Lali

30 août 2010

Quelques poètes du XXe siècle 2

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

muszynska-danuta.jpg

C’est la lectrice peinte par Danuta Muszynska, native de Pologne, mais vivant aux États-Unis depuis quelques années, qui a ce soir parcouru le numéro de la revue Poésie 1 consacré aux poètes du XXe siècle que la lectrice d’hier a sélectionné pour celles des prochains soirs. Et c’est sur un poème de Lucien Becker qu’elle s’est arrêtée.

Pas même l’amour

Pas une main ne peut venir à ton secours
au bord de la nuit qui te monte jusqu’au cou.
Tu ne peux rien sauver, même pas ce regard
de femme pour lequel longtemps tu as vécu.

Du monde, tu ne vois plus qu’arbres qui décroissent.
Tu sens que chaque parole que tu prononces
se durcit comme une pierre en passant la bouche.
Tu sens que l’amour était encore de la solitude.

Le ciel est beau comme un front, les femmes plus jeunes
que tout le poids d’herbe du vent dans le matin.
Il y a des enfants joyeux qui te regardent
sans savoir que la mort existe aussi pour eux.

Après avoir tenu le monde d’un regard,
tu n’as plus droit qu’à une place dans la terre
qu’il te faudra payer, si tu veux être seul,
seul comme peuvent et doivent l’être les morts.

L’enfant qui n’aimait pas les livres

Filed under: À livres ouverts,Pour petites mains — Lali @ 19:08

enfant-qui.jpg

Avec un titre pareil, L’enfant qui n’aimait pas les livres ne pouvait qu’attirer mon attention. Et quand, de plus, j’ai découvert que pour les parents de cet enfant-là, les livres étaient toute leur vie, puisque le père est imprimeur et la mère libraire, et que tous deux passent tout leur temps libre à lire, il m’a fallu parcourir de toute urgence cet album de Martin Winckler (l’auteur de La maladie de Sachs) illustré par Stéphane Sénégas.

Or, Jérôme n’aime pas les livres. Mais pas du tout. Il n’aime que ses cubes et les petites voitures. Que les histoires qu’on invente. Pas celles des livres. Sauf que Jérôme va bientôt devoir aller à l’école et apprendre à lire et à écrire. Chose à laquelle il s’oppose fermement et qui pose un grave problème à ses parents.

Heureusement, un vrai grand-père comme on en trouve dans les livres pour enfants viendra sauver la mise grâce à deux comparses qui lui offriront un livre dont il voudra bien sûr découvrir le contenu puisqu’ils lui ont affirmé qu’il contenait un secret.

Un incontournable pour toutes les grands-mères qui petit à petit préparent les futures bibliothèques de leurs petits-enfants qui ne lisent pas encore.

Une lectrice qui se croyait seule au monde

Filed under: Scènes livresques,Vos traces — Lali @ 15:31

tz5-20100807-32_l.jpg

Mais c’était sans compter sur Denise qui passait par là armée de son appareil-photo!

La suggestion du 30 août 2010

Filed under: Couleurs et textures,La suggestion du jour — Lali @ 12:00

dou-gerrit-6.jpg

Et si le lecteur du peintre Gerrit Dou allait faire un tour au jardin botanique de Montréal grâce à ces photos?

Une fleur accueillante

Filed under: Signé Armando,Vos traces — Lali @ 10:38

fleur-acceuilllante-img_0851.jpg

C’est tout de suite ce qu’a pensé Armando qui s’est précipité dans ses bras après qu’il l’ait prise en photo!

Ce que mots vous inspirent 220

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

redon-odilon-2.jpg

Le mot liberté n’admet, par définition, aucune restriction. (Jean Yanne)

*toile d’Odilon Redon

Pour bien commencer la semaine

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 7:10

photo-009_ff.jpg

Et en espérant que je trouverai de jolis spécimens à photographier pendant mes vacances!

Bienvenue à Nina!

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 5:54

alimpieva-olga.jpg

Auriez-vous passé deux jours à vous prélasser les pieds nus? Si tel est le cas, vous n’avez peut-être pas pris le temps de vous arrêter aux commentaires déposés sur la toile du 22 août. Je vous invite donc à le faire, d’autant plus qu’en plus des habitués (Armando, Denise, Flairjoy, Lautreje), vous verrez la signature d’une nouvelle venue, Nina, à qui je souhaite la bienvenue parmi nous, en espérant qu’elle sera des nôtres à l’avenir.

*toile d’Olga Alimpieva