Lali

16 août 2010

Poèmes du Brésil 1

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

makovsky-konstantin-2.jpg

Des recueils de poésie, des romans, des essais, des livres pour enfants, des prix importants, autant dans son Brésil natal qu’en Italie, au Portugal et au Mexique, des traductions vers le suédois, l’italien, l’espagnol, le perse, le corse, le français, le macédonien et le galicien. Voilà les renseignements qu’on trouve sur Reynaldo Valinho Alvarez, qui a participé au Festival International de la Poésie de Trois-Rivières en 1997. C’était plus que suffisant pour piquer la curiosité de la lectrice du peintre russe Konstantin Makovsky qui a choisi pour nous le recueil des prochains soirs, à savoir Le temps et la pierre, duquel elle a voulu retenir ceci :

Je m’émeus dans la cendre de ce soir
porté par de si faibles souvenirs
que me revient le rêve du départ
bien que je sois si près de l’arrivée
et que j’aie tant de raisons de rester
sans souhaiter le temps de s’en aller
ni nourrir des desseins de continuer.
J’avance tel le fou qui se fourvoie
sans arrêt aux détours de son chemin
et sans savoir repasse au même endroit.
Je refais tout l’espace parcouru
et mes questions demeurent sans réponse.
Où aurai-je laissé ce qui est perdu
ou qu’aurai-je laissé en me perdant?

Quand Modiano se penche sur l’horizon

Filed under: À livres ouverts — Lali @ 20:22

horizon_modiano.jpg

La vie, comme un ligne à l’horizon, comme ces bribes de souvenirs que nous portons en nous et qui nous reviennent quarante ans plus tard alors que nous marchons sur nos proches pas. Tel est le propos du plus récent roman de Patrick Modiano. Un roman sur la mémoire où un Paris loin des grands boulevards se déploie, où entrent en scène personnages glauques, troublants, comme on en trouve dans le cinéma noir des années 40. Personnages fugitifs dont il reste un prénom, une adresse, une impression mais qui ont disparu, emportant avec eux des secrets dont le narrateur ne détiendra jamais la clé.

Un roman tout à fait modianesque, comme je les aime, avec cette impression qu’on touche toujours à l’essentiel, mais en l’effleurant, parce que l’essentiel est ailleurs, dans ce qui est tu. Comme l’horizon dont la ligne bouge sans cesse et que nos mains n’atteindront jamais.

Côte à côte

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 15:44

photo-071_stationnement.jpg

photo-072_stationnement.jpg

Boulevard de l’Assomption, juste un peu au sud de la rue Sherbrooke, ils sont là, côte à côte. Avec presque le même message. De quoi rendre perplexe le moindre passant!

La suggestion du 16 août 2010

Filed under: Couleurs et textures,La suggestion du jour — Lali @ 12:00

corbould-alfred-chantrey.jpg

Nul doute que la lectrice peinte par Alfred Chantrey Corbould devrait se plaire dans cet endroit magnifique!

Douceur sur ma route

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 10:40

photo-096_surmaroute.jpg

On en prendrait tous les jours, non?

Ce que mots vous inspirent 210

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

novogenets-galina.jpg

À vingt ans, on danse au centre du monde. À trente, on erre dans le cercle. À cinquante, on marche sur la circonférence, évitant de regarder vers l’extérieur comme vers l’intérieur. (Christian Bobin)

*toile de Galina Novogenets

La sirène de la rue Laurier

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 7:07

photo-083_sirene.jpg

photo-084_sirene.jpg

Mais que veut-elle bien nous vendre?

L’invitation du lundi

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 6:01

seydoux-mailys-7.jpg

Livres ouverts sur vos mots, sur ceux que vous avez pris soin de déposer pour animer la toile du 8 août. Mots que je vous invite à lire ici avant de jeter un œil sur la toile de ce dimanche. Pour que débute bien la semaine!

*toile de Mailys Seydoux

Puisque c’est mon anniversaire…

Filed under: États d'âme,Signé Armando,Vos traces — Lali @ 0:00

2010-05-19_0048.jpg

cadeau-2-2010-05-31_0090-armacao-praia.jpg

cadeau-darmando-2010-05-31_0131-armacao-praia.jpg

Je ferai un seul souhait : celui de voir la mer avant le prochain. Et puis, tiens, peut-être un autre, que cette mer se trouve au Portugal d’Armando qui a photographié ces quelques scènes…