Lali

26 décembre 2010

Quelques jours avec Élise 2

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

phillips-ammi-3.jpg

Il n’y a pas d’autre.
Le noir déploie sa grandeur
d’aigle.
Un accordéon attend
sur un meuble oublié.
Ma robe scintille près de toi.
Robe seule comme tes rideaux de soie.
Impossible comme tes rideaux de soie.
Je prononce un mot sacrifié.
La lumière vient d’un endroit
instable sur ta peau.

Élise Turcotte, Piano mélancolique

*choix de la lectrice d’Ammi Phillips

Les poèmes du dimanche 24

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 23:01

feitosa-eduardo.jpg

Profils

Gauche ou droite — le visage
comme coupé par un fil.
Devinez le paysage
offert par l’autre profil.

Le plus simple, le moins double
ne se connaît qu’à moitié.
Deux versants : le clair, le trouble
Tu n’existes qu’en entier.

(Liliane Wouters)

*toile d’Eduardo Feitosa

Les poèmes du dimanche 23

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 22:01

fattori-giovanni-2.jpg

La poésie, dit-on, ne sert à rien.
Moi, sans ma poésie, je suis
peu de chose. Par elle,
j’essaye de comprendre, en
les interrogeant puis en les
exprimant, la pierre, l’homme,
les mythes et l’Histoire.
Pour elle, je me mets en état
d’insurrection.
Il se pourrait que le poète
fût un des derniers
aventuriers d’aujourd’hui.

(Jean Orizet)

*toile de Giovanni Fattori

Les poèmes du dimanche 22

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 21:01

faed-thomas-4.jpg

Si haut que tu les élèves,
pour les soustraire à l’absence,
les mots s’enfoncent dans le temps
après t’avoir tiré leur révérence
d’objets de passage :
aussitôt dits,
aussitôt défaits.

(Jeanine Moulin)

*toile de Thomas Faed

Les poèmes du dimanche 21

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 20:01

entrekin-john.jpg

Partout des ponts

Pour creuser un fossé suffit la force,
lancer un pont est un travail d’amour,
de patience, de volonté.
Il faut de nouveaux ponts de mots
pour traverser les couleurs de la peau,
les intérêts, les désirs divergents.
Des ponts soldes pour franchir
les fleurs de la méfiance séculaire,
les vallées de la peur, de l’égoïsme,
les abîmes des préjugés. Des ponts
pour rendre visite aux voisins,
se promener ensemble à la belle saison.
Pour l’amitié, pour le dialogue.
Des ponts. Partout des ponts.

(Armand Monjo)

*toile de John Entrekin

Les poèmes du dimanche 20

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 19:01

crouch-chad-2.jpg

C’était l’automne

C’était l’automne et l’ombre allongée
Suivait nos pas dans le jardin
Les cris bruyants dans le sapin
Les dernières fleurs protégées.

Le moindre coin du paysage
Était un souvenir d’enfant
La feuille d’or, l’arbre tremblant
Le parfum lourd du marécage.

C’était l’automne et ton sourire
Multipliait mes émotions
Les mots au bout de mon crayon
Se bousculaient jusqu’au délire.

(Jacques Mercier)

*toile de Chad Crouch

Les poèmes du dimanche 19

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 18:01

cox-gardner.jpg

Tout ce qui va venir
Ne nous dit pas qu’il vient.

Tout ce qui va partir
Ne nous dit pas qu’il meurt.

Tout ce qui va rester
Crie son éternité.

(Guillevic)

*toile de Gardner Cox

Les poèmes du dimanche 18

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 17:01

court-joseph-desire.jpg

Un jour

Un jour
Peut-être
Il n’y aura plus de sable
Il n’y aura plus de montagne
Il n’y aura plus de vent fou
Courbé sur la mer
Il n’y aura plus d’arbre
Il n’y aura plus de fleur
Même le campanule
Il n’y aura plus d’oiseau
Pour réveiller l’aurore
Il n’y aura plus de libellule
Ni de regard d’enfant
Pour s’en émerveiller.

Un jour
Peut-être
Il n’y aura plus rien.

Ce serait dommage.

(François David)

*toile de Joseph-Désiré Court

Les poèmes du dimanche 17

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 16:01

cope-charles-west-7.jpg

Icône

Une planète
Tourne en ma tête
Tourne sans trêve.

Une planète
Tourne en ma tête
Elle m’enlève.

Tourne en ma tête
Une planète,
Tourne sans trêve.

J’y suis, j’y rêve.

(Pierre Coran)

*toile de Charles West Cope

Les poèmes du dimanche 16

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 15:01

brunner-frederick-sands-2.jpg

Tais-toi

Tais-toi
Écoute l’ombre qui palpite
La nature qui prend son temps
Ne dis rien
L’esprit a besoin de silence
et la mort est muette
quelque part
qui attend
Tais-toi
Écoute la vie qui moissonne
la joie qui nous dépasse
la terre qui nous reprend

(Clod’ Aria)

*illustration de Frederick Sands Brunner

Page suivante »