Lali

6 janvier 2011

Quelques mots d’amour 8

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

wegmann-bertha-2.jpg

En mémoire de moi

Lorsque tu iras aux collines de mai
voir se lever une lune de cuivre,
un grand genêt d’abeilles jaillira,
bourdonnant de mon cœur entre tes bras,
en mémoire de moi.

Lorsque livrée aux lumières des plages.
tu fouleras les sables d’autrefois,
un bel oiseau d’écume chantera
comme un cristal dans le soleil des âges,
en mémoire de moi.

Lorsqu’endormie, à toi-même donnée,
environnée du vol des souvenirs,
la nuit sera ta blanche solitude,
un silence de fleur s’éveillera
en mémoire de moi.

Lorsqu’étrangère, en une ville de douleur,
l’aube durcira tes paupières,
les douces larmes d’une pluie d’été
te berceront de musiques lointaines,
en mémoire de moi.

Frédéric Jacques Temple, Anthologie poétique amoureuse

*choix de la lectrice de Bertha Wegmann

Et si on dansait?

Filed under: À livres ouverts — Lali @ 20:40

orsenna.jpg

Il y a tellement de livres à lire et tellement de bouts de papier sur lesquels je note des titres qu’il faudra bien en 2011 que je prenne l’habitude de noter ceux-ci dans un carnet plutôt que sur des feuilles volantes d’autant plus que Chantal m’en a offert quelques-uns.

C’est ainsi que j’ai lu pendant les vacances de Noël Et si on dansait? d’Erik Orsenna, le quatrième et dernier tome de sa série sur la grammaire dans lequel il s’intéresse à la ponctuation avant de lire les trois autres (dont les titres sont griffonnés quelque part, mais où?). Or, le fait de commencer par le dernier tome ne nuit nullement à la lecture puisqu’il s’agit d’une aventure qui ne fait référence à un tome précédent qu’une seule fois.

Et quel plaisir que ce livre bouillonnant d’imagination où Jeanne fait face à une marée noire qui n’a rien à voir avec les habituelles catastrophes puisque cette bouillie noire est un magma de mots échappés de livres qui étaient dans un bateau qui a coulé. Bouillonnant d’imagination, rappelez-vous.

Et si séparer les mots s’avère difficile mais faisable, grâce à un orchestre qui fera danser les mots et leur permettra ainsi de se décoller les uns des autres, les choses se compliquent quand elle réalise que chevrons, tirets, virgules et points de toutes sortes se sont tout simplement noyés. Heureusement, Jeanne a plus d’un tour dans son sac… et un ami typographe prêt à lui porter secours.

Ravissement que ce livre dont j’ai tiré pour vous ces mots : Les mots, les phrases, même soigneusement ponctuées, ne peuvent pas tout dire. Sans doute que, pour exprimer la mobilité, la fantaisie, la liberté indomptable des sentiments, rien ne vaudra jamais une mélodie.

Et si on dansait?, pour qui aime les mots… et la musique.

Plaisirs baroques

Filed under: Trois petites notes de musique — Lali @ 15:18

baroque-delights.jpg

Tafelmusik, orchestre de musique baroque fondé à Toronto en 1979 et auquel s’est joint un chœur deux ans plus tard, tire son nom d’un mot allemand qui signifie « musique de table » ou « musique de fêtes ». Dirigé depuis ses débuts par Jeanne Lamon, il est considéré comme un des meilleurs orchestres de musique baroque au monde et à juste titre.

Le son de Tafelmusik est pur et respectueux des compositeurs qu’il interprète avec savoir-faire et passion. Pas étonnant qu’au fil des trente dernières années il ait visité plus de 325 villes dans 30 pays et que son agenda soit déjà bien rempli pour 2011.

Dans Plaisirs baroques (Baroque Delights), paru en 2003, on trouve à la fois des pièces instrumentales et des pièces vocales, ce qui me donne envie de vous faire écouter l’Ouverture Alster de Telemann :

et Salve Regina de Scarletti :

Vous préferez le bleu ou les nuages?

Filed under: Signé Armando,Vos traces — Lali @ 11:20

photo-pour-la-nouvelle-annee-img_0296.jpg

Armando, à qui on doit cette photo, clame haut et fort qu’il faut un peu des deux!

Ce que mots vous inspirent 313

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

leduc-ozias-3.jpg

Parfois dans une toute petite chose on peut trouver toutes les grandes choses de la vie, c’est pas la peine d’expliquer longuement, il suffit de regarder. (Ondjaki)

*toile d’Ozias Leduc