième de couverture de la même façon qu’on relit une adresse sur un bout de papier alors que la maison qu’on a devant devant soi est tellement autre que celle qu’on a décrite.

Et on poursuit. Mais rien ne nous touche alors qu’il nous semblait bien avoir lu que ce livre réveillait en soi des souvenirs et des émotions. Et de page en page on erre cherchant ce qui avait pu troubler tant de lecteurs alors que pour soi il n’y a là que joli alignement de mots.

Puis on abandonne quelque temps le livre, le temps de parcourir d’autres pages, d’accompagner un autre écrivain, de visiter un lieu fait de sentiments. Et puis, on l’ouvre à nouveau. Rien n’a changé. Tant pis, on sera la seule à ne pas avoir aimé. Il y a plus grave que cela dans la vie.

*toile de Joy Hester