Lali

1 septembre 2010

Quelques poètes du XXe siècle 4

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

kuhn-walt-2.jpg

C’est la lectrice peinte par l’artiste Walt Kuhn qui ce soir intéressé au numéro d’avril-juin 1985 de la revue Poésie 1 consacré aux poètes du XXe siècle. Un numéro dont la lecture lui a donné l’occasion de faire connaissance avec quelques auteurs et parmi eux Alain Borne, auteur de l’extrait de ce soir :

La main touche une jupe

La main touche une jupe
muguets fanés, je me souviens,
tiède comme un début de peau,
un feu de sans brûle les os.

les joncs craquent sous le corps soupir,
et le miel bout dans l’œillet pourpre,
sur le brasier de myosotis
là-haut où les oiseaux s’étirent.

Carrière de braise rouge,
près d’une eau non doublée de tain,
où toute pudeur expire
au vent venu de si loin.

Sous août bruissant, la fièvre est fraîche,
et la brûlure encore glacée
des lèvres fanées de soif,
et du corps torride de sang.

Voici la baie de tes jambes,
avant cette île foudroyée
où peut-être un peu de neige
attend ma tête sans pensée.

(Alain Borne)

José Eduardo Agualusa, retenez ce nom

Filed under: À livres ouverts — Lali @ 19:05

agualusa_saison-des-fous.jpg

Voilà le troisième roman de l’écrivain angolais José Eduardo Agualusa que je lis. Et comme dans Le marchand de passés et dans Les femmes de mon père, il se révèle un remarquable conteur.

À partir d’un personnage fictif qui aurait disparu mystérieusement à Luanda en 1992, la poétesse Lidia do Carmo Ferreira, c’est l’histoire de l’indépendance de l’Angola (avant, pendant, après) qui nous est dévoilée grâce à des personnages que nous retrouvons aux différentes heures de ce combat. Des entrevues que Lidia aurait données au narrateur aux épisodes complexes à cause des différents mouvements politiques désirant chacun leur part du gâteau, le roman dépeint une lutte sans merci où nombreux sont ceux qui trouvent la mort, et cela non sans humour à cause des personnages colorés dont Agualusa parsème son récit.

Un roman sur une période tragique de l’histoire vue par un journaliste-narrateur qui ne néglige pas les notes en bas de page afin d’éclairer le lecteur. Un roman qui ne ferme pas les yeux sur la cruauté ni sur les trafics. Un roman qui, malgré son réalisme parfois cru, reste teinté de poésie parce qu’il donne voix aux poètes. Un grand roman qui est aussi « un moment historique qui appartient exemplairement à l’histoire de l’humanité, au même titre que La storia d’Elsa Morante », affirme le quatrième de couverture. Un roman exploré avec minutie par Dominique Aussenac dans un billet que je vous invite à lire ici.

Et maintenant, il ne me reste plus qu’à me mettre sérieusement au portugais puisque seuls quatre de ses livres ont été traduits en français. Mais bonheur, il m’en reste encore un à me mettre sous la dent!

Lire à Genève

Filed under: Scènes livresques,Signé Armando,Vos traces — Lali @ 15:47

tz5-20100808-60_l.jpg

C’est prendre le risque de se voir pris en photo par Denise qui marche sur les traces d’Armando. À moins que ça ne soit une invitation faite à celui-ci pour qu’il visite Genève un jour?

La suggestion du 1er septembre 2010

Filed under: Couleurs et textures,La suggestion du jour — Lali @ 12:00

pawle-john.jpg

Le lecteur peint par John Pawle aurait-il découvert ce bien joli blog que Chantal m’a fait connaître?

Toto Bona Lokua, de la musique ensoleillée

Filed under: Trois petites notes de musique — Lali @ 10:26

toto-bona-lokua.jpg

Réunissez un Camerounais (Rchard Bona), un Congolais (Lokua Kanza) et un Antillais de Paris (Gérald Toto) et vous obtiendrez Toto Bona Lokua, un trio créé le temps d’un CD. Un album qui donne envie de danser et de faire la fête. Un album qui apporte au mois de septembre le soleil de juillet. Un album souriant, rythmé, sensuel. À écouter les jours de pluie et quand on n’a pas envie de travailler. Notamment Kwalelo que voici :

Ce que mots vous inspirent 222

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

krug-christa.jpg

Nos contradictions font la substance de notre activité d’esprit. (Paul Valéry)

*toile de Christa Krug (dont on ne trouve plus trace)

Dans la douceur du matin

Filed under: Signé Armando,Vos traces — Lali @ 6:45

dans-la-douceur-du-matin-img_0136.jpg

Puissent les matins de septembre être aussi doux que cette photo offerte par Armando!

Bon anniversaire Fabien!

Filed under: États d'âme — Lali @ 0:00

image60.gif

Frérot d’adoption, entends-tu ce que j’entends?

Pour mon Champenois préféré

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 0:00

dickinson-charles.jpg

Tous mes vœux à l’occasion de cet anniversaire, Olivier! Il y a trente ans, on ne savait pas qu’une amitié indéfectible nous unirait au delà des mers, au delà des années. Malgré. Parce que. Parce que « petit train va loin » dirait le ferrivophile que tu es. Puisse cette maxime s’appliquer ces jours-ci plus que jamais!

*toile de Charles Dickinson