Lali

16 septembre 2010

La lecture infinie 2

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

juliard-alexandre.jpg

C’est la lectrice du peintre Alexandre Juliard qui a ce soir parcouru le recueil du poète belge Éric Brogniet intitulé La lecture infinie, dont certains textes lui ont beaucoup plu, alors que certains autres l’ont moins touchée — c’est souvent le cas d’anthologies réunissant des textes tirés de plusieurs recueils, lesquelles constituent tout de même une bonne façon d’aborder un auteur.

Et c’est sur ces vers qu’elle s’est longuement arrêtée :

Le rêve du poète

Il surgit de l’amour et de l’ombre
aux coutures vives du jour
Il remonte aux plus vieux mythes
inscrits dans la pierre

Il est une taie aveugle
ou une note de musique

Pour que l’œil se tourne
en dedans

(d’après Giorgio de Chirico)

Des jours ordinaires pas ordinaires

Filed under: À livres ouverts — Lali @ 19:50

jours-ordinaires.jpg

Instants croqués sur le vif. Moments qui font battre le cœur. Souvenirs au détour d’un regard. Impressions fugitives qu’on voudrait à jamais retenir. C’est tout ça qu’a réuni Yves Simon dans Jours ordinaires (publié en 1988).

Mais les jours sont-ils comme le laisse entendre le titre de ce recueil ordinaires? Je n’en suis pas vraiment certaine. Les jours sont toujours extraordinaires si on sait les regarder, les apprivoiser, les vivre. Comme dans cet extrait :

« Lisbonne encore. Une ville jaune avec des affiches et des slogans plein les murs, rouges, noirs. Alfama, l’ancienne ville arabe à côté du Tage, sur une colline. Dédale de rues, de couleurs, de senteurs.
Et puis, deux cafés anciens, élégants. Le premier sous les arcades de la place du Commerce, face au débarcadère, l’autre, à cinq minutes de là, en remontant vers le nord, le Brasileira, près de la place Camoëns. Fernando Pessoa les fréquentait. Je me suis assis à chacune des tables pour être certain de me trouver quelques secondes à sa place. »

Un livre qui donne envie de regarder, de s’arrêter. D’éloigner l’emprise du temps. Le temps de 76 pages, du moins. Lesquelles se terminent ainsi :

« Et un jour on me demandera qui j’ai aimé et je dirai que cela ressemblait à de l’insaisissable, à du sable qui glisse entre les doigts, à du vent qui gémit entre les persiennes, et je dirai qu’il y avait comme un souvenir d’enfance dont j’avais du mal à me souvenir, que c’était une série de masques faisant croire qu’il y avait quelque chose de mystérieux caché sous la même forme apparente et je dirai que j’ai pleuré, craché, battu, haï, que je me suis recroquevillé un jour sur un plancher, nu, avec seulement une fenêtre fermée et le soleil de l’autre côté. »

Juste une fleur… mais une fleur suisse!

Filed under: Vos traces — Lali @ 15:04

tz5-20100822-37_l.jpg

Une fleur photographiée par Denise, vous l’aurez deviné!

La suggestion du 16 septembre 2010

Filed under: Couleurs et textures,La suggestion du jour — Lali @ 12:00

alvarez-catala-luis.jpg

Mais que peut bien contenir cette lettre que la lectrice du peintre Luiz Alvarez Catala tient à la main? Serait-ce une invitation à visiter cette route?

Anecdotes de réviseure 9

Filed under: Anecdotes de réviseure,Couleurs et textures — Lali @ 10:31

hopkinson-charles-s-15.jpg

Il suffit d’un « r » en moins pour tuer un amour. Si, si. Je vous l’assure. Juste un « r ». Oubliez-le et le verbe « étreindre » deviendra « éteindre », comme dans l’article que je l’ai lu hier soir. Ce qu’un correcteur automatique ne verra pas, le lecteur le verra peut-être…

*toile de Charles S. Hopkinson

Ce que mots vous inspirent 233

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

grabar-igor-4.jpg

N’est-ce pas la curiosité qui nous retient à la vie? (Marie-Claire Blais)

*toile d’Igor Grabar

Les couleurs de Bruxelles

Filed under: Signé Armando,Vos traces — Lali @ 6:52

lali-lali-2010-07-10-_0213.jpg

Celles qu’Armando a quittées avant de partir retrouver le ciel bleu d’Algarve…

À l’heure du Portugal 82

hamilton-shannon.JPG

Cuca Roseta interprétant Porque Voltas de que Lei

*choix de la lectrice de Shannon Hamilton